Festival européen du court-métrage-J1


Le 14e festival européen du court-métrage de Bordeaux s’est déroulé les 5 et 6 mai derniers.

Parrainé par Maurice Barthélémy, organisé par l’association du BEM (Bordeaux Management School) Extérieur Nuit, le festival a été créé pour faire connaitre au grand public le genre du court-métrage. L’équipe est composée d’étudiants du BEM passionnés par le cinéma. Elle change donc chaque année. L’association s’organise pour sélectionner parmi plus de 400 films les 22 présentés sur ces deux jours. D’une durée qui varie entre 3′ et 26′, ils sont produits et réalisés en France et par nos voisins européens, qui pour 2011 sont :

La République Tchèque, La Suisse, Les Pays-Bas, la Belgique et l’Espagne. La France compte tout-de-même 12 sélections sur 22.

Un jury invité prime son court-métrage préféré. Cette année, il s’agit de Mikaël Muller-Knisy, programmateur chez Studio Canal, Beryl Koltz, auteur et réalisatrice luxembourgeoise de documentaire et de fiction, Sébastien Jounel docteur en cinéma à Bordeaux 3 et un abonné UGC illimité, gagnant d’un jeu concours. Le deuxième prix est celui du public présent lors des projections, qui s’est vu remettre un bulletin de vote en début de séance pour choisir son film préféré.

L’ouverture du festival ce jeudi 5 mai s’est révélée pleine de promesses. Les courts-métrages projetés sont assez éclectiques, avec de l’humour noir, de belles histoires d’amour (Automatic for the people de Jan Vejnar), des films engagés comme Je pourrais être votre grand-mère de Bernard Tanguy. Il est par contre étrange de voir deux films concurrents presque s’enchainer avec la même comédienne, Frédérique Bel. Et un peu perturbant de visionner un court avec Jean Réno, mal doublé (car tourné en France semble-t-il, mais en anglais…) et étrangement mis en scène. La soirée reste néanmoins associative, le public reste donc compréhensif face aux problèmes techniques, et aux difficultés de prendre la parole au micro, je salue le courage de l’hôtesse! Un des films programmés n’a d’ailleurs pas été projeté, la copie n’étant pas arrivée à temps, C’est toujours la même histoire de José Luis Montesinos Bernabé.

J’émets également une déception, que le parrain, acolyte des Robins de bois, ne soit pas là pour soutenir la soirée.

Mais la programmation reste forte et intéressante, Sucre et L’accordeur sont mes préférés de la soirée, le premier, réalisé aux Pays-Bas, montre en 9′ que demander du sucre à son voisin peut se révéler mortel, dans le sens premier du terme. très bien tourné et sadiquement drôle. Le second, français, film dramatique, est parfaitement bien joué, troublant et inquiétant, où un jeune pianiste prodige, décide de duper sa clientèle en se faisant passer pour un aveugle accordeur. Jusqu’au moment où il tombe sur la mauvaise cliente…

De nombreux partenaires, un buffet complet, nous avons été chouchouté par l’association pour être le plus à l’aise, et décider quel film, quel animé, sera élu le meilleur de l’année.

Résultats au prochain article, compte-rendu du second jour de projections et de la remise de prix.