Au secours Papa Noël


Je ne sais pas pour vous, mais moi, la semaine avant Noël c’est l’horreur. Comme d’habitude malgré les bonnes résolutions de l’an passé, je n’ai encore rien acheté. Panique à bord ! Quoi offrir à l’oncle Gudule ou au cousin Hugues qui arrivent après demain à la maison ?! Voilà donc une petite liste de Noël avec mes derniers coups de cœur en date, histoire d’offrir aux autres ou bien de s’offrir à soi-même.

Certaines personnes me plongent souvent dans l’expectative au vu de leurs capacités hallucinantes. Christophe Arleston fait partie de ces personnes. J’ai personnellement arrêté de compter le nombre des bandes dessinées qu’il a scénarisé ou scénarise encore, mais le créateur des cultes Trolls de Troy n’est pas près de s’arrêter. Et ce n’est pas les éditions Soleil qui vont s’en plaindre ! Car si une franchise rapporte c’est bien celle du monde de Troy avec entre autre Lanfeust de Troy et sa suite Lanfeust des étoiles que je conseille vivement à ceux qui n’aurait pas lu ces cycles à l’origine du monde de Troy. Rappelons-en le principe : sur Troy, monde d’Heroic-fantasy peuplé de trolls, chaque être humain possède un don magique. Tous sans exception allant du pouvoir débile de faire des pets colorés à celui plus utile de soigner les blessures. Là où Lanfeust des étoiles, de façon plus ou moins heureuse avait testé la science fiction, sa suite, Lanfeust Odyssey revient à ses classiques. Hébus le troll et Lanfeust revienne sur Troy seize ans après leur départ. Forcément en quelques cases les problèmes commencent : bloqué au conservatoire Lanfeust cherche à rejoindre ses amis C’ian et le chevalier au Castel Or-Azur pendant qu’eux-mêmes luttent contre leur insupportable fille, fléau à peine plus terrible que les étranges tremblement de terre qui détruisent le castel. Pour ceux qui ont lu les précédents cycles c’est l’occasion de retrouver des personnages incontournables comme C’ian ou le chevalier Or-Azur, pour les autres de découvrir l’humour décapant d’Arleston et les dessins dynamique de Tarquin qui, tout en conservant le format bande dessinée classique s’essaie à la mise en page style comics avec peu de case et des dessins sur des doubles pages. Une occasion à ne pas manquer de découvrir Lanfeust puisque plutôt que d’étendre un seul scénario sur plusieurs tomes, Lanfeust Odyssey fonctionnera par dyptique : deux tomes seulement pas aventure. Cocktail détonnant d’humour, de magie et d’épées, Lanfeust Odyssey « l’énigme Or-Azur » aux éditions soleil est une valeur sûre pour passer un bon moment.

Ah, les Pokémons… dix ans que ces petites bestioles envahissent les consoles une à une. Je fais partie de la génération qui a connu Pokémons dès la première heure, quand il était encore possible de compléter le jeu avec « seulement » cent cinquante monstres de poche. Cet été

Version platine, dernière née de la franchise pokémon

c’est Pokémons version Platine, version améliorée de ses consœurs Perle et Diamant qui est sortie sur Nintendo DS. Même principe depuis dix ans : les attraper tous ! Faire évoluer et combattre ses Pokémons pour gagner la ligue et devenir maître Pokémons. Si le but de base et le gameplay mélangeant action rpg et tour par tout reste le même, chaque jeu ne cesse de s’améliorer. Platine propose toute sorte de mini-jeux, des concours Pokémons où au lieu de se battre on les fait monter sur scène pour un concours de beauté, ainsi que d’impressionnantes possibilités de jouer en réseau. La seule ombre au tableau est peut-être l’utilisation trop restreinte du stylet mais c’est souvent le cas pour les rpg DS. Les graphisme sont fluides, les musiques dynamique, le challenge toujours aussi prenant et les grands méchants toujours aussi mégalomanes. Bref, un excellent jeu pour petits et grands, car si la version Platine n’apporte pas grand-chose de nouveau par rapport à Perle et Diamant, elle perpétue avec brio la tradition des monstres de poche.

Mordu de série ? Découvrez le nouveau bijou d’Alan Ball le créateur de Six Feet Under, Tru Blood, adaptée de la série de livre « La communauté du sud » de Charlaine Harris. Ça a beau être une histoire de vampire, c’est loin d’être un plan à la Twilight. Dans le petit village de Bon Temps, Sookie est une serveuse télépathe qui doit lutter pour ne pas être noyée par les pensées de ses clients. Mais un jour elle rencontre Bill, séduisant vampire qui, de par sa nature cadavérique, l’empêche de lire dans ses pensées. En effet, ayant découvert une boisson synthétique, le Tru Blood qui leur permettait de ne plus avoir à se nourrir des humains, les vampires ont décidé de révéler leur existence et doivent maintenant faire face à la peur et à l’intolérance des humains. Une flopée de personnages secondaire tous plus réalistes et attachants avec leurs failles et leur moralité élastique gravitent autour de Sookie. Une fois passé l’épisode pilote où sur quarante minutes il doit bien s’en passer vingt de parties de jambes en l’air, on peut pleinement apprécier le côté corrosif et à double tranchant de la série. En effet tout y passe : les puritains, les drogués, le gouvernement… Les noirs ne sont plus la minorité à exclure, ce sont les vampires. Bref, une excellente série à mettre entre toutes les mains pour peu qu’on ait dix-huit ans ou plus.

Voici un dvd qui commence à dater un peu mais qui ne perd rien de sa qualité : le film Sakuran

La chanteuse Anna Tsuchiya incarne ici Kyoha

sorti au cinéma en France en août 2008. Adapté du manga de Moyoco Anno, Sakuran raconte l’histoire de Kiyoha, une enfant vendue à une maison close dans le Japon médiéval. Rebelle, insolente et hargneuse elle n’aura d’autre but que devenir la plus grande Oiran (courtisane) pour quitter le quartier fermé des plaisirs. Premier film de la photographe Mika Nikagawa, il est visuellement parfait : des teintes chaudes et vibrantes, les scènes filmées avec justesse et parfois intimité. De plus, costumes et décors sont d’une beauté impressionnante et Anna Tsuchiya, interprète de Kiyoha est tout simplement magnifique et, comme chaque acteur, possède parfaitement son rôle. Entre amour, trahison et désillusion au milieu de la sensualité des maisons closes, Sakuran nous transporte également pas sa bande son, à la fois dynamique, moderne et traditionnelle, tout comme son héroïne.

Je ne sais pas si cette petite liste va vous aider, mais en tout cas passez un excellent réveillon de Noël !


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]