Bienvenue dans l’appartement 44 !


1 appart’, 4 colocs et 2 chats. Le pitch peut se résumer à ces quelques mots. Pour sa première publication, Dara, l’ex-fanzineux d’Onigiri, a choisi une histoire toute simple, mais très rafraichissante.

4 jeunes gens qui ne se connaissent pas emménagent ensemble dans un appart parisien, donc. 4 personnes assez… différentes. Il y a le jeune nerd, Jon, passionné de littérature et extrêmement timide avec les filles. Et amoureux de son chat, accessoirement. Et bien sur, le playboy beau-gosse et confiant, Mick, photographe de filles nues à ses heures perdues, lui aussi love de son gros matou boulet, légèrement agressif et très gourmand. Je pense d’ailleurs que Zozo est un lointain cousin de Roméo, le gros matou paresseux de Lucile, amour et rock’n’roll. Ce qui fait que j’en suis déjà fan, forcément. Ajoutez à cela une sorte de pompom girl blonde accro au shopping et légèrement agaçante à force d’être toujours de bonne humeur, ainsi que Gigi, parigo-gotho-punk renfrognée et misanthrope, et le tableau est complet.

Certes, il est un poil compliqué pour ce petit monde de cohabiter sans fracas ni disputes. Mais le vrai problème n’est pas là. Apparemment, un alien s’est immiscé dans la bande et s’amuse à fiche un joyeux bazar dans la coloc’. D’étranges phénomènes apparaissent : chats volants ou qui marchent au plafond, gâteaux qui se multiplient, somnambulisme… On se demande bien lequel est l’ET dans le lot.

En partant d’un scénario assez simple, Dara arrive à nous fournir une histoire vraiment sympa. Les points forts de son récit sont forcément ses personnages. Des caractères très différents qu’il prend le temps de poser, d’intégrer dans l’histoire, avant de lancer son intrigue. Sous le cliché de la blonde, de la rebelle, du timide et du playboy, se cachent des personnages plus profonds, avec leurs secrets et leurs failles, ce qui les rend vraiment attachants.

Ce qui marque aussi dans ce manga, c’est la volonté d’ancrer le récit dans le contexte français, et non d’essayer de faire absolument du manga à la japonaise. Dara ancre son récit dans le Paris d’aujourd’hui, et en profite pour saupoudrer son récit de références réjouissantes, par exemple à des séries TV telles que How I met your mother ou Cat’s eyes.

Pour ce qui est du style graphique, et bien les connaisseurs d’Onigiri ne seront pas étonnés. Il est très réussi, très classe, et s’extirpe du cliché « copiage du style manga shonen ou shojo ». Le petit plus qui faire sourire : lorsqu’on enlève la jaquette d’Appartement 44, on découvre une couverture de type magazine féminin/tabloïd assez amusante, qui nous promet d’en apprendre plus sur les petits travers des personnages…

Au final, c’est un premier tome réussi et qui me laisse très impatiente de lire la suite. Une ambiance à la Orange road, des références européennes bien placées et des personnages attachants. C’est drôle, frais, et pourtant, c’est du manga à la française. Comme quoi les éditions Ankama choisissent vraiment bien leurs titres. Après Debaser, il nous offrent une seconde série de qualité.

PS : si ous êtes fan de Dara, vous pourrez le retrouver au festival Animasia, en octobre prochain !

Appartement 44, T.1 de Dara
Éditions Ankama
7€50 le tome
4 tomes prévus