Bilan de concerts Bordelais – Il n’est jamais trop tard !


Ces derniers mois, Ben a écumé pas mal de concerts. Il prend des notes à chaque fois, mais le temps vient souvent à manquer pour  proposer ses retours d’expérience sur Mandorine. Il vous propose donc aujourd’hui un petit florilège des sorties bordelaises de ces derniers mois. J’en profite au passage pour taper l’incruste dans son article et ajouter un petit chapitre à son odyssée musicale…Let’s rock !

Pour Noël je voudrais un Pony Pony !

Tiens un petit bilan de concert, je vais donc le situer dans le temps et l’espace, c’était le mercredi 18 novembre, il faisait un temps de chien, pas vraiment chaud et c’était au BT59, tout ceci organisé par Allez les filles ! Ah j’ai oublié de dire ce que c’était comme concert! Donc on avait en première partie Minitel Rose, un groupe d’electro Pop. Sur scène, on a quatre gus qui n’ont pas changé de look depuis qu’ils jouaient dans leur garage, mais c’est la mode il parait, soit. On a donc : Raphaël, Romain et Quentin, les membres officiels du groupe qui se partagent platines et claviers (et oui, l’originalité des prénoms dans les années 80… Bienvenue au club !) et Émile, leur batteur de live. Ma foi un bilan plutôt positif, du son qui bouge d’assez bonne qualité, des jeunz qui ont plutôt la patate et des spots relativement…roses. Je pense que tout les amateurs du genre y ont trouvé leur compte même si on voyait bien que la plupart des gens ne venaient pas pour eux et trépignaient d’impatience de voir le groupe phare de la soirée, Pony Pony Run Run !

Après un entracte qui a un peu duré, on voit arriver les Pony Pony Run Run ! Les places pour le premier rang sont chères, la salle est bondée. Ils attaquent rapidement et enchaînent les chansons, on voit qu’ils essayent de rattraper leur retard et on ne leur en tient pas rigueur au bout du compte, leurs chansons versions live c’est pour la plupart « trop d’la balle » ! Ça chante en cœur sur leurs plus gros titres, et on a leur désormais incontournable Hey you en rappel, sur laquelle on a été quelques uns à se lancer dans la danse, malgré la foule, bah ouais, on est rock’n’roll ou bien?!

Pour conclure je conseille à toutes et à tous ces deux jeunes groupes bourrés de talent. Franchement, quand on sort de là, on ne regrette pas nos 12€ et nos bières. A écouter sans modération !

Un petit rappel discographique des deux groupes sur Deezer & Myspace :
Minitel Rose
Pony Pony Run Run !
Le Myspace de Minitel Rose
Le Myspace de Pony Pony Run Run!

NB : Au passage, ils ont été élus révélation du public de l’année aux Victoires de la musique cette année !

Bilan d’un début d’année « Nervous Breakdown »

Jeudi 21 janvier, 19h, l’heure de l’apéritif, on prépare moi et mon acolyte notre plan de bataille pour la soirée qui s’annonce en réécoutant les différents Myspaces … Bordeaux Rock ! Par où on commence? Choix difficile… Tant de groupes à voir et si peu de temps, on est déjà en retard pour voir les premiers groupes, rien ne va plus. En route pour St Michel !
Après quelques rencontres fortuites près d’un spectacle de jonglage, on se dirige donc vers l’Abrenat. On arrive trop tard, les groupes sont déjà passés. Bon, pas grave, il nous en reste pleins à voir ! On fonce vers El Boqueron, je reconnais les Tiny Terrors, mais quel monde ! Le bar est rempli à craquer. On se fraye un chemin jusqu’au bar puis on essaye vaille que vaille de se diriger vers la scène pour voir le groupe. Après quelques esquives et grands sourires je finis sur une table d’où je peux enfin voir les rockeuses ! Ça envoi du pâté ! Elles ont la pêche, le public est bien chaud, bien serré, voilà qui réveille et annonce une bonne soirée !
Quelques chansons et deux rappels plus tard on sort et on se dirige vers le bar suivant. Arrivés devant le Bar Tabac, quelle foule ! Au moins 30 personnes devant et l’intérieur bondé. Pas de soucis, un petit kebab et hop direction le Saint Ex ! Enfin un endroit où l’on peut rentrer. Rejoints par le troisième homme, on s’engouffre dans la cave, là l’ambiance est plus calme, les gens discutent en attendant les groupes, les deux premiers se valent, un peu « space » mais on se laisse porter. Arrive enfin le groupe que j’attendais (Mars Red Sky). Un peu déçu du résultat, je dois dire que j’en attendais beaucoup (trop ?) mais au final une très bonne soirée pleines de rencontres fortuites, ou beaucoup moins, bref une balade rock nocturne que je conseille à tous et à toutes pour l’année prochaine !

Le Myspace des Tiny Terrors
Le Myspace de Mars Red Sky
Site officiel de Bordeaux Rock

Foutaises acidulées & arctiques

31 janvier, 18H00. En revenant de Pessac je croise un joli bazar dans le coin de la Médoquine. L’évènement n’a lieu que 2h00 plus tard mais c’est déjà la cohue. Hmmm… Une heure plus tard, direction La Médoquine, donc. A pied. Évitons le traquenard routier. Tout au long du chemin, des tas de gens chevelus servent de GPS à ceux qui ne sauraient pas où se trouve la salle. Suivez le pas. Une salle remplie d’ados chevelus donc, mais aussi de jeunes adultes (tout aussi chevelus) très impatients et quelques curieux plus âgés, pas trop quand même, le groupe de ce soir va envoyer du lourd, côté décibels. J’ai d’ailleurs vus quelques parents, accompagnant leur progéniture, endurer le concert avec moultes grimaces.

Première partie, disons anecdotique. Mystery Jets. Sympa, sans plus. Les ados surexcités du premier rang ont l’air d’apprécier et chauffent déjà la salle en commençant un pogo. Mes voisins apprécient un peu moins et se croient obligés de crier toutes les minutes « casse toi, c’est nul ». Heureusement, grâce aux mouvements de foule, ils vont bientôt s’éloigner de mon champs d’ouïe. Youpi. J’aurai probablement fini par les étrangler avec une des cordes du bassiste.

21H00. Ça s’impatiente. Normal, cela dit. Les Arctic Monkeys rencontrent un succès planétaire depuis leurs débuts, en 2003. Et leur nouvel album a été produit par Josh Homme, des Queens of the Stone Age. Rien que ça. Normal donc que cet opus, Humbug (sorti lors de l’été 2009, qu’on trouve chez tous les bons disquaires), soit franchement plus métalleux niveau son, quitte à déplaire à leurs fans, qui avaient été séduits par le côté dansant de leur musique.

Début du concert donc. Une chaleur incroyable dans la salle, et une hystérie collective dès leur arrivée sur scène. Dance Little Liar, Brainstorm, This House Is a Circus, les titres défilent – presque trop machinalement -. De la guitare lourde, une batterie réglée à fond la caisse qui vous prend aux tripes, et l’impression que la salle va se retourner pour cause de public trépignant. Ajoutez à cela une quantité impressionnante de djeunz du premier rang qui finissent dans les bras des secouristes de la sécurité civile, et vous avez une idée de l’ambiance générale de la soirée. Un set assez varié, ils ne nous servent pas uniquement leur dernier album. Et – passez moi l’expression – un putain de plaisir au moment de leur reprise de Red Right Hand, de Nick Cave. Bien sûr, orgasme général au moment de I bet you look good on the dancefloor – il semblerait que certains dans le public auraient préféré qu’ils s’en tiennent à leurs deux premiers opus, d’ailleurs-. Puis vient The view from the afternoon, autre grand kif collectif – je vous conseille d’ailleurs de regarder le clip de ce titre, en bas de cet article -. Deuxième plaisir personnel quand ils jouent Crying Lightning, une de mes chansons favorites de Humbug. Ils pleurent des éclairs et ont rendu leur musique plus lourde, parfois malsaine. Les Arctic Monkeys ont grandi. Nous n’avons pas devant nous les ados du début, mais de jeunes adultes.

22H30. Fin du concert. Déjà? Ha, oui, j’avais oublié. La majorité de la salle étant composée d’ados, il faut finir assez tôt pour qu’ils regagnent leurs pénates avant le couvre feu. Au final, du bon son, un très bon groupe, et un concert réussi. Du bonheur, en somme.

Site officiel du groupe
Leur Myspace


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]