La BIP enfile le maillot


Chez Mandorine nous aimons les sports un peu singuliers, c’est donc tout naturellement que nous nous intéressons à une discipline chère au pays de la Poutine et brillamment implantée dans nos contrées bordelaises, le match d’improvisation. Le Sud-Ouest et Bordeaux ont leur poulains, plus forts et moins ennuyeux que les Girondins: La BIP (Bordeaux Improvisation Professionnelle). Elle a été créée en 2010, à l’initiative d’un groupe de comédiens professionnels et improvisateurs issus de collectifs locaux.

Un match d’impro, kézako ?

Le match d’improvisation théâtrale met en scène deux équipes de comédiens qui improvisent sur des thèmes et styles imposés. Après chaque improvisation, le public est appelé à voter pour désigner les vainqueurs. Un arbitre veille au bon déroulement du jeu tandis que maître de cérémonie et musiciens animent le show. Plusieurs matchs sont prévus cette saison qui sera inaugurée au centre culturel de la Caravelle de Marcheprime ce vendredi 18 octobre à 20h30. C’est là ou vous, public potentiel, entrez en jeu.

Ok mais Marcheprime… c’est trop loin !

Que nenni ! La BIP a pensé à tout, en réservant un « Bus des supporters ». Il suffit juste de réserver le trajet en même temps que votre place de spectacle auprès de la Caravelle (5€/personne). Plus aucune raison de rester à la maison vendredi devant Thalassa !

La BIP affrontera Dijon (LISA 21), et s’entraîne dans cette optique… pour sûr que la moutarde va monter au nez !

Les joueurs de la BIP seront: Manuela Azevedo, Julie Brunie Tajan, Yann Feyzeau et Didier Jeanjean, coachés par Aurélie Desert.

Pour l’occasion, la coach de l’équipe, Aurélie Désert, a répondu à nos questions :

Mandorine : Comment sentez-vous votre équipe à 3 jours du match ?

Coach A.D : L’équipe est sur les starting-blocks, elle a envie d’en recoudre avec l’équipe dijonnaise, envie de montrer à son public qu’elle est bien présente, en ce début de saison.

M : Comment vous êtes-vous préparés pour ce match?

C.A.D : La BIP est sur son chemin de maturité, c’est une adulte qui n’a plus froid aux yeux, jusqu’au bout des doigts. Comme je l’ai déjà dit par ailleurs, on a d’abord travaillé un gainage progressif, pour éviter le claquage, et puis une révision des réflexes typiques, de la réactivité du bon improvisateur, qu’ils ont maintenant acquis.

M : Et comment trouvez-vous l’équipe de Dijon?

C.A.D : Comme avec l’équipe de Dijon, on sait qu’on peut s’attendre à tout, et aussi à son contraire, on a particularisé un peu l’entraînement, avec des surprises gustatives. Alors c’est vrai qu’on entend dire ça et là que l’équipe dijonnaise de la LISA 21 écrit ses improvisations à l’avance… moi je ne souhaite pas m’immiscer dans ce débat, je laisse ça aux tabloïds. De toute façon, les preuves se feront sur le terrain de la patinoire, et nous faisons confiance au public pour voter pour l’équipe la plus méritante.

M : Que peuvent vous souhaiter vos supporters pour cette rencontre?

C.A.D : Ohhh et bien, d’être avant et surtout dans le jeu, le beau jeu, celui qui fait tout la noblesse de cet art. Le spectacle sera ainsi complet, et nous assisterons d’avantage à un mariage qu’à une confrontation de deux belles maisons de l’improvisation française.

M : C’est tout ce qu’on vous souhaite !

C.A.D : Eh bé oui, té.

 

bip

Pour suivre toute l’actualité de la BIP