Bleach


B comme…

… Bastons, jeunes adolescents, héros charismatiques, personnages comiques mais attachants, morale chevaleresque, pouvoirs magiques… A priori, tout porte à croire que Bleach n’est qu’un énième manga shonen aux valeurs trop stéréotypées.

Seulement, s’arrêter à ça serait bien entendu une bourde (sinon on ne l’aurait pas chroniqué ici! ). Le pitch de tout shonen qui se respecte est certes suivi à la lettre, mais le manga commencé par Tité Kubo il y a de ça 9 ans a une aura propre.

Kurosaki Ichigo est un jeune adolescent de 15 ans. Il est roux, plutôt calme, assez fort, mais surtout il a un petit « plus » par rapport aux autres de son âge, il peut voir les esprits depuis qu’il est né.

Ce faisant, il va rencontrer par hasard un shinigami, un « dieu de la mort » en la personne de Kuchiki Rukia. Celle ci, d’abord étonnée par le fait qu’il puisse voir les esprits comme elle, va lui donner ses pouvoirs au cours d’une bataille que livrent les shinigamis contre les « hollows », âmes damnées d’humains trop malheureux pour atteindre la « Soul Society », d’où proviennent Rukia et les autres shinigamis.

Ainsi, voilà notre jeune Ichigo devenu shinigami remplaçant, contraint d’expier les péchés des hollows en les sabrant à coup de Zanpakuto, sabre inséparable de tout bon dieu de la mort.

Dans son périple, il s’entourera d’amis fidèles tels que Chad, le géant Mexicain, Ichida Uryu, le binoclard héritier de puissants chasseurs d’hollow et ennemis des shinigamis, ou encore Orihime Inoue, jeune fille à la poitrine aussi grosse que son attachement pour notre protagoniste.

La suite, même si en tant qu’histoire de shonen, reste prévisible, vaut néanmoins d’être lue. Reprenant les codes propres à cette catégorie de manga, et défendant les mêmes valeurs allant de la bravoure, en passant par la persévérance et le courage, Bleach saura se démarquer par son univers fantastique et unique.

Les divers personnages, tous différents les uns des autres de part leur personnalité, ne vous laisseront pas indifférents. Pas moins que les mystères entourant ces êtres damnés, vivant dans une dimension extérieure à la notre et contraints de dévorer les âmes perdues, ceux qu’on appelle hollows.

Tité Kubo sait nous tenir en émoi. Ce premier tome de Bleach ne vous laissera pas de marbre, tant l’histoire est rythmée par les affrontements, l’humour des protagonistes et la montée en puissance de notre jeune Ichigo.

Mention spéciale pour les illustrations des couvertures et d’entre chapitre. Un style pop qui fait plaisir à voir, que je trouve bien différent de ce qu’on voit dans les shonens habituellement (mis à part les filles à forte poitrine, mais bon…)

Nul doute que Bleach est un manga phare de sa génération. Incontournable, je ne saurais dire, si ce n’est qu’ayant lu les derniers tomes sortis au Japon je peux affirmer que le début du manga est d’une meilleure facture qu’actuellement.

Je conseillerai aussi de regarder les premiers épisodes en animés, qui sont vraiment de très bonne qualité selon moi.


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]