Brèves, histoire du temps… passé à jouer #1


Plagiant sans vergogne l’excellent titre de notre spécialiste cinéma why, il me fallait faire profiter Mandorine de mes nombreuses expérimentations vidéoludiques. Voici quelques titres testés par mes soins et plutôt approuvés, qui vous permettront à coup sûr de passer un bon moment !

System Shock 2 (Irrationnal Games/Looking Glass Studios, 1999)

System Shock 2 (Irrationnal Games/Looking Glass Studios, 1999)

Elle va vous en faire voir de toutes les couleurs

Acclamé par la critique à sa sortie en 1999 mais n’ayant pas bénéficié d’un grand succès commercial, System Shock 2 se déroule en 2144. Vous êtes un soldat de l’UNN (la junte militaire dirigeant la Terre) et vous embarquez sur un vaisseau d’expédition, le Von Braun, où vous êtes mis en sommeil. Cependant, lorsque vous vous réveillez quelques semaines plus tard, c’est pour découvrir qu’après avoir répondu à l’appel de détresse d’une planète inhabitée, tout l’équipage du vaisseau a été massacré et que l’IA du vaisseau semble avoir pris les commandes. Votre but est de découvrir ce qu’il s’est passé et, si possible, d’en sortir vivant.

L’ambiance de survie dans ce grand vaisseau complètement hostile est superbement retranscrite, bien servie par une excellente musique et le scénario est très bien amené. Le jeu vous propose trois types de styles de jeu : la force brute (armes et consorts), les pouvoirs technologiques (piratage, réparation…) ou les pouvoirs psychiques. Ces trois différents styles modifient en profondeur votre façon de jouer, ce qui donne envie de recommencer le jeu après l’avoir fini.

System Shock 2 (Irrationnal Games/Looking Glass Studios, 1999)

Bien moddé, System Shock 2 est très agréable visuellement !

Pour ceux que les graphismes de 1999 effraient, un grand nombre d’améliorations ont été apportées par la communauté, rendant le jeu très agréable à l’œil. Il faudra mettre un peu mettre les mains dans le cambouis mais c’est ce qui fait le charme des vieux jeux PC !

Certains ont noté que l’équipe derrière System Shock 2 est celle qui, quelques années plus tard, a sorti Bioshock. Si, comme moi, vous n’avez pas vraiment aimé ce titre malgré ses qualités, rassurez-vous : en termes de direction artistique, de mécaniques, d’ambiance, de plaisir de jeu, SS2 atomise Bioshock !

Kerbal Space Program (SQUAD, 2013)

Kerbal Space Program (SQUAD, 2013)

Enfin, « easy », c’est vite dit !

Si vous avez toujours rêvé de construire des fusées, de les mettre en orbite ou d’atterrir sur la Lune, alors Kerbal Space Program est fait pour vous ! Créé par un petit studio mexicain, ce jeu se propose de vous permettre de créer des engins spatiaux (des fusées donc, mais aussi des navettes) et d’explorer un système solaire fictif avec des personnages attachants tout verts, les Kerbals. Arrivé en 2013 en accès anticipé, le jeu a pris son temps pour ajouter, petit à petit, des fonctionnalités de plus en plus poussées. La première version « complète », la 1.0, est sortie en 2015.

Si vous vous lancez dans ce jeu, attention : c’est très dur. Kerbal Space Program utilise en effet les vraies lois scientifiques de l’univers et même si c’est accessible aux moins matheux d’entre vous (merci au tutoriel qui aide bien), vous allez devoir apprendre les significations de terme comme apoapsis, periapsis, poussée, changement d’orbite… Vous allez calculer combien de moteurs ajouter à votre fusée, de quel type, avec combien de litres de carburant les remplir… Et même en faisant bien tout cela, les premières heures dans ce jeu vont être celles des fusées qui explosent ou qui dérivent, tuant le plus souvent votre petit kerbal astronaute.

Résumé du ju Kerbal Space Program par XKCD

Une situation bien résumée par XKCD

Il faut s’accrocher pour en profiter. Mais une fois que les bases sont apprises, c’est vraiment jouissif ! A réserver à ceux qui n’ont pas peur de s’investir.

The Secret World (Funcom/Electronic Arts, 2012)

N’appréciant pas vraiment les jeux en ligne massivement multijoueurs, j’ai pourtant été conquis par The Secret World. Probablement parce que ce MMO peut se jouer tranquillement tout seul, mais surtout parce que la qualité de son univers et de ses quêtes m’ont conquis.

The Secret World (Funcom/Electronic Arts, 2012)

De gauche à droite : Dragons, Templiers, Illuminatis

Le jeu prend place dans un univers contemporain et part du principe que toutes les légendes, tous les mythes, toutes les histoires sont vraies. Pour vous donner un aperçu, la première zone traversée par le joueur est clairement inspirée par les écrits de Lovecraft. Vous incarnez le membre de l’une des trois sociétés secrètes qui se battent contre les monstres issus de ces mythes et légendes : les Templiers, les Dragons et les Illuminatis. Ces trois sociétés se détestent cordialement et n’hésitent pas à se taper dessus dès que les non-initiés ont le dos tourné.

The Secret World (Funcom/Electronic Arts, 2012)

Libérez le kraaaaaaken !

Ce qui place The Secret World au-dessus des autres MMO, ce sont ses quêtes dites d’énigmes. Longues, prenantes et haletantes, elles mêlent des éléments mythologiques, littéraires, picturaux et sont très travaillées. A tel point qu’il est bien souvent nécessaire de se munir de papier et d’un crayon pour avancer dans ce brouillard et avoir le fin mot de l’histoire ! Les quelques reproches que l’on peut faire au jeu (l’éditeur de personnage un peu faiblard, le peu de quêtes propres à chaque confrérie, la sous-utilisation des QG des dites confréries) n’occultent pas le plaisir d’y jouer et de s’y torturer les méninges. Funcom continue en plus d’ajouter du contenu (payant) au jeu, quatre ans après sa sortie !

Big Pharma (Twice Circled/Positech Games, 2015)

Je vous ai dit, dans un précédent article, à quel point j’aime les jeux de gestion/stratégie. Mon petit plaisir actuel se nomme Big Pharma. Vous êtes aux commandes d’une entreprise pharmaceutique et votre but est de vendre beaucoup de médicaments, surtout que vous avez de nombreux concurrents, prêts à tout pour vous battre sur le marché. Il va donc falloir produire rapidement de nouveaux produits !

Big Pharma (Twice Circled/Positech Games, 2015)

Devenez un magnat du médicament !

Le problème, c’est que les médicaments possèdent des effets secondaires qui peuvent être contraignants. Bien sûr, il est possible de les éliminer. Mais cela coûte cher, prend de la place dans l’usine et le produit en sera moins rentable. Faut-il vendre une gélule parfaite mais peu rentable ou un comprimé peu cher à produire rapportant beaucoup ? Le propos est très cynique (mais pas si éloigné de la réalité) et c’est aussi ce qui m’a fait aimer Big Pharma.

Big Pharma (Twice Circled/Positech Games, 2015)

Au bout d’un moment, vos chaînes de production vont ressembler à ça.

Pour ne rien gâcher, l’interface épurée est très pratique et la présence d’une campagne tutoriel est très appréciable. Accessible aux néophytes du genre comme aux mordus, je vous le recommande fortement !