Brèves, histoire du temps… passé au ciné # 2


Maintenant que Le hobbit est sorti, qu’on sait que le film est spectaculaire et toujours techniquement parfait, on va parler des autres films qui valent le coup en cette fin d’année (et du Monde). Période de Noël oblige, on va commencer avec les divertissements pour toute la famille.

 

Ça commence comme une blague…

ciné 12 5lgndLes 5 Légendes de Peter Ramsey. Nouveau film d’animation, mais plein de jolies références pour une fois, et moins kitch qu’on pourrait l’imaginer. Le Père Noël, le Lapin de Pâques, la Fée des dents, le Marchand de Sable et Jack Frost doivent s’unir pour lutter contre le croque-mitaine. L’histoire est simple pas mais simpliste puisque très bien fichue, plutôt maligne et parfaitement cohérente sans prendre les spectateurs (adultes ou enfants) pour des crétins. On passe un excellent moment d’action et de rigolade devant le film, l’animation est de qualité, le doublage sympathique et on ne voit pas le temps passer, le tout est épique sans la déprime d’un Pixar.

 

Mondes de M.rde !

ciné 12 mdmLes Mondes de Ralph de Rich Moore. Nouvelle production Disney/Pixar assez décevante, très niaise, une sorte de sous Toy Story dans l’univers des jeux vidéo. Une histoire prévisible, un méchant pas si méchant, une morale bien pensante et c’est tellement édulcoré qu’en plus des lunettes 3D, on nous fournit une seringue d’insuline.

 
 
 

Les Aurochs vont arrivééés !

ciné 12 sud sauvLes Bêtes du Sud Sauvage de Ben Zeitlin. C’est le film le plus beau et accrocheur de cette fin d’année. C’est l’histoire de Hushpuppy qui vit dans le bayou avec son père. Entre fable écologiste, pamphlet de résistance contre le formatage, ode aux marginaux, voyage initiatique et conte fantastique, c’est un véritable ouragan qui s’abat sur les spectateurs. Ouragan diluvien dans le film et ouragan d’émotions et de bonheur pour le public. Parler de ce film c’est déjà trahir la surprise. Sachez juste qu’il est indispensable de le voir et qu’il a gagné un prix à Sundance, la caméra d’or à Cannes et un autres prix à Deauville. La petite actrice Quvenzhané Wallis pourrait même devenir une des plus jeunes actrices à recevoir un Oscar tant son charisme est grand et son jeu hallucinant. Ne le ratez pas !

 

Frenchmen in New York

ciné 12 NYNous York de Géraldine Nakache et Hervé Mimran. Un petit feel good movie comme il est bon d’en voir de temps en temps. Une bande de potes se retrouve à New York pour l’anniversaire surprise d’une amie d’enfance. Véritable petit plaisir coupable plein de bonne humeur, jolie histoire d’amitié, on se prend bien après la projection à réutiliser certaines expressions du film qui sont très drôles. C’est sans prétention, on passe un bon moment, l’alchimie entre les acteurs fait plaisir et on s’amuse beaucoup. Un petit film du dimanche après-midi sous la couette avec un bon chocolat, un remède anti-déprime.

 

Tovarich à Bla Bla

ciné 12 annaAnna Karenine de Joe Wright avec Keira Knightley. Le films en costumes adapté de romans d’auteurs Russes est un genre en soi, pas toujours des plus attirants, surtout quand l’histoire est archiconnue. Mais Joe Wright parvient à rendre son adaptation du roman de Tolstoï tout à fait passionnante grâce à une mise en scène virtuose et inventive qui mélange décors de théâtre, transitions originales et chorégraphies légères. Keira Knightley tient bien le rôle et se spécialise toujours plus dans le genre corsetto-romantique.

 

Mais moins que la vache…

ciné 12 ritL’homme qui rit de Jean Pierre Améris avec Marc-André Grondin, Gérard Depardieu, Christa Theret, Emmanuelle Seigner. D’un film en costume à un autre, l’intérêt de ce film réside dans les acteurs et dans un traitement gothico-intemporel du roman de Victor Hugo. Ce n’est pas forcément le plus connu des romans de Hugo mais c’est indéniablement un des plus intéressants. D’autant plus que le personnage de Gwynplaine a inspiré les créateur du Joker de Batman et le V de V pour Vendetta d’Alan Moore, rien que ça. Le film est une sorte de mélange entre Les misérables, L’imaginarium du Docteur Parnassus et Edward aux mains d’argent de Tim Burton. Assez agréable à suivre et assez jouissif à la fin.

 

Comme disaient les Fugees

ciné 12 kill 'em softCogan, Killing Them Softly d’Andrew Dominik avec Brad Pitt, Ray Liotta et Richard Jenkins. Après L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, Andrew Dominik et Brad Pitt reviennent avec un film de gangster assez sympa. Petit mélange de braqueurs loseurs à la Bienvenue à Collinwood, d’esthétisme et de dialogue à la Tarantino et de la violence des premiers frères Coen. Brad Pitt n’est ici qu’un second rôle au même titre que James Gandolfini et Richard Jenkins mais à l’image de tout le casting, il est toujours aussi bon. Le duo acteur/réalisateur a perdu le musique de Nick Cave dans l’entreprise mais à gardé une BO des plus réjouissantes qui illustre parfaitement le film. En témoigne la scène d’arrivée du personnage de Brad Pitt sur le génial The man comes around de Johnny Cash. Ne serait-ce que pour la scène de drive by au ralenti, le film vaut le coup.

 

… is not french

ciné 12 impThe Impossible de Juan Antonio Bayona avec Naomi Watts et Ewan McGregor. Vendu à tort comme un film catastrophe c’est encore un véritable film d’horreur que nous livre le réalisateur espagnol de L’Orphelinat. L’histoire vraie d’une famille espagnole qui a survécu au tsunami de 2008 en Thaïlande. Pour le besoin du film, la famille est devenue britannique et offre à Naomi Watts un rôle à Oscar. Mais plus que la performance (excellente) des acteurs c’est l’horreur de la situation qui frappe. L’horreur d’une catastrophe naturelle pléonastiquement destructrice, l’horreur de familles séparées, l’horreur du manque d’information et l’horreur visuelle des corps déchirés, mutilés ou flottants. Voir ce film en se disant que ça va être comme regarder Le Jour d’après ou 2012, c’est comme aller voir Autant en emporte le vent pour l’incendie d’Atlanta, on passe à coté de quelque chose.

 
Voilà pour cette fois, allez au ciné selon votre sensibilité mais surtout ne ratez pas Les Bêtes du Sud Sauvage. A la prochaine !