E-trennes


En janvier, fait ce qu’il te plait

Après le traditionnel passage de cap annuel et ses traditionnelles fêtes de solstice plus ou moins païennes, accompagnées de ses montagnes de cadeaux et d’un subtil empoisonnement aux triglycérides que ne renierait pas Raspoutine, que nous offre de beau cette nouvelle année de fin du monde? Ici, à la rédaction de Mandorine, nous vous offrons des cadeaux de circonstance, et bien que des résolutions typiques de ces fêtes aient été prises à en remplir des valises à roulettes, ne vous faites pas trop d’illusions mes petits poussins. Nous serons à notre habitude foisonnants aussi bien que misérables, justes dans la critique aussi bien que d’une mauvaise foi absolue, respectables comme un Stéphane Hessel aussi bien que lubriques comme un DSK.

Sachez toutefois que non, nous ne sommes pas aussi cruels que parfois nous le souhaiterions. En effet, l’humoriste Jimmy Kimmel, béni soit-il, après avoir demandé à des parents de dire à leurs enfants qu’ils avaient mangé toutes leurs friandises d’Halloween, a de nouveau proposé à des parents étasuniens de faire, cette fois-ci, un cadeau pourri à leur rejeton et de filmer leur réaction pour faire marrer les quelques millions de spectateurs de son émission. Quoique peu novatrice (souvenez vous de NINTENDO SITXTY FOOOUR) l’idée est séduisante. Croyez-vous que les parents se sont offusqués d’une telle démarche, piétinant leur ancestral instinct de protection de leur progéniture, pérennité de leur sang et leur espèce? Que nenni, visiblement ils se sont régalés de ce geste digne d’un Xavier Niel envers les opérateurs mobiles, avec des ricanements d’une cruauté glaçante. Pour les plus de 30 ans, les histoires de ce genre ne demeuraient que dans les cerveaux des membres de la famille, ne s’échappant qu’à de rares occasions. Aujourd’hui tout ça c’est fini. Déception immédiate pour ces enfants, humiliation publique. Pour notre plus grand plaisir sadique! Le père Noël est une enflure…

Pendant les fêtes ou pendant leur suite logique, j’ai nommé les soldes, nous sommes tous (ou presque) pris d’une frénésie que ne renierai pas le fier cerf à l’époque du brame. Œil aiguisé, nous sommes prêts à une compétition aussi acharnée que violente, n’hésitant pas à devenir aussi violent que le Honey badger, l’animal qui n’en a rien a foutre de rien. Et pourtant, si l’on savait décrypter les logos comme l’a si bien fait Viktor Hertz (aucun rapport) on dépenserait moins. Sinon on peut toujours se rabattre sur les réclames les pires de l’univers. Et ça ça n’a pas de prix.

Le geek est un animal sauvage aux idées bien arrêtées, il aime que les choses soient claires et bien rangées mais parfois il est tiraillé entre son amour pour un film et son avis de compartimenter les choses, les trois photos qui suivent sont une véritable torture pour de nombreux fanboys.

 

 

 

 

 

 

 

Écoute écoute, c’est la biroute.

Souvent le geek aime avoir la primeur sur les derniers buzz mais parfois il faut se faire une raison et apprécier la chance qui nous est donnée et nous ne pouvions finir un article étrennes et résolutions sans ce cadeau béni que nous a fait le vendeur par correspondance de Roubaix. Quelle fierté qu’enfin un ramdam de niveau mondial vienne de notre fière patrie. Point de chat, encore moins de nyan-chat, c’est la combinaison d’une toute petite saucisse poilue d’un monsieur fort bien placé et d’un infographiste hongrois probablement débordé débouchant sur ce savoureux mème pedo bearesque qui a fait le tour de l’internet, avec son tumblr dédié.

 

 

 

On est dans le gaga.


Il faut se rendre à l’évidence, toutes les divas, et surtout celle de la pop music, finissent toutes par prendre du plomb dans l’aile, de la poudre dans les orifices; voire les deux. Madonna, Whitney Houston, Elton John ou George Mickael pour ne citer que les plus fameuses ont vu le poids de la célébrité patiner de façon bizarre leurs beaux (?) visages d’antan. En se basant sur ces précédents, de brillants scientifiques du net, faute d’Amy Winehouse se sont donc rabattus sur la Lady Gaga. Mieux qu’une De Lorean, on connait déjà le futur.

 

 

Pilosité et hilarité même combat ?

On se rend compte qu’à certains moments de la vie tout n’est que question de poils comme l’a si bien chanté Java et dans le même instant d’apocalypse on trouve ça juste … marrant !

 

On est jamais à la traîne pour de bonnes étrennes, à bientôt sur Mandorine pour se gausser toujours plus du malheur des autres.