E3, porte-avions coulé


Cet E3 2015 a été très paradoxal. Il y a eu des annonces et beaucoup de jeux, Sony a réussi son énorme coup de communication auprès des plus anciens joueurs… Pourtant, j’ai quand même un goût de déjà-vu. Je sais bien que l’E3 est plutôt un énorme support de marketing plutôt qu’un salon rempli de surprises, mais j’ai l’impression que l’on retrouve encore et encore les mêmes licences et pas forcément les meilleures. Au moment de faire ma sélection, j’ai devant moi une liste de suites de séries bien connues, et il me faut explorer un peu plus avant pour trouver des titres qui changent un peu. Comprenez moi bien, je n’ai rien contre les licences. Mais il est triste de constater que, finalement, les éditeurs les plus importants restent dans leur petite zone de confort.

E3 2015

Dans cette liste, je n’ai pas inclus Shenmue III. Je pense qu’un jour, je ferai sur Mandorine un article expliquant l’intérêt que je porte à cette série et je peux vous assurer que l’annonce du troisième volet m’a fait très plaisir. Mais il faut se rendre à l’évidence : la licence Shenmue ne parle qu’aux nostalgiques de l’époque Dreamcast et à ceux qui ont vraiment fait l’effort de s’intéresser aux deux précédents jeux. Je peux tout à fait comprendre qu’un joueur découvrant Shenmue I aujourd’hui, 16 ans après sa sortie, n’accroche pas du tout car on a fait mieux depuis en termes de système de jeu. De plus, le financement du jeu, pour partie via Kickstarter fait grincer de nombreuses dents. Le projet de Yû Suzuki est donc mis de côté de mon top E3 2015.

Assez de blabla : voici donc les quelques titres qui ont été évoqués à l’Electronic Entertainment Expo de Los Angeles et qui ont particulièrement retenu mon attention.

 

Dishonored 2 (Arkane Studios/Bethesda Softworks)

Sorti en 2012 et conçu par les Lyonnais d’Arkane Studios, Dishonored a été une excellente surprise pour une grosse partie des joueurs. Mélangeant esthétique steampunk grandiose, infiltration et scénario prenant, l’histoire suit Corvo Attano, protecteur de l’impératrice de Dunwall, qui assiste à l’assassinat de cette dernière. Accusé à tort, il va devoir retrouver son honneur et restaurer la fille de l’impératrice, Emily Kaldwin, sur le trône. Il sera aidé par les pouvoirs surnaturels que lui a confié un mystérieux personnage nommé l’Outsider. Les façons de réussir les missions sont nombreuses et le challenge ultime consiste à finir le jeu sans avoir tué quiconque ou été repéré par un garde. Jeu d’une grande classe, Dishonored jouit d’une excellente réputation.


 
Arkane a profité de la conférence de Bethesda pour annoncer le développement de la suite des aventures de Corvo. Il ne sera pas seul car Emily Kaldwin, fraîchement renversée de son trône, entre dans la danse également. Pour l’instant, pas grand chose à se mettre sous la dent excepté la date de sortie prévisionnelle, 2016, mais je garde un œil attentif sur le déroulement du projet. J’espère que le studio français renouvellera son coup d’éclat du premier volet.

 

Sea of Thieves (Rare/Microsoft)

Les bons jeux vidéo dans le monde de la piraterie ne sont pas légion. Les plus anciens se souviennent de The Secret of Monkey Island (les plus jeunes peuvent se tourner vers les versions remasterisées) ou encore Sid Meier’s Pirates ! dans sa version originale ou son remake de 2004. Malgré le fait que j’aime beaucoup la série, je n’ai pas du tout apprécié le quatrième volet d‘Assassin’s Creed, Black Flag, qui se passait dans le monde des flibustiers. Et voilà que Rare, le studio britannique au sujet duquel je me lamentais lors de la rétrospective que je lui avais consacré, décide à son tour de tenter l’aventure.

 
Nous n’avons pas beaucoup d’éléments autres que le trailer diffusé lors de la conférence Microsoft mais cela suffit à intriguer. Sea of Thieves serait un jeu multijoueurs dans une ambiance de pirates des caraïbes. On notera la direction artistique qui peut en rebuter certains. J’accroche énormément. On sait également que cela tournera sur Xbox One et Windows 10, la future version du système d’exploitation de Microsoft. Pour le reste, on attendra probablement la Gamescom en août pour en savoir plus.

 

Anno 2205 (Blue Byte & Related Designs/Ubisoft)

Cet E3 n’a pas été forcément le salon des jeux de gestion et de stratégie, même si je vous conseille de jeter un œil à Act of Aggression, le nouveau jeu des Français d’Eugen Systems. Pourtant, en pleine conférence Ubisoft, l’annonce du nouvel Anno m’a fait pousser des petits cris de joie. Anno, c’est une série de jeux dont le premier volet est sorti en 1998. Le but est très simple : vous débarquez sur un territoire vierge et c’est à vous de construire une nouvelle colonie afin de la conduire vers la gloire et la grandeur ! Après quatre épisodes dans le Moyen-Age et la Renaissance, les développeurs de la série avaient décidé d’un bond dans le temps avec un Anno 2070 prenant place dans le futur.


 
Il faut croire que ce dépaysement a payé car la série reste dans le futur avec Anno 2205, annoncé pour novembre 2015. Si les mécaniques de jeu ne semblent pas avoir subi de profonds changements, il sera intéressant de voir comment l’ajout d’un nouveau plan de jeu, à savoir la Lune, va modifier la façon de jouer et créer de nouvelles stratégies. En tout cas, j’attends le nouvel Anno de pied ferme.

 

Cuphead (Studio MDHR)

Nous sommes en pleine conférence Microsoft. Tout à coup, l’entreprise se rend compte qu’elle n’a pas encore parlé de jeux indépendants. Alors, rapidement, on envoie la sauce et on sort les bande-annonces de tous les titres indés prévus sur la Xbox One. En résulte un enchaînement un peu dommageable car on ne s’arrête pas vraiment sur les différents titres. Cependant, un jeu se détache des autres, par sa direction artistique originale et plaisante : Cuphead.

 
Développé par Studio MDHR, créé par deux frères nommés Chad et Jared Moldenhauer, Cuphead attire de suite par le style graphique rappelant les dessins animés de notre enfance. Il s’agit d’un beat them all, comprenez qu’il faut se débarrasser de tous les ennemis qui vous foncent dessus. Par contre, les premiers retours parlent d’un jeu très difficile. Sortie prévue l’année prochaine sur PC et Xbox One.

 

Unravel (Coldwood Interactive/Electronic Arts)

On s’est ennuyé ferme durant la conférence d’EA cette année. Les quelques courageux qui ont suivi le livetweet de l’E3 sur notre compte Twitter ont pu voir que ce qui nous a été offert par l’éditeur ne nous a absolument pas passionné. L’arrivée d’un développeur tout timide sur la grande scène, tenant dans ses mains une petite marionnette a néanmoins été la bouffée d’air frais de cette conférence. D’autant plus que le titre qu’il proposait est un petit concentré de mignonitude.


 
Dans Unravel, on incarne un petit diablotin en laine qui se balade dans des environnements différents. Il doit résoudre des puzzles pour avancer, et prendre garde à ce que le fil qui le relie à la pelote de laine ne se brise pas, pour ne pas mourir. On espère, là encore, plus d’informations prochainement mais cette douceur fait chaud au cœur.

 

For Honor (Ubisoft Montréal/Ubisoft)

Chez Ubisoft, le militaire a été à l’honneur : entre le nouveau Ghost Recon, Rainbow Six : Siege et The Division, il y avait un côté très pan-pan boum-boum chez l’éditeur français. La prestation d’Ubi a pourtant commencé par une surprise : la présentation d’un jeu à dominante médiévale impliquant des combats à l’épée et du multijoueur. Cela s’appelle For Honor. Seul le mode multijoueur a été montré sur le salon mais il permet déjà de se faire une idée.

 
Dans ce mode, deux armées se combattent (vous pourrez choisir entre chevaliers occidentaux, guerriers nordiques ou samouraïs) et au sein de ces deux armées est présente une équipe de quatre joueurs. Le but du jeu est simple : tuer l’équipe de quatre joueurs d’en face. Le système de jeu a l’air de privilégier la lenteur lors des duels (en même temps, ça pèse son poids une armure de l’époque médiévale) mais j’avoue que le peu qui a été montré m’intéresse vraiment. A voir lorsque Ubisoft décidera de parler du reste du jeu, notamment du mode solo !

 

Hitman (Io Interactive/Square Enix)

Depuis le rachat de l’éditeur anglais Eidos Interactive en 2009, Square Enix décide de rebooter une grande partie des anciennes licences phares du britannique. Le pari peut s’avérer payant comme par exemple celui de Tomb Raider qui est devenu le jeu le plus vendu de l’histoire de la franchise. Dans le cas de Thief par contre, ce fut plutôt raté. C’est au tour de Hitman de passer à la moulinette du reboot après un Hitman Absolution fortement décrié par les fans. A charge pour le studio qui a créé la franchise, Io Interactive, de plaire aux amateurs de 47 tout en se réinventant.


 
C’est surtout le modèle économique choisi qui va dérouter la plupart des acheteurs. Io a en effet concédé que le jour de la sortie, le jeu ne sera pas fini bien que possédant un contenu assez conséquent. Durant les mois suivants, le jeu recevra des mises à jour gratuites qui vont gonfler le contenu. Un pari risqué pour Square Enix mais comme le dirait Mulder, je veux y croire. Par contre, je reste dubitatif devant le nouveau visage de 47.

 
Voilà pour cette shortlist de l’E3 2015 ! Le prochain rendez-vous majeur pour les jeux vidéo, la Gamescom, se déroulera du 5 au 9 août à Cologne. Si ce qui y sera montré vaut le détour, on vous en parlera sur Mandorine !


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]