Ce soir à onze heure et le crime

Nos plus fidèles lecteurs se souviennent peut-être cette époque lointaine où l’on parlait régulièrement d’illustrés nippons sur ces pages. Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui nous attirons votre attention sur la sortie de La Tour Fantôme.

Le dessinateur de l’excellente série Team Medical Dragon, Taro Nogizaka, revient cette année en solo. Il nous propose la troisième adaptation du roman Une femme dans le gris, l’œuvre d’Alice Muriel Williamson qui avait déjà été adaptée au Japon sous le titre Yuureito par Ruiko Kuroiwa, lui-même adapté ensuite par le maître du mystère japonais Ranpo Edogawa. Et au bout de cette cascade on retrouve donc Taro Nogizaka qui décide de réadapter à sa sauce la version de Ruiko Kuroiwa.

Le point de départ de La Tour Fantôme est le suivant, en 1954, deux ans après le décès mystérieux d’une vieille femme retrouvée attachée aux aiguilles de l’horloge d’une haute tour, un jeune homme se retrouve dans la même position. A la différence près qu’il est sauvé au dernier moment par un énigmatique jeune homme.

Comme dans Team Medical Dragon, on retrouve toute la finesse et la qualité du dessin de Taro Nogizaka. On reconnait bien son style avec ses personnages aux yeux froids presque vides qui les rendent à la fois inquiétants et beaux.

Les personnages principaux ne sont pas très reluisants, l’un est un pervers misérable et cupide et l’autre est de toute évidence un sociopathe dont la beauté fait froid dans le dos. Les personnages secondaires ne sont pas plus sympathiques, ce qui ajoute encore de la noirceur à ce premier tome.

On a donc des personnages aussi peu aimables que ceux de Gantz, des dessins à la Team Medical Dragon avec une histoire policière passionnante digne de Monster et de Pluto. On attend donc la suite de ce seinen qui arrivera dès le mois de mai.

La Tour Fantôme, Tome 1, de Taro Nogizaka
Édité chez Glénat dans la collection Seinen
Sortie le 19 Mars 2014

[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]