Nintendo Switch, Make Nintendo great again

Ce vendredi 3 mars est mise en vente, partout dans le monde, la nouvelle console de salon de Nintendo : la Switch. Elle remplace la Wii U, sortie en 2012 et qui est le plus grand four commercial de l’entreprise : elle ne s’est vendue qu’à 13 millions d’exemplaires, bien loin des chiffres records de la Wii première du nom (101 millions). Cette nouvelle machine correspond bien au mantra de Nintendo depuis la création de la Wii : si en terme de puissance, elle est en dessous de ses concurrentes, elle innove dans son utilisation.

Nintendo Switch, Make Nintendo great again

En effet, la Switch est composée d’une tablette et d’un dock. Si vous insérez la tablette dans ce dock relié à la télévision, vous jouez comme avec toutes les autres consoles de salon. Mais vous pouvez, à tout moment, détacher la tablette de son dock pour continuer votre partie en mode nomade, sans changer la cartouche de jeu. La transition entre mode TV et mode nomade est quasi-instantanée et l’effet « wahoo » marche parfaitement. Les manettes de la Switch, les Joy-Con, permettent de jouer dans toutes les configurations possibles.

La promesse est intéressante et Nintendo semble ambitieux pour sa nouvelle machine. Mais est-ce que cela justifie un achat dès les premiers jours ? Mon conseil personnel : non. Les jeux disponibles au lancement sont trop peu nombreux pour justifier 400 € de dépenses (la console est normalement à 330 € et les jeux entre 50 et 70 €) et de qualité très variable. Super Bomberman R semble au mieux médiocre et 1-2-Switch, compilation de mini-jeux présentant les capacités de la machine, a l’air très… gênant. En témoigne ce superbe mini-jeu de traite de vache.

Mais il y a le nouveau Zelda, Breath of the Wild. En développement depuis 2012, il devait à l’origine sortir sur Wii U jusqu’à ce que Nintendo change ses plans en en faisant le premier jeu de la Switch et le dernier jeu de la Wii U. Les tests mondiaux sont dithyrambiques, Jeuxvideo.com l’ayant même gratifié du deuxième 20/20 de son histoire. Mais mettre 400 € pour jouer à un jeu me semble un poil exagéré.

A mon sens, il est urgent d’attendre, peut-être jusqu’à Noël. La Switch aura plus de jeux à proposer (Mario Kart 8 Deluxe, Splatoon 2, Super Mario Odyssey) et l’achat se justifiera sans doute plus. Et pour ceux qui veulent jouer au nouveau Zelda, vous pouvez trouver une Wii U d’occasion. Même si le jeu est inférieur techniquement à la version Switch, il reste tout à fait jouable sur la génération précédente. Et ça va vous permettre de découvrir la ludothèque de la Wii U, qui recèle d’excellents titres (Mario Kart 8, Super Mario Maker, Bayonetta 2, Xenoblade Chronicles X et bien d’autres).