Tom Clancy en toutes franchises

En ce début de semaine l’auteur Tom Clancy c’est éteint à l’âge de 66 ans.

Triste nouvelle pour tous les amateurs de techno-thriller, genre qu’il a pour ainsi dire créé. Thomas Leo Clancy Jr, dit Tom Clancy était une marque à lui seul depuis le milieu des années 80.

Comme les fans le savent déjà, frustré par un refus d’intégration dans l’armée des États-Unis, il écrit Octobre Rouge, qui devient instantanément un best-seller. S’en suivent alors un nouveau roman tous les ans en moyenne, et ce depuis 29 ans. Les mauvaises langues diront qu’à ce niveau là c’est du travail à la chaîne et du roman de gare, mais on ne peut pas lui retirer son succès. A part Gérard de Villiers et ses 199 romans de S.A.S., peu d’auteurs ont été aussi prolifiques.

Ce que l’on retiendra surtout, et qui lui survivra autant que son œuvre personnelle, ce sont les franchises qui portent son nom.

Le label Tom Clancy’s… est apposé sur des dizaines de romans (écrits en collaboration ou par des nègres), de documentaires, de films et de jeux vidéos. Ses romans se caractérisaient par des détails très précis et tout à fait justes sur l’armée, l’espionnage et la géopolitique, ils ont massivement inspiré Hollywood et l’industrie du jeu vidéo. La série de films adaptés des aventures de Jack Ryan, avec Harrison Ford, Ben Affleck ou Alec Baldwin pour ses différentes incarnations, sont devenus des blockbusters. Et deux adaptations sont en préparation, une de Ghost Recon, une autre de Splinter Cell.

Mais ces dernières années, la partie de la franchise la plus productive et connue est vidéoludique. Citons la série des 18 Rainbow six, des 13 Ghost Recon et des 6 Splinter Cell (dont le dernier opus est sorti il y a un mois), des 2 EndWar, des 2 H.A.W.X. et du très attendu The Division dont le teaser à impressionné un salon entier de spécialistes.

S’il y a une constante dans tous ces jeux, c’est une véritable intention de faire dans l’innovation, avec des systèmes de jeu novateurs, originaux et inventif mais aussi une mise à profit des capacités et des possibilités des consoles et autres technologies du moment. Les histoires sont toujours extrêmement détaillées et documentées, Tom Clancy y veillait personnellement, elles sont donc associées à des gadgets, des situations et des modes de jeu qui ont toujours vocation de se renouveler et de proposer de la nouveauté aux joueurs.

Tout ce qui porte son nom est outrageusement belliqueux, entre forces spéciales, unités d’élites et autres agences gouvernementales, on reste toujours dans la même thématique mais on peut reconnaître qu’il a porté le genre à des sommets, étirant, exploitant et documentant le secteur, jusque là terriblement secret et mystérieux, de l’espionnage et contre-espionnage États-unien (D’ailleurs le fan de théorie du complot qui sommeille en moi a dans l’idée qu’avec un décès prématuré dans la soixantaine, il pourrait avoir touché du doigt un secret d’état tellement classifié qu’ils ont été obligé de le faire taire).

Allez, salut l’artiste !

[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]