Webséries, olé!

Profitant de la chaleur de ces beaux jours peut-être êtes vous en pause estivale dans un coin sans connexion aucune au réseau mondial, en quel cas ces quelques lignes vous seront utiles à la rentrée. Pour les autres, les pauvres hères de retour ou pas encore partis, il est un sujet qui va pouvoir occuper les moments creux de ce long mois d’août : les webséries.

 

Depuis l’avènement du do-it-yourself à toutes les sauces, il est devenu aisé de créer de façon quasi-autonome du métrage, de plus ou moins bonne qualité, il n’y a qu’à se conférer au succès planétaire du malin Kung fury. En France, nous avons aussi notre pionnier en la personne de Noob, websérie au succès gigantesque, levée de fond record en financement participatif comprise.

Mais hors ce mastodonte, que peut-on voir du côté de ces séries qui sortent du carcan de l’éternelle production pour nous offrir une narration à la carte et gratuite ? De bien belles choses parfois, avec des auteurs souvent plein d’idées et de ressources, et des acteurs amateurs qui surprennent par la justesse de leur jeu. Le mieux c’est d’aller faire un tour sur le blog hébergé par Libé,  websériemag, qui a fait avant moi le boulot (on est feignant ou on ne l’est pas) et qui est de très bon conseil.

Parmi les découvertes de WSM, je ne saurai vous conseiller la comédie belge Heu… ou Gabriel, histoire fantastique sur un homme qui voit les morts qui n’a pas forcément grand chose à envier au blockbuster crypté Les revenants. Le mockumentaire est, au plus grand plaisir de why, un genre assez bien représenté avec la libanaise Censuré ou Bill&Sons towing (in english).

Plus geek et blockbuster, il y a les 8 épisodes de Mario Warfare, bien entendu fourré de références au plombier moustachu et aux films de guerre variés avec des SFX assez impressionnants. Pour finir, si vous rentrez fraîchement d’Espagne, continuez à vous faire l’oreille à la douce langue de Cervantes et prolongez l’ambiance quartiers interlopes et punk à chiens fumeurs de weed avec la plutôt drôle Malviviendo.

 
Et si vous souhaitez aussi vous faire un peu de réserve pour les soirées d’hiver, vous pouvez toujours aller faire un tour sur le Ulule de notre camarade Sylvain Bouilleau, réalisateur de la Justice des gros flingues. Avec l’Isotope, il s’attaque à un genre typiquement U.S. et complètement geek-friendly, la  websérie de super-héros. Gageons que s’il va au bout (et il lui reste peu) on pourra occuper nos soirées d’hiver.  Avec ça il y a de quoi procrastiner à loisir pour ce qu’il nous reste de 2015 !