Bilan de festival : Rock’N’Stock


Rock’N’Stock fêtait cette année ses 21 ans, et j’y étais !

http://www.rocknstock.org

 

Rock’N’Stock, c’est quoi ?

Rock’N’Stock, c’est dans le Gers, à Preignan pas très loin de Auch, c’est le premier weekend de juillet, c’est gratuit, c’est du rock en tout genre, du ska, du reggae, du punk, du métal, c’est casser des bouteilles avec des boules de pétanque, c’est une ambiance familiale, c’est un bol d’air dans nos festivals de l’été, c’est une fusée à eau qui peut t’aller dans la gu*ule, c’est gratuit, ah oui ça je l’ai peut-être déjà dit…

Se mettre dans le bain

Pour ma part, c’était un départ le vendredi matin avec Tonton Canard dans la Kung Fu Panda, arrivée sur le site en fin de matinée, rencontre avec les bénévoles, collage d’affiche, coup de soleil en balisant le parking, et visite du site en profondeur ; bref, cette année j’étais bénévole et c’était très très bon, du lourd dans ta boite à souvenirs. Il faut savoir qu’on est très bien accueillis, nourris et hydratés, tout cela pour pouvoir donner le meilleur de nous-même et proposer aux festivaliers un accueil qui n’a rien à envier aux gros festivals du genre.

 

Le vendredi, c’est permis

Ouverture du site aux festivaliers à 19h, le temps de manger, boire un premier verre, essayer dignement de montrer son talent au casse-bouteille et ne réussir au final à ne tomber que le punch qui est offert avec, pour enfin arriver à l’heure des concerts.

SKA FEVER

« Quand la Toulouse Skanging Foundation rencontre les Branlarians, ça donne la fièvre du ska… »

Ou un truc plutôt bien déjanté entre ska, rocksteady et reggae. Ce sont des habitués du festival, des mecs du coin qui se la donnent bien, une bonne mise en bouche pour ce début de soirée.

It’s Ba Ba Boom time !
http://www.myspace.com/ska-fever

THE UPSESSION & JUDGE DREAD MEMORIAL

Imagine-toi voir une bande de mecs monter sur scène en survet’ vert et qui sautent partout sur du bon vieux gros reggae, combiné avec Judge Dread Memorial. Ça donne quelque chose qui nous met la patate et on en redemande ! Ils viennent d’Amsterdam et nous ramènent leur bonne humeur. Big up au Prince of Rudeness et on saute partout avec Giel, le tromboniste qui doit sans doute être monté sur ressorts.

http://www.theupsessions.nl

WASHINGTON DEAD CATS

Washington Dead Cats, c’est un groupe qu’il est plus vieux que moi, poinçonné 1984 sur l’arrière-train de Mat, le chanteur en boxer. Ils nous sortent un bon vieux rock déjanté qui fait qu’on en redemande. De bons vieux solo de guitare la bouche ouverte et du saxo en arrière-plan, que dire, un très bon moment scénique ! On notera qu’ils sont quand même restés sages au vu de leur réputation plutôt houleuse des années 80, comme quoi l’âge rend sage, mais pas trop.

I’m a dead cat !
http://www.washingtondeadcats.com

 
 
Pour clôturer cette soirée nous avions du gros son au casse-bouteille sound system. Pour ma part, c’était petite discussion dans les loges, suivie d’un after sur le terrain de rugby et d’un arbitrage sur le camping à 8h du mat’, pour finir dans ma 3 secondes made in Quechua pour quelques heures de sommeil bien méritées.

Le samedi, c’est pas pas fini !

Réveil difficile via l’autocuiseur de la tente au soleil, on guettera l’Est le soir même pour se trouver une place qui est à l’ombre le matin.
Parce que dans le Gers aussi il y a des enfants, l’après-midi leur était dédiée. Des tours de magie par un magicien qui a de la répartie quand un gamin lui demande :

« Tu connais pas d’autres tours de magie ? »
« Non j’ai que ceux-là, pour d’autres tours il faut voir d’autres magiciens »
« Il y a d’autres magiciens ? »
« Non je suis le seul »

J’ai ri.
Il y avait aussi divers ateliers, de ballons en forme de… d’animaux par exemple, du maquillage et j’en passe.

19h, arrivée de l’APERO RURAL BAND en fanfare, d’une qualité toute relative, oui, c’est l’heure de manger. Et comme à Preignan, ils font ça bien, c’était un grand repapéro pour les villageois qui s’est passé… sous les parapluies ! Et oui la pluie était de la partie, cela n’a en rien réduit la motivation générale et la soirée a continué, chacun bravant l’averse à sa manière, serrés sous un parasol, collés au bar, devant la scène en regardant autour de soit et sortant « mais il pleut pas ! ».

THE MENTO MEN

Chemise Hawaï, chapeau d’paille, orteils en éventails. Autant vous dire que c’était en complet contraste avec la météo, il suffisait de fermer les yeux pour se retrouver sur la plage d’un pays refusant l’extradition avec sa piña colada. Parfait pour une petite danse en face de la guinguette, c’est la danse du parasolpluie !

C’est qui Sammy au fait ?
http://www.myspace.com/thementomen

THE PEPPER POTS

Fraîchement débarqués des années soixante, les espagnols de The Pepper Pots nous ont vendu du rêve avec ses trois charmantes chanteuses et ses cuivres qui en jettent. Des chorégraphies bien sixties, les cheveux dans le vent, on aurait dit qu’il y avait une souffleuse, elles avaient juste les intempéries en pleines tronche, mais ces dames n’ont pas bronché, restant très pro et nous offrant un show impeccable. C’était le rayon de soleil au milieu de ce début de soirée pluvieux, on en redemande !

http://www.thepepperpots.com

BOBBY SIXKILLER

Les Pepper Pots ayant donné le courage aux festivaliers frileux de s’approcher de la scène nous avons pu profiter du rockskasteady des cinq nancéiens de BOBBY SIXKILLER qui nous on proposé de la grande qualité musicale avec un guitariste sans doute cousin éloigné de Ben Harper qui envoie du bois et un extraterrestre au clavier. Agréablement surpris par le niveau du groupe, on a pris un grand plaisir à se dandiner sous la pluie.

http://www.bobbysixkiller.fr

BILLY HORNET « A poil le Gers ! »

Oui, « à poil le Gers » pour ce trio en manque qui a clôturé cette scène du Rock’n’Stock par du rock’n’roll de qualité, qui a fait bougé même les plus jeunes d’entre nous et fait fuir la pluie. C’est donc en séchant que nous avons pu profiter de ce groupe composé d’un guitariste chanteur, d’un batteur et d’un contrebassiste qui doit, au vu de sa manière de jouer, être maître dans l’art de la fessée. Après un nombre de rappels difficilement calculable, c’est ainsi que s’est terminée cette soirée forte en découvertes.

http://www.myspace.com/billyhornett

 

At the end

Pour conclure, Rock’N’Stock c’est un savoureux mélange des genres, une programmation musicale très bien choisie, des groupes de qualités et une ambiance inimitable.

Vous faites quoi le premier weekend de juillet l’année prochaine, vous embarquez dans la fusée ? Tonton Canard et moi, on y sera.

 
 
 
 
 

Merci à toute l’orga pour ce superbe accueil, organisation et programmation ! A l’année prochaine ! Et merci à Eskale Quilombo pour les vidéos !

See ya !


NDRédac’chef : Pour ceux qui ne comprennent pas les références incluses dans la dernière vidéos, c’est par là.