Fort Boyard, un voyage inattendu


A la télévision française, peu d’émissions ont eu une durée de vie conséquente. Les quatre doyens encore en activité sont Le Jour du Seigneur, Des chiffres et des lettres, Automoto et Thalassa. Depuis que je suis en âge de comprendre ce que je regarde sur le petit écran, j’ai une affection particulière pour Fort Boyard que j’ai regardé pratiquement chaque été. Le lancement de la 25e saison du jeu le 28 juin est l’occasion rêvée pour reparler de cette émission emblématique.

Un grand vaisseau de pierre

Le principal atout de l’émission, qui lui donne cette atmosphère si particulière, c’est le fort Boyard en lui-même, situé entre l’île d’Oléron et l’île d’Aix dans le département de la Charente-Maritime. Monument historique, c’est un ancien bâtiment de l’armée achevé en 1857 qui devait protéger l’arsenal de Rochefort. Sauf que dès la fin de sa construction, son utilité est remise en cause et le fort devient une prison. L’armée, ne sachant pas trop quoi en faire, l’abandonne et le laisse à la merci des pillards. En 1961, mis aux enchères, il est vendu à un dentiste belge qui ne fera pas de travaux et le laissera se détériorer.

Mais un jour de tournage pour l’émission La Chasse au trésor, le créateur de jeux Jacques Antoine (génial inventeur dont la mort n’a pas fait les gros titres des journaux) tombe sous le charme du lieu et pense l’utiliser dans un nouveau jeu d’aventures. Il rachète la bâtisse pour plus d’un million de francs, fait des travaux de réaménagement et le revend au Conseil Général de la Charente-Maritime pour un franc symbolique, à la condition que ce dernier l’entretienne et que la société de production de Jacques Antoine en ait l’exploitation exclusive. Et dès 1990, après avoir convaincu la direction d’Antenne 2, le jeu Les clés de Fort Boyard apparaît, renommé dès sa deuxième saison Fort Boyard, tout simplement.

L’émission à côté de laquelle Disneyland fait documentaire

Mais au delà du lieu, c’est l’ambiance générale de l’émission qui plaît tant. Les créateurs ont voulu donner à chaque émission la forme d’une quête, d’une aventure où des chasseurs de trésors intrépides partent à l’assaut d’un pays imaginaire peuplé de personnes étranges (le père Fourras, les maîtres des jeux…) et d’animaux plus terrifiants les uns que les autres. Récupérer des clés et un mot code pour ouvrir une salle et trouver un trésor, on n’est pas très loin des films et romans d’aventures.

Certains numéros de Fort Boyard se déroulaient pendant la nuit

Certains numéros de Fort Boyard se déroulaient durant la nuit

Le présentateur, appelé également maître du Fort, joue également un rôle de guide pas forcément bienveillant. Patrice Laffont, premier présentateur du programme, a véritablement travaillé ce rôle et c’est pour cela que pour beaucoup, il est indissociable de Fort Boyard. Olivier Minne, actuel présentateur, excelle également dans ce rôle. Seul le deuxième présentateur, Jean-Pierre Castaldi, a un loupé sa prestation. Enfin, pour parachever le tout, il y a la musique de Fort Boyard. Je ne parle pas ici de l’illustre générique de l’émission, mais de tous les morceaux accompagnant le jeu, compositions de Paul Koulak. Je possède la bande originale et je peux vous garantir que certains titres s’insèrent très bien dans des parties de jeux de rôle.

« La porte, la porte ! »

Fort Boyard garde de bons taux d’audiences, même s’ils sont plus faibles qu’au milieu des années 1990 où l’on pouvait facilement frôler les 40% de part de marché. C’est en partie du au fait que le programme tente toujours de se renouveler en créant de nouvelles épreuves chaque année, certaines devenant même iconiques. Demandez à Bruno Solo ce qu’il pense de l’épreuve du tapis roulant. D’ailleurs, l’émission à laquelle il a participé, en compagnie notamment de Jean-Luc Reichmann, est devenue culte. Les participants avaient mis un sacré bordel ambiant et l’on sent, plusieurs fois, que Patrice Laffont a envie de se fâcher tout rouge.

 
C’est aussi grâce à Fort Boyard qui j’ai pu voir pour la première fois une femme dénudée, bien avant le film érotique du dimanche soir sur M6. Pendant l’épreuve du Labyrinthe obscur, aussi appelée Fil d’Ariane. Un candidat était lancé dans un labyrinthe plongé dans le noir et avançait grâce à ses coéquipiers qui possédaient un plan du labyrinthe. A la fin, le candidat tombait sur Ariane, une jeune femme totalement dénudée, et devait chercher à la lueur d’une torche un mot tatoué sur son corps. Le tout ponctuée par une musique de Paul Koulak, mystérieuse et entêtante. Cette épreuve a été néanmoins supprimée après la saison 2000.

On pourra arguer que Fort Boyard est le vestige d’un temps passé, d’une façon ancienne de faire de la télé, que c’est complétement ringard. Peut-être, mais de nombreuses personnes restent de grands fans de l’émission et n’hésitent pas à créer des sites internet très documentés, retraçant l’historique de chaque saison, de chaque épreuve. Et puis, il y a quelques années de ça, je me suis retrouvé un samedi soir d’été avec plusieurs enfants. Devinez quoi : ils ne voulaient pas non plus rater un épisode de l’émission et nous nous sommes tous réunis devant la télé, formant une assemblée composée de personnes âgées de 6 à 30 ans. Alors oui, Fort Boyard est peut-être ringard mais croyez-moi, l’émission plaît encore beaucoup.

Fort Boyard reprend sur France 2 le 28 juin.