Une « Frontier » à ne surtout pas franchir!


Résumé : L’agent du Nord Yuichi Meguro est le détenteur d’une redoutable technique d’assassin, l’art du Kuro.Après 15 années à vivre caché en tant que japonais, il se voit confier la mission de capturer et de supprimer deux traîtres possédant le même art que lui. Un choc violent entre protagonistes maîtrisant une technique sans égal. C’est durant ce combat que Meguro découvrira un bien triste secret !!

Frontier est un manga dont je n’avais jamais entendu parler, et rétrospectivement je me dis que j’aurai préféré que ça reste ainsi.

Il m’est déjà arrivé de chroniquer des seinen, donc ce n’est pas une question de thèmes, de dessins ou de violence, mais là, instinctivement, avant même de commencer j’ai senti une série pauvre.

Dès le premier contact donc, visuellement, le dessin est très particulier… Bon soyons honnête, j’ai trouvé les dessins très laids, les  personnages sont difformes, même les principaux protagoniste n’ont pas deux fois les mêmes traits, les décors sont bâclés, les effets sont faciles et mal exécutés.

Donc les dessins ne sont pas bons, d’accord. Qu’en est-il de l’histoire ?

Une histoire d’espionnage, d’agents dormants, d’amour et de combats. On a vu plus original niveau thèmes.

Mais là encore c’est très faible, l’histoire dans son intégralité  tient sur un post-it. On ne sait rien des personnages ou très peu, une pointe de mystère c’est bien, mais le problème ici c’est que l’on ne sait rien et qu’on a aucune envie d’en savoir plus !

Les personnages sont des stéréotypes ambulants. Il y a  un « Jean Réno » veuf  qui cache bien son jeu et fait tout pour tenir la promesse faite à la femme de sa vie. Une jeune fille en détresse qui va devenir le nœud de l’histoire. Un détective mystérieux à coupe afro, un jeune loup amoureux et un méchant très méchant et manipulateur.

Certains personnages utilisent une technique de combat mortelle, le Kuro. Elle consiste à faire exploser les os et les organes internes de l’adversaire à main nue.  Le hokuto shinken de Ken le survivant n’est pas loin. Mais contrairement à la série culte Hokuto no Ken, les enjeux de Frontier sont inexistants ou au mieux inintéressants.

Un des passages un peu réussi est  calqué sur le Hana-bi de Kitano, sur une plage qui lui ramène des souvenirs de son passé, il rend hommage à son « épouse de couverture ».  Mis à part ça et quelques volatiles, ça ne casse pas trois pattes à un canard.

Toute la série semble reposer sur le mystère du « Nord » et ses intentions belliqueuses,  sur la violence des combats et sur la loyauté du personnage principal envers sa défunte « épouse ».

Le tout est pour moi, un peu trop paranoïaque, mal dessiné, violent inutilement et trop déjà vu. Je sais pourquoi il n’y que trois volume qui compose la série, ce doit être parce qu’au bout d’un tome il n’y avait déjà plus rien à dire ….


Frontier de Yoji Ishiwata Glénat Collection Seinen 192 pages - 7€50

[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]