In the Loop


in_the_loop

Entre Londres et Washington, les gouvernements britannique et américain se livrent à de folles tractations dans la dernière ligne droite avant une possible invasion de l’Irak… Dans une interview, l’ambitieux mais maladroit Secrétaire d’État britannique au Développement International, Simon Foster, commet une gaffe qui va provoquer un vent de panique dans les arcanes du pouvoir et des médias, des deux côtés de l’Atlantique, à l’approche d’un vote décisif à l’ONU…

C’est avec l’idée de passer un bon moment de cinéma que je suis entré dans la salle obscure ; espoir car seule comédie diffusée durant le festival, car premier et sûrement seul film anglo-saxon vu pour ma part durant cette édition et enfin le bouche à oreille avait déjà fait son labeur. Apparemment un bon crû en perspective.

The Thick of it

Réalisé par Armando Iannucci plus connu pour son implication dans nombre de séries télévisés anglo-saxonnes, In the Loop est inspiré de la série The Thick of It diffusée sur la BBC, satire de la politique menée par les Anglais et les Américains au 21ème siècle. La plupart des acteurs de la série ont de nouveau endossé leur rôle pour le film et, ma foi, quel plaisir de découvrir tant de talent comique!

in-the-loop-20090220092553870_640wUnforeseeable, imprévisible…

D’emblée on rentre dans le vif du sujet, les cartes et les rôles sont distribués, les enjeux déterminés, ne reste plus qu’à dérouler le tapis pour que tous nos protagonistes donnent leur pleine mesure…c’est parti pour un florilège d’humiliations, de cynisme, sarcasmes, silences embarrassants, insultes en tous genres et sens de la répartie jouissif, un vrai régal !!
Le film reprend la période de tractations avant la décision ferme et définitive d’une intervention militaire en Irak. La simple idée que la plupart des membres des entités en cause dans cette prise de décision soient aussi manipulateurs, manipulés et embarqués dans des alliances et complots digne des plus grands stratèges de Secret Story est à la fois affligeant, drôle mais surtout très inquiétant…

To climb the mountain of conflict

A mon sens, si vous deviez voir le film pour une seule raison elle porte deux noms.

loop2Le meilleur de tous, cela reste mon avis, est Malcolm Tucker (Peter Capaldi), directeur de la communication du cabinet du premier ministre. Cruel, colérique, vulgaire, blessant ; sa rage et sa haine de l’autre semblent presque pathologiques. Il hurle, crie, humilie, invective, aboie, passant la majeure partie du film dans un état constant de colère et de fureur, saupoudrant le reste de ses victimes du moment de quelques surnoms ravageurs. Succulent.

Notre deuxième larron est l’objet du scandale (si cher à Durand), Simon Foster (Tom Hollander), ministre du développement mondial, après avoir clamé haut et fort lors d’une interview que la guerre était imprévisible, celui-ci s’attire l’ire du premier sus-nommé et accumule les erreurs, imprévus, non-sens, embarras et déclarations catastrophiques…du flegme, un chouilla de sottises et une pincée de niaiserie et vous obtenez un personnage désopilant à souhait.

Brilliant, brilliant, lemon brilliant

Malgré quelques minutes de trop, In the Loop se révèle être une comédie politique(ment) cruelle mais savoureuse car d’une drôlerie et d’une réalité frappante.


in-the-loop21
In the Loop
Réalisé par Armando Iannucci – 2009 – 1h46 – Angleterre
avec James Gandolfini, Peter Capaldi, Steve Coogan…
Sortie 18 novembre 2009


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]