Je suis un vampire


Résumé: Le fils du grand pharaon Kheops vit dans un corps d’enfant de douze ans depuis 5 000 ans. Immortel, vampire et seul au monde, il a traversé les siècles, traqué par la haine féroce de la prêtresse Ahmasi, qui n’a qu’une obsession : détruire l’enfant, après chacune de ses résurrections. Pour gagner la paix et le droit à l’amour, il devra accepter l’aide de ses amis mortels…

Trop de la balle!

La première chose qui m’a attiré vers ce roman graphique, c’est le dessinateur Eduardo Risso, j’ai découvert son travail sur l’excellente série 100 Bullets et je n’en ai que plus apprécié son travail sur ce Je suis un vampire. L’utilisation du noir et blanc est ici géniale, digne d’un Frank Miller époque Sin City.

La pertinence du noir et blanc vient enrichir l’histoire, l’éternel duel entre l’enfant et la prêtresse, deux êtres que tout opposent. Il est un garçon, elle est une femme. Il est chevelu, elle est chauve. Il est condamné à rester un pré-adolescent, elle est une jeune adulte. Il ne connaitra jamais les plaisirs charnels, elle ne connait que ça et vit même de son corps. Comme une sorte de Yin Yang cosmique, ils sont les opposés qui s’affrontent depuis 5000 ans uniquement unis par l’immortalité.

Cette opposition, ce combat est surtout une très divertissante variation sur le thème du vampire et une relecture de l’histoire de l’humanité vu à travers le prisme de ce duel. Le soleil n’est pas l’ennemi du vampire, il lui donne ici la vie et c’est pour cette raison que l’enfant le déteste, parce qu’il est la source de son immortalité et donc de sa malédiction. On apprend des choses sur les sept merveilles du monde et sur l’histoire de l’Égypte ancienne à nos jours, toujours à travers le récit de cette enfant sans nom et de son éternelle Némésis.

C’est aussi une jolie histoire d’amour et de confiance. Mais également l’histoire d’une vengeance qui doit  s’accomplir.  Deux destinées que tout oppose et qui sèment la mort et chaos sur leur passage. Entre polar, fable initiatique et conte fantastique. Un régal.

Les deux auteurs argentins, Carlos Trillo au scénario et Eduardo Risso au dessin, se complètent et enrichissent le travail l’un de l’autre. L’histoire est passionnante, émouvante et imaginative. Quant au dessin, il est hallucinant de brutalité, d’érotisme et d’intensité.  On redemande.

Pour public averti


Je suis un vampire (Boy Vampiro en V.O.) de Carlos Trillo - Eduardo Risso Glénat Drugstore Collection : Les intégrales 222 pages -15€ 4 Novembre 2009

[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]