Jérémy Ferrari fout le bordel à Bordeaux


Vous avez probablement constaté quelques petites obsessions, chez Mandorine. Jeux vidéo, Guerre d’Espagne, absurde, illustrés étasuniens, humour noir, Jason Lytle, et pornographie sont nos principaux ressorts. Il fut donc difficile de ne pas vous parler du passage d’un des désormais célèbres maîtres de l’humour noir dans nos terres bordelaises.

Si difficile qu’on n’a pas pu résister. Récit de notre soirée au théâtre Femina en compagnie de Jérémy Ferrari, donc. Histoire d’entretenir cette image de monomaniaques de la culture.

Cet homme va trop loin

Comme pour sa Némésis, si vous ne savez pas qui est Jérémy Ferrari, on ne peut plus grand chose pour vous. A part peut-être vous proposer une présentation rapide de l’artiste. Mais c’est vraiment parce qu’on a du mal à laisser nos lecteurs dans l’ignorance.

Jérémy Ferrari, à l’instar d’Arnaud Tsamere, vu dans ce même théâtre Femina en novembre dernier, fait partie des révélations de l’émission On ne demande qu’à en rire de Laurent Ruquier, diffusée durant trois ans sur France 2. Adepte de l’humour noir, choisissant des sujets casse-gueule et délicats, Jérémy Ferrari parvient rapidement à sortir du lot : son écriture, son jeu d’acteur impeccable et sa propension à faire passer des messages intelligents dans ses sketchs en font un des humoristes les plus appréciés de l’émission. Belle performance, quand on sait que l’humour noir est particulièrement difficile à vendre à la télévision.

Difficile également de ne choisir qu’un ou deux sketches de son répertoire, tant il regorge de pépites, mais je vous invite à regarder son désormais célèbre remake de SOS suicide pour commencer. Puis d’enchaîner sur le sketch qui suit, L’adoption pour les nuls, interprété en compagnie de son collègue Guillaume Bats.

 
A ce sujet, si vous avez quelques minutes devant vous, n’hésitez pas à visionner cette interview édifiante de Jérémy Ferrari à propos de son passage au Téléthon, en compagnie de Guillaume Bats.

« Mieux vaut une minute de rire qu’une minute de silence. »

Dans son spectacle, Hallelujah Bordel !, Jérémy Ferrari s’attaque à un autre sujet sensible : la religion. Oui, ce type aime jouer avec le feu. Pourquoi ce sujet ? Si l’on en croit l’humoriste, il a enchainé les petits boulots lors de son arrivée à Paris. Après un passage au SAV d’Orange, il entre en dépression. Sur les conseils de ses proches, il décide de se tourner vers la religion pour résoudre ses problèmes. Mais laquelle choisir ? Jérémy Ferrari commence alors un parcours qui durera quatre ans, au cours duquel il étudiera plusieurs religions, en commençant par la première partie de La Bible, sur laquelle les trois grandes religions monothéiques s’accordent.

Dans Hallelujah Bordel !, donc, l’humoriste s’attarde sur quelques passages du Pentateuque / la Torah, ainsi que du Coran, soulignant leur violence et leur absurdité. Et enchaîne sur des articles de presse relatant les actes des plus extrémistes de chaque religion, dans une séquence qui ferait pâlir les gagnants des Darwin awards. Le tout entrecoupé de quelques sketches aux sujets plus pesants les uns que les autres. Tout le monde en prend pour son grade : catholiques, musulmans, juifs, athées… y compris lui-même. Il entraine le spectateur dans son délire et déclenche des rires francs grâce à son talent d’écriture, l’énergie et l’air absolument ravi avec lequel il débite des horreurs, le tout saupoudré d’une bonne dose d’autodérision. Et la scène de fin démontre, au cas où on ne l’aurait pas encore remarqué, son excellent et très juste jeu d’acteur.

En somme, une soirée réjouissante et instructive – son improvisation d’intro aura appris au spectateur comment étouffer quelqu’un en 45 secondes, toujours utile -. Je n’ai cependant pas réussi à comprendre les cris de midinettes de certaines de ses admiratrices, qui n’auraient pas dépareillé dans un épisode de Fan de.

 
Si vous n’avez pu vous procurer des places pour les toutes dernières dates d’Hallelujah Bordel !, c’est dommage, car la tournée tire à sa fin. Mais le DVD du spectacle est sorti il y a quelques semaines, pour vous consoler – je vous conseille vivement de vous jeter dessus pour voir ce spectacle à la fois hilarant et intelligent, fait assez rare pour être noté -. Et Jérémy Ferrari travaille actuellement sur son prochain spectacle, qui prendra un sujet tout aussi léger : la guerre. On l’attend avec impatience.

 
Hallelujah Bordel ! de Jérémy Ferrari
Dernières dates de la tournée actuellement en France
http://www.jeremyferrari.fr