Live-Report KAS PRODUCT + Violence Conjugale – 07/11/2012


Vous n’y aurez pas échappé, ces derniers temps la mode est à la nostalgie des années 80. À la télévision, au cinéma ou en spectacle, des producteurs n’ont aucun scrupule à tirer de leur sommeil ces momies au visage figé et autres morts-vivants du showbiz et à les exposer sous toutes les coutures… La musique française des 80’s ne se limite pourtant pas à Julie Pietri, Desireless ou encore Jean-Luc Lahaye… Et l’I.Boat nous l’a montré en programmant KAS PRODUCT, icône de la scène Cold Wave française !

Le 7 Novembre dernier, au soir… Je sors du tramway B à l’arrêt Bassin à Flot, direction l’I.Boat, l’endroit à la mode dans lequel je n’aurais jamais imaginé mettre les pieds un jour… Une fois les docks traversés (plutôt glauques de nuit soit dit en passant), j’arrive devant le fameux bateau « salle de concert / boîte de nuit » et je découvre un lieu plutôt sympa mais qui se révélera vite exigu. Après avoir constaté que la salle de concert, située dans la cale du bateau, n’était pas encore ouverte, je vais patienter dans la partie bar pour retrouver des amis autour d’une bière. Et c’est là que je constate une chose à laquelle je m’attendais et qui confirme que la soirée sera 80’s, mais 80’s underground et non populaire ! La moyenne d’âge des personnes présentes se situe au-delà des 40 ans et la majorité d’entre elles est affublée de vêtements sombres, Doc Martens, certaines arborant même de magnifiques iroquoises ! Car ce soir, à l’affiche, il y a KAS PRODUCT !

Spatsz et Mona Soyoc dans les années 80

Pour ceux qui ne connaissent pas (et je sais que vous êtes nombreux), KAS PRODUCT, duo originaire de Nancy, a été formé en 1980 par Mona Soyoc (chant/guitare/piano) et Spatsz (synthé/électroniques). Le groupe délivre un mélange hypnotique et cinglant de new wave, d’electro-punk et de post-punk (on peut parler de cold wave mais je trouve ce terme typiquement franco-belge et englobant des styles musicaux comme la new wave, le goth rock ou le post-punk, un peu trop « fourre-tout »… Un peu comme quand on parle de pop music…). Leur premier album, Try Out sorti en 1982, se positionne comme un des incontournables de cette scène underground française.

Violence Conjugale

Retour à l’I.Boat. Le temps de finir ma bière, la chaine barrant l’accès à la cale est retirée et je peux enfin découvrir la salle de concert, plutôt sympathique elle-aussi bien qu’un peu petite. Un placement stratégique devant la scène et quelques minutes d’attente plus tard, la soirée commence avec la première partie : les bordelais de Violence Conjugale, un groupe formé par deux amis qui s’étaient bien gardés de me dire qu’ils allaient ouvrir la soirée. C’est donc parti pour environ 45 minutes de show. New Wave minimaliste, mélodies accrocheuses, refrains entêtant, chant en français et second degrés… voilà ce qui caractérise Violence Conjugale ! Le groupe semble tout droit sorti des années 80 et nous livre une prestation pleine d’énergie et d’humour. On sent qu’ils s’éclatent sur scène, et ça fait toute la différence. Même les « vieux de la vieille » qui ne les connaissaient pas sont conquis ! Le concert se termine et je me rends compte en me retournant qu’il y aura beaucoup plus de monde que je ne l’imaginais ce soir…

KAS PRODUCT

J’en ai la confirmation en remontant au bar : l’endroit est plein à craquer. Impossible de circuler. Je prends donc la décision de redescendre dans la salle et de me placer tout de suite devant la scène. Et quelle bonne idée que j’ai eu ! La salle ne tarde pas à se remplir, les gens se serrent, ça se bouscule, se faufile,… Deux fan-girls quinquagénaires derrière moi évoquent leurs souvenirs de l’époque. Je ne me sens presque pas à ma place au milieu de tous ces « anciens » du milieu… Le show va commencer ! Un dernier coup d’œil en arrière pour constater que la cale de l’I.Boat ressemble désormais à celle d’un bateau rempli de clandestins serrés comme des sardines et c’est parti !

Après une entrée très théâtrale de la chanteuse/guitariste/pianiste Mona Soyoc sur fond de nappes électroniques tout droit sorties synthétiseur de Spatsz, la machine est lancée et les titres s’enchainent pour notre plus grand plaisir. Mona délivre une énergie incroyable qu’elle communique sans problème au public qui en redemande. Mention spéciale aux titres One of the Kind, Never Come Back et So young but so cold tirés de l’album Try Out qui ont su déchainer les foules et faire chanter les quinquagénaires derrière moi. Et les coups de feu tirés à blanc par Mona sur le public sur Underground Movie… Un grand moment qui a failli provoquer quelques crises cardiaques je pense !

Après plus d’1h30 de concert et deux rappels, le show se termine et on est presque triste que ça soit déjà fini. Le temps de dire au revoir aux amis, je remonte de la cale à reculons et je sors de l’I.Boat un peu triste, me disant que c’était certainement la première et la dernière fois que je voyais KAS PRODUCT, moi qui n’imaginais même pas pouvoir les voir un jour en live. La file d’attente qui s’est déjà formée à l’extérieur pour la deuxième partie de soirée « clubbing » est déjà importante et me confirme que, malgré un cadre très sympathique, il n’y a que les concerts qui en valent la peine qui me feront revenir ici. Car cette soirée fut un grand moment et très certainement un des meilleurs concerts qu’il m’ait été donné de voir en 2012 !

 

Site officiel de KAS PRODUCT

Site officiel de Violence Conjugale