Koko de Fumiyo Kono


Koko…rico !!!!!!?? Non, ce n’est pas le cri de quelqu’un qui interpelle un ami espagnol, ni celui des supporters français suite à une victoire de leur équipe de football mais bien le chant du coq dont il est question ici, car c’est lui qui est le héros du manga de Fumiyo Kono.

Yayoï, petite fille d’une dizaine d’années, découvre un coq sur la route et décide de l’élever comme animal domestique. Mais autant l’éducation d’un chien peut parfois être facile, celle d’un coq s’avère moins aisée et réserve à Yayoï de nombreuses surprises.

Couper le coq en morceaux. Faire une marinade avec 1 l de vin, de l’huile, du poivre concassé, du persil haché, du laurier, du thym et de l’ail concassé… Houla, je m’égare! Je ne suis pas là pour vous donner la recette du coq au vin mais pour vous parler du manga Koko.

Publiées dans la collection Glénat Kids et plutôt adressées aux enfants en âge d’aller à l’école primaire, les aventures de Yayoï et de son coq arriveront aussi bien à les faire sourire qu’à les émouvoir. Les chapitres présentant de petites histoires courtes leur faciliteront la lecture.

On peut y voir la progression de l’attachement respectif entre le coq et sa jeune maîtresse, leur complicité naissante malgré le caractère difficile du volatile, qui est moins coopérant qu’un chat ou un chien. C’est justement cet aspect qui constitue le principal intérêt de ce livre puisque les difficultés d’apprentissage et la domestication de Koko sont sources de nombreuses péripéties et apportent du rythme à l’histoire. Les jeunes lecteurs pourront découvrir la vie d’une famille au Japon et mieux comprendre les événements qui ponctuent le quotidien comme la fête sportive de l’école, les repas, les cours d’été…

Le dessin des personnages, plus simple et moins caricatural que dans d’autres mangas, colle parfaitement à l’histoire en mettant l’accent sur l’ambiance et la sincérité des sentiments exprimés. Les décors d’une petite ville japonaise, entre béton et verdure, sont soignés et nous donnent l’illusion d’être invités à vivre aux côtés de Yayoï et Koko. Le découpage des planches et la mise en page, très clairs, permettent aux enfants d’aborder en douceur l’univers du manga.

La post-face rédigée par l’auteur révèle que cette dernière a elle aussi possédé deux coqs lors de son enfance et que les aventures de Yayoï et de Koko sont en partie inspirées de ses propres souvenirs.

Bref, ce manga est un premier achat judicieux pour des enfants en âge d’approfondir leurs connaissances en lecture.

Koko de Fumiyo Kono
Glénat manga
Collection kids
8,99€
Paru en mars 2010