La Nuit des temps – René Barjavel


« Avec tout ce qui a été révélé depuis, comment pourrait-on encore penser que ce fut le hasard seul, ou une quelconque raison raisonnable, qui fit venir ces hommes avec tout le matériel nécessaire en ce point précis du continent […] ? »
La Nuit des temps, premier chapitre – René Barjavel

barjavel

Ce point précis du continent c’est le pôle Sud, là où les membres d’une mission d’Expéditions Polaires française font un relevé du relief sous-glaciaire. Les couches de glace datent de plus de 900 000 ans, et pourtant ils captent un signal à une profondeur extrême. Ce qu’ils découvriront bouleversera le monde, et tout particulièrement Simon, le spectateur, l’écrivain, l’acteur, de cette histoire.

Barjavel nous raconte ici un drame universel, avec en premier plan une histoire d’amour mythique et éternelle, un Roméo et Juliette contemporain. Alors qu’en fond de toile il évoque la mythologie de la cité disparue (l’Atlantide), que l’Homme Moderne ne peut et ne veut accepter, de part notre évolution vers un siècle meurtri, jaloux et inhumain. Il se sert de son héros pour raconter l’aventure extraordinaire vécue par une équipe de chercheurs, médecins, ingénieurs du monde entier, véritable mélange de cultures, face à une telle découverte, scientifique et humaine. Sous forme à la fois épistolaire et cinématographique, ce roman est très visuel, parlant et sonore. Logique, lorsqu’on sait que cette histoire est à la base un scénario, que Barjavel n’a pas pu produire, faute de moyens.

Tous les thèmes et les formes sont abordés, le journal intime, l’amour, la retranscription journalistique, la critique d’une société trop dans l’excès, trop méfiante et destructrice, autodestructrice, qui laisse tout se décider par une ou deux personnes dans l’ombre de leurs jets privés, destinée funeste de notre civilisation.

Et pourtant, appuyé par l’écriture onirique et poétique de son auteur, on ne peut qu’être profondément bouleversé par le couple Eléa et Païkan, leur perfection, leur osmose, les deux ne faisant qu’un, leur amour plus fort que le mot « amour », l’utopie de leur vie idéale.

René Barjavel (1911-1985), précurseur de la science-fiction française, se fera un nom grâce à ce roman, en 1968. Marqués par cette œuvre, bon nombre de membres du milieu du cinéma on tenté de l’adapter, et tentent encore de le faire. Mais pour bien le faire, il faut que les producteurs donnent un budget conséquent, pour une œuvre conséquente.

Alors soyons patients, et pour l’attente, il ne vous reste plus qu’à vous plonger au cœur d’un souvenir remontant à la nuit des temps. .


La Nuit des temps de René Barjavel Pocket 416 pages, 7€40