La rencontre du troisième type


Cold the Paul Ice

Le duo Simon Pegg/Nick Frost est surtout connu pour les géniaux  Shaun of the Dead et Hot Fuzz. Le premier était un hommage/parodie des films de morts-vivants et le second aux films d’action/buddy movies, chacun reprenant brillamment les codes du genre pour les régurgiter à la sauce britisho-geek.

Ces deux films résultent de la collaboration plus que fructueuse avec Edgar Wright, le formidable réalisateur du déjà culte Scott Pilgrim Vs the World. En dehors de ces collaborations sur grand écran (cette petite bande a d’abord fait ses armes à la télévision britannique, avec entre autres la série Spaced), on a pu voir Simon Pegg et Nick Frost en solo dans différentes productions jusqu’à cette année 2011.

Entre deux prises sur le tournage de Shaun of the Dead, les deux compères commencent à coucher des idées pour un hommage aux films d’extra-terrestres et aux road-movies. Après quelques années d’écritures, le scénario de Paul est enfin prêt.

En voici le résumé : Depuis 60 ans, Paul, un extraterrestre, vit sur Terre et collabore avec le gouvernement américain. Il se cache à l’abri des regards dans une base militaire ultra secrète… Paul est à l’origine de tout ce qu’on a pu imaginer sur les extraterrestres, du merchandising aux scénarios de Rencontres du troisième type, E.T. ou encore X Files. Hélas pour lui, maintenant que le gouvernement américain lui a soutiré toutes les informations intéressantes sur la vie extraterrestre, il décide qu’il est temps de se débarrasser de lui . Paul réussit alors à s’échapper et tombe nez à nez avec deux adolescents attardés fans de science-fiction qui sillonnent les États-Unis en camping car. Paul les convainc de l’emmener avec eux et de l’aider à quitter la Terre. La tâche s’avère d’autant plus difficile pour nos deux « héros du dimanche » qu’ils sont poursuivis par un flic implacable assisté de deux pieds nickelés du FBI…

Le film se fait sans Edgar Wright (et ça se sent un peu…) mais pas sans leur humour imparable. Le simple fait de voir leurs têtes de geek ahuris est suffisant pour provoquer l’hilarité. Et la succession de situations improbables et de références dans tous les sens  à tous les films d’extra-terrestre ne fait qu’ajouter à la bonne humeur de salles entières.

 

Paul un tas de références

Outre le fait que c’est extrêmement drôle, le point fort du film est la multiplication des références et des allusions à tout ce que le genre nous à déjà offert. De X-files à E.T. en passant par Rencontres du troisième type, sans oublier les indispensables Star Wars et Star Trek. Mais le film pousse la geekerie encore plus loin en présentant aussi des clin d’œil aux comics, au Seigneur des anneaux ou en faisant allusion à un film mélodramatique comme Lorenzo.

La réalisation de Greg Mottola n’est pas des plus inspirée, ni révolutionnaire, mais fait le boulot. On rit, les effets spéciaux sont de bonne facture, les interactions crédibles, les acteurs ne sont pas trop en roue libre à cabotiner comme des malades et mêmes les seconds rôles sont excellents. Notons également que contrairement aux précédents films de ce binôme, ils sont cette fois-ci sur un pied d’égalité, ce n’est plus Simon Pegg la star et Nick Frost le faire-valoir. Contrat rempli.

Allez voir ce film c’est l’assurance de passer un bon moment, entre rigolades, références et hommages.

 

Paul New(not a)man

Avant d’être un film sympathique, Paul c’était un gars en tongues et bermuda lui aussi,  qui se prend en photo tous les jours pendant sa pause. Là aussi c’est un fleuron de références et de jeux de mots capillotractés des plus rafraîchissant.  On vous conseille également  le clip Boy you’re an Alien des jeunes-bordelaises-à-mèches-trop cool-malgré-elles  April Shower. Clip co-réalisé par Paul Jaeger …

 

 

 

 

Amusez vous bien avec cette Paulysémie schizophrénique qui mélange un film, un site et un clip !

 


Paul de Greg Mottola 2 mars 2011 Avec Simon Pegg, Nick Frost, Seth Rogen, Kristen Wiig, Jason Bateman, Bill Hader, ...