Le Tsar


tsaraff-2

1565. Ivan le Terrible, tsar de Russie, subit une défaite dans la longue guerre qui l’oppose à la Pologne. Il ne voit autour de lui que trahison. Pour lutter contre les traîtres, il crée une garde personnelle, « les Chiens du tsar », dont le signe de reconnaissance est une tête de chien accrochée à leur selle. « Les Chiens du tsar » plongent la Russie dans un bain de sang. Effaré, le métropolite – le chef de l’Eglise russe – se réfugie dans un monastère. Ivan le Terrible croyant comprendre et interpréter les signes, voit le Jugement dernier approcher. Il envoie alors chercher Filipp, son ami d’enfance, supérieur du monastère des îles Solovki, et le sacre métropolite. Ce dernier, en tentant de sauver les innocents de la cruauté du tsar, combat de plus en plus le pouvoir… alors s’affrontent deux visions du monde que tout oppose avec force et violence, fracassant la morale, la justice, Dieu et les hommes.

Cette fresque ample et massive, portée par des acteurs d’une solidité à toute épreuve, renvoie face à face pouvoir et religion dans la Russie archaïque.

Pavel et Piotr, des amis qui vous veulent du bien

19105993Le réalisateur russe Pavel Lounguine est bien connu dans nos contrées, notamment à Pessac, où il présenta pour notre plus grand plaisir un de ses films, Un nouveau russe en 2002. Habitué du festival de Cannes (Taxi Blues 1990 – pour lequel il remporta le prix de la mise en scène ; La Noce en 2000 – mention spéciale pour l’ensemble des comédiens), il revient dans la catégorie un certain regard avec son film Le Tsar où il retrouve un de ses acteurs fétiches dans le rôle titre d’Ivan le Terrible, Piotr Mamonov. Hormis Eisenstein et son magnifique Ivan le terrible, le cinéma s’est peu penché sur la Russie de cette époque. Quelle va être la vision historique du pouvoir selon Lounguine ?

4 actes et deux acteurs qui forcent le respect

le_tsar_1Une narration simple et épurée qui s’articule en quatre actes où se succèdent les confrontations physiques et psychologiques.  Le duel entre Piotr Mamonov qui incarne un Ivan Vassilievitch illuminé et destructeur (quel regard, quelle folie !!) et Oleg Iankovski le nouveau métropolite est la grande réussite du film.

On suit avec effroi leurs échanges sur Dieu et la responsabilité humaine tout au long des parties (la prière, la guerre, le sacrifice et le divertissement du tsar) se vivant comme une progression vers la folie totale. La violence pure et acharnée monte crescendo atteignant leur paroxysme avec la séquence du « divertissement du tsar », où l’on présente à Ivan des machines de torture – inspirées des principes mécaniques de Leonardo.

So massive !
Les couleurs, l’atmosphère, la musique omniprésente, les effets de montage… Le Tsar se révèle massif et oppressant, ce qui pourra déplaire à certains, enveloppés d’une chape de violence et de tyrannie trop lourde à porter pour eux.

Yvan…le mystique
Lounguine souhaitait avec ce film démythifier Yvan le terrible et sa main de fer, une figure historique qui fascine toujours autant une partie des russes et du monde. Il y arrive grâce à deux acteurs formidables et en réussissant à démontrer notamment par d’habiles passages d’introspection la fascination de deux hommes pour un même Dieu et leur perception opposée quant au pouvoir divin. L’interprétation de la religion est la fondation de leur opposition et du film.


le_tsar_4
Le Tsar
Réalisé par Pavel Lounguine – 2009 – 1h56 – Russie
avec Piotr Mamonov, Oleg Iankovski, Youri Kuznetzov …
Un certain regard, Cannes 2009
Sortie 13 janvier 2010


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]