Les morts sont en marche: « The Walking Dead » arrive!


Un adjoint du Shérif, Rick, se réveille d’un long coma, après une grave blessure par balle, et se retrouve confronté à un monde rempli de zombies venus d’on ne sait où. Son objectif: retrouver sa femme et son fils. Première étape: Atlanta, où un camps de survivants est censé se trouver…

Enfin!

Voilà plusieurs mois que j’attends avec l’impatience d’un enfant la veille de Noël la sortie de l’adaptation de la BD The Walking Dead. Fan du comics d’origine (12 comics en France) crée par Robert Kirkman, l’idée de voir ce petit bijou-papier sur petit écran me faisait envie d’avance. Notons aussi que Kirkman a participé au projet et que le réalisateur n’est autre que Franck Darabont, plus connu pour le film Les évadés et l’adaptation culte de La Ligne Verte. Mais, comme chaque adaptation, ne nous faisons pas de plan sur la comète! Ça peut être LA série de l’année comme LA série à rajouter à la longue liste des pires daubes jamais tournées!

Lors de sa diffusion aux États-Unis, le 31 Octobre, jour d’Halloween (coïncidence!?), le pilote a remporté un franc succès auprès du public outre-atlantique et a tapé tous les records d’audience pour la chaîne AMC (Mad Men et Breaking Bad entre autres). Toute série confondue, The Walking Dead présente le meilleur démarrage de l’année pour une nouvelle série, et montre qu’AMC a le potentiel d’une grande.

Le jour J, me voilà en possession du pilote de la série. Méfiante, stressée et brûlante d’impatience, d’espoir et de curiosité, j’appuie sur « play ».

Première réaction: « Quoi!? Déjà fini!? »

De la bande dessinée à l’adaptation télé.

Bien que le début du pilote évoque, sans hésitation, le film 28 jours plus tard, et  qu’on puisse penser que la série va uniquement tourner autour de zombies, on voit au fur et à mesure des minutes que l’histoire se centre principalement autour des personnages, bien travaillés et réalistes.

La trame de la BD est parfaitement adaptée dans ce pilote, se basant sur la découverte de ce nouveau monde, ravagé et chaotique, par Rick. La difficulté de l’adaptation étant de ne pas tomber dans le simple cliché du « défonçage de têtes de zombies, grimés en blanc aux corps décharnés et ensanglantés, à coup de flingues ou de barres à mines, en évitant les morsures ou les griffures ». Pari réussi! On se trouve plongé dans la vie d’un petit groupe de survivants faisant face à leurs peurs, leurs souffrances et à la folie qui les menace telle l’épée de Damoclès, dans cet univers où leurs proches errent dans les rues, les tripes à l’air. Suite à ce pilote, on comprend vite que Darabont démontre à nouveau son talent de réalisateur. On admire la qualité esthétique des longs plans contemplatifs, qui nous permettent de bien poser le décor et la suite de l’histoire. Les scénaristes de la série ont tout de même pris le parti de rajouter des petites choses en plus mais qui restent, tout de même, ancrées dans l’esprit du comic-book.

Le zombie : une recette qui marche (lentement)

The Walking Dead est la série télé qui fait le buzz actuellement dans le monde sans pitié de la série télé. Souvent, je suis tombée sur une série faisant l’actualité, où la sortie était attendue comme le messie et, au final, c’est un messie sans miracles.

Mais, pour une des rares fois où ça arrive, le pilote de The Walking Dead nous fait saliver. C’est comme un bon gâteau. Une pincée de gore, un peu de palpitant, une giclée de sang, saupoudré d’humanité et de survivants, et le tour est joué!! La série nous promet une belle épopée post-apocalyptique!

Une deuxième saison, de 13 épisodes, serait d’ores et déjà en préparation, pour septembre 2011.

The Walking Dead
Saison 1, 6 épisodes
Créée en 2010 par Franck Darabont
Avec Andrew Lincoln, Jon Bernthal, Sarah Wayne Callies…
Série américaine, format: 42 min
Genre: Drame, horreur


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]