Mirai Nikki vol.1


« Je vais te faire un cadeau. Je te fais don du futur. Mais si tu brises ce journal, tu te condamnes à mort … »

C’est ainsi que le résumé présente ce manga de Sakae Esuno. Nous suivons Yukiteru Amano, un jeune garçon qui passe ses journées à consigner dans son téléphone portable tout ce qui se passe autour de lui ainsi que l’heure et le lieu.

Lorsqu’il rentre chez lui seul (sa mère étant à l’étranger), il se retrouve à parler à Deus Ex Machina, personnage régnant sur le temps et l’espace, que Yukiteru pense sorti de son imagination. Un soir, Deus lui offre son téléphone portable légèrement modifié. Il l’accepte pensant que cela n’est pas réel. Il s’aperçoit dès le lendemain que son téléphone contient déjà tout ce qu’il va écrire dans la journée. Il va vite comprendre ce que cela implique.

En effet, il découvre tout au long de ce tome d’autre personnes qui ont le même objet (un chronographe), ainsi que l’étendu du petit jeu de Deus. Ce petit jeu, réunissant 12 participants, appelé course contre la mort a pour but de voir émerger le futur héritier de Deus. Aucun des participants ne sait qui sont les autres et doit le deviner puis essayer de l’éliminer. Si un joueur détruit le téléphone d’un autre, ce dernier disparait, réduisant par la même le nombre de concurrent.

Les personnages :

Yukiteru Amano : adolescent replié sur lui même, passant son temps à consigner tout ce qui se passe autour de lui. Il se retrouve avec un téléphone contenant déjà tout ce qu’il va écrire.

Deus Ex Machina : sorte de dieu régnant sur le temps et l’espace. Yukiteru pense que c’est un personnage de son imagination mais il va découvrir qu’il n’en est rien.Il est à l’origine du jeu auquel Yukiteru se trouve mêlé. Il a aussi un bras droit se présentant sous la forme d’une petite fille portant le nom de Murmur.

Yuno Gasaï : élève dans la même classe que Yukiteru , on découvre qu’elle possède aussi un chronographe consacré à l’homme qu’elle aime, c’est à dire Yukiteru.

Les chronographes : sans être des personnages, ils sont aussi importants qu’eux dans l’histoire. En effet, chacun a une fonctionnalité différente et, de plus, si l’un des propriétaires va se faire tuer, il le lui indique avec la mention « joueur décédé ».  A la fin du tome 1, nous avons le droit à une petite explication sur 2 chronographes : celui de Yukiteru qui se nomme « journal fourre-tout » et sur celui de Yuno qui s’appelle « journal sur Yukiteru ».

L’auteur :

Né le 17 novembre 1973,  Sakae Esuno soumet des projets de manga à divers éditeurs alors qu’il est étudiant. Après une période passée en tant qu’assistant d’auteurs de manga, il reçoit en 2001 le 11e « prix du nouvel auteur » décerné par le magazine mensuel Shônen Ace des éditions Kadokawa. En 2003, il est à nouveau le lauréat de ce prix, cette fois avec le titre Hanako to gûwa no terror, qui est prépublié à partir de l’année suivante dans les pages de Shônen Ace, jusqu’en septembre 2005.  Mirai Nikki est prépublié dans le même magazine depuis janvier 2006

Mon avis :

Ce manga peut surprendre tant au niveau de l’histoire que des personnages. Mais on se prend vite à suivre les pérégrinations de Yukiteru essayant de survivre et de comprendre tout ce qui se passe autour de lui. Les actions sont bien retranscrites et on sent par moment l’intensité des émotions. En arrivant à la fin de ce premier tome, on a envie de continuer à suivre ces personnages avec chacun un caractère particulier mais aussi un but et des ambitions.

Mirai Nikki tome 1
Auteur,  dessinateur : Sakae Esuno
Publié aux éditions Sakka
Prix éditeur : 6,95 €
5 tomes parus en France, 8 au Japon (en cours de parution)