Nolife Story, l’odyssée d’une chaîne au XXIe siècle


Avant de commencer à parler de ce livre qu’est Nolife Story, il faut expliquer à ceux qui ne connaissent pas ce qu’est Nolife. Au sens du CSA, Nolife est une chaîne musicale qui est diffusée sur le réseau TV ADSL. Pour ceux qui la regardent, Nolife est bien plus que ça. C’est une chaîne qui parle de J-Music (et oui, je vous ai dit que c’est une chaîne musicale), mais aussi de jeux vidéo (récents, anciens, honteux, géniaux, en flash, sur console ou sur iPad…), du Japon, de littérature, de cinéma, de heavy metal… Bref, c’est un medley destiné à ceux qui ont un côté geek et qui veulent avoir des émissions de qualité sur tous ces sujets.

Évidemment, je ne suis pas très objectif, étant un grand fan de la chaîne et de leur travail. J’ai passé des heures à regarder des programmes tels que Retro & Magic, la Minute du Geek, le jeu du ***, Skill, Extra Life, Hard Corner, Nochan, Tokyô Café, Chez Marcus, écrans.fr… (D’ailleurs, ma petite fierté est que lors du dernier Animasia, j’ai aidé pendant une petite heure à tenir le stand Nolife. Joie !). Si vous voulez en savoir plus sur la chaîne, allez faire un petit tour sur le site officiel ou sur le wiki crée par les fans.

Il y a quelques mois, l’auteur Florent Gorges avait annoncé qu’il travaillait sur un nouveau livre appelé Nolife Story, qui allait raconter l’histoire de la chaîne. Florent Gorges, c’est l’un des cofondateurs des éditions Pix’n Love, et à qui l’on doit notamment l’excellente Histoire de Nintendo en trois volumes (pour l’instant). Il a d’ailleurs tourné avec Alex Pilot, cofondateur de Nolife, un excellent documentaire Sur les traces de Nintendo. Cependant, je me posais une question : est-ce vraiment intéressant d’écrire un livre sur une chaîne qui n’a que cinq ans d’existence ? Quand on pense que M6 n’a publié son livre qu’après 25 ans d’émission, n’est-ce pas un peu trop tôt pour écrire cette histoire de Nolife ? Le meilleur moyen de le savoir, c’est de le lire.

Un petit aparté sur l’objet en lui-même. Le livre est très bien façonné et agréable à parcourir. Les 18 premières pages (en couleur) présentent les émissions de Nolife, les animateurs et le staff. Dans le reste du livre, le texte est agréable à lire et les images bien disposées, ce qui permet une lecture simple. Une mention spéciale à la jaquette qui entoure le livre et qui comporte le titre de l’ouvrage : très jolie, elle donne un cachet très sympa à l’objet.

Le livre s’ouvre sur l’histoire des deux fondateurs de la chaîne, Alex Pilot et Sébastien Ruchet, respectivement directeur des programmes et PDG de Nolife. Vous les connaissez si vous avez suivi la série France Five, pastiche des super sentaï. Alex Pilot était le réalisateur et Seb Ruchet interprétait le rôle de Red Fromage. On suit donc le parcours de ces deux joyeux larrons qui vont se croiser, devenir amis et avoir des projets d’avenir. Tout d’abord, ils vont créer la boîte de production Pocket Shami, spécialisée dans les documentaires sur le jeu vidéo et sur le Japon, puis se lancer dans la télévision par ADSL avec un petit canal nommé… Nolife ! Au fur et à mesure du livre, on voit se constituer l’équipe qui va créer la chaîne, les différentes épreuves que vont devoir traverser Alex et Seb pour lancer les programmes et survivre (car la survie de Nolife a été et reste très précaire), la démarche qu’a la chaîne dans le choix de ses sujets et de sa ligne éditoriale… Bref, on vit Nolife comme si l’on y travaillait.

Le livre fait 300 pages. Au début, je me suis dit « 300 pages ? N’est-ce pas un peu trop pour l’histoire de Nolife ? ». Et finalement non, pas du tout. L’auteur a pris le parti de raconter la genèse de la chaîne depuis l’enfance et l’adolescence de Seb et d’Alex. En raccrochant ainsi Nolife au parcours des deux amis, on s’identifie à cette aventure et on ressent toutes les émotions qui ont étreint l’équipe, du rire au larmes. 300 pages, c’est ce qu’il faut pour conter l’aventure Nolife. Une aventure insolite, étonnante, crevante, chronophage… Une aventure humaine.

Alors, que penser de Nolife Story ? Si vous n’êtes pas un inconditionnel de la chaîne, vous risquez de ne pas être aussi touché que les autres lecteurs par cette histoire, mais vous passerez un bon moment en découvrant les aventures de Seb, Alex et les autres lors de la création d’une chaîne de télévision ; et ça, c’est très intéressant, y compris pour les « non-Nolifeurs », car c’est extrêmement bien raconté. Si vous êtes un fan de Nolife, ce livre est vraiment fait pour vous. Une excellente pioche pour Omaké Books, toute jeune maison d’édition.

 

 


Nolife Story de Florent Gorges Omaké Books 300 pages, 18€ Juillet 2012