Pot pourri de chroniques verticalement déficientes et une piqûre de rappel.


“Je ne veux pas atteindre l’immortalité par mes œuvres. Je veux être immortel en ne mourant pas”
Tonton Woody a eu 75 ans avant-hier, profitons-en donc pour lui souhaiter un bon anniversaire et plein de névroses. Alimentant le moteur de sa créativité, elles se sont toujours révélées pour lui d’une grande utilité, permettant à l’individu de produire ce qu’il y a de mieux dans le cinéma tragicomique des 70’set 80’s. Elles ont également nourri tout son univers de l‘époque “stand-up” fait d’absurde, d’humour pince-sans rire et d’une bonne pincée de noirceur. Raison de plus pour se plonger dans la réédition d’ Inside Woody Allen, une version comic strip par Stuart Hample. Parues entre les années 70 et 80, ces petites bandelettes de 3 dessins naïfs et épurés, typiques du genre, reprennent la prose lucide et acérée du père Woody, décrivant par le détail tous ses travers (et ceux de ses contemporains) par des saillies dont certaines sonneront comme des maximes utiles en toutes circonstances.
“Certains se demandent au cirque “comment fait-on pour entasser tous les clowns dans une petite voiture”… Moi je me demande : “pourquoi?”.

Woody Allen en comics de Stuart Hample
Tome 1 : Angoisse & Légèreté
Tome 2 : Doutes & Certitudes
120 pages env.
Editions Fetjaine

Machete pas n’importe quoi pour Noël !
La nouvelle folie de Robert Rodriguez est enfin sur nos écrans depuis mercredi. Revenons un peu sur la genèse du projet, à l’origine Machete est une vraie fausse bande-annonce pour un film qui n’existe pas (encore), cette bande-annonce ainsi que plusieurs autres sont diffusées à l’entracte du double programme Grindhouse, réunissant le film Boulevard de la Mort de Quentin Tarantino et Planet Terreur de Robert Rodriguez. Devant l’enthousiasme suscité par ce morceau de n’importe quoi de quelques minutes, un film dans la même veine est produit. Et c’est donc un film à l’image volontairement vieillie, avec un casting de haut vol réunissant Danny Trejo, Jessica Alba, Michelle Rodriguez, Steven Seagal, Don Johnson, Lindsey Lohan et Robert DeNiro(?!!?) entres autres, un film avec des répliques cultes, des cojones, des situations improbables et beaucoup beaucoup  d’humour. Un film hommage au plus pur style du cinéma d’exploitation des années 70/80. Une pépite réjouissante d’ action, de sexe et de mexicains !

Actuellement dans un cinéma près de chez vous.

Kyoto hôtel.
En pleine conférence sur le climat à Cancun, rien de tel que de se plonger dans de la lecture climate-friendly. Dans cette mouvance actuelle du tout écolo, nombre de livres plus ou moins intéressants sont parus sur le sujet du « développement durable pour les nuls ». Celui-ci sort cependant du lot par son parti pris assez original, bien que dans la mouvance assez classique du journalisme Américain, adepte de la méthode « tout ou rien ». En effet son auteur a décidé de tenter pendant un an de réduire son empreinte écologique au niveau de zéro. Plus facile à faire si l’on vit dans une Yourte dans le désert de Gobi qu’en plein centre de New York…
Colin Beavan entraîne donc avec lui femme et enfant dans une expérience « bloguesque (l’ordi étant la seule entorses à sa règle) d’un an, dont le livre reprend la trame, parfois au péril des relations familiales. L’abandon progressif du « confort moderne », sa naïveté sidérante des débuts et les rencontres avec des personnes aux horizons variés va l’amener à revoir ses comportements, pour un récit qui tient plus au final de l’introspection initiatique que du brûlot écologique. Le livre est à ce titre plus sociologique qu’informatif. Il n’apprendra pas grand chose en terme d’astuces écolos à son lectorat potentiel, déjà sensibilisé, mais il offre une vision des choses assez optimiste d’une “révolution par et pour les citoyens” ainsi qu’une photographie assez inquiétante d’une Amérique aux comportements quotidiens » développement durable » complètement archaïques.

No Impact Man de Colin Beavan
268 pages
Fleuve Noir

Scott Pilgrim c’est de la Sex Bob-omb.
Il y a quelques mois on vous parlait de cette série de comics qui allait être adaptée en film. Après un immense retard que seuls les distributeurs peuvent justifier, le film est enfin arrivé chez nous!  Entre temps deux autres volumes de la BD sont sortis et on n’en finissait pas de ronger notre frein. Un film fait par des geeks, pour des geeks et au vu du retard, ils ont déjà dû trouver un moyen de le voir (car n’oublions pas que ce sont des geeks).   La coolitude s’offre enfin à nous, des ramassages en bus devrait s’organiser pour remplir toutes les séances, on va le rendre  obligatoire dans les écoles ! C’est un film innovant, frais, terriblement drôle et plein d’action rigolote, allez-y !

Enfin dans un cinéma près de chez vous !

(Et dépêchez vous , c’est un film appelé à devenir Culte et comme tout film Culte qui se respecte, il est aussi sous estimé et maudit. Alors n’attendez pas pour y aller!)