Retour sur le salon Aquifam 2012

La cinquième édition du salon Aquifam de Bordeaux s’est déroulée les samedi 31 mars et dimanche 1er avril dernier, au Rocher de Palmer de Cenon. Étant une habituée de l’évènement, je m’y suis rendue le samedi pour profiter, en plus du salon, du défilé de mode inconditionnel du samedi soir. Le salon, comme la sonorité de son nom l’indique, est consacré à la femme aquitaine.

L’entrée gratuite de cet évènement le rend accessible à tous. En revanche, le Rocher de Palmer n’est pas le meilleur site pour l’accueillir. L’espace, trop petit, conditionne le nombre de stands professionnels, et encore plus le nombre de créateurs aquitains. Néanmoins, il permet de découvrir nombre d’idées pour s’habiller, se coiffer, se détendre, s’amuser, etc., made in Aquitaine! Cette édition aura souffert d’une baisse de fréquentation, très fortement liée au beau temps, et à l’Escale du livre. Mais ce type de salon est très important pour les créateurs bordelais, en recherche de communication et de rencontre de leurs (futurs) clients.

Autre point négatif cette année, l’accueil y était inutile, car il n’y avait pas de plan du salon. Ce qui est assez dommage car nous ne pouvons pas avoir de liste des stands créateurs et professionnels, nous avançons donc dans le flou, un peu comme lors d’un vide-grenier. En revanche, cela ne gène pas la circulation, car tout y est bien fléché, aucun risque de se perdre ou de rater un stand. Dès l’entrée nous entrons dans le vif du sujet, avec des stands de créateurs de bijoux et de vêtements, femmes et enfants.

Arsenic et Vieilles Dentelles

Premier coup de cœur, le stand Arsenic & Vieilles Dentelles. Créatrice de bijoux, Emmanuelle Rougemaille, secondée de sa sœur, fabrique des pièces uniques et des bijoux personnalisés. J’apprécie tout particulièrement l’effet bijoux fin 19e siècle/début du 20e, dans un univers très nature et presque féérique. Si vous souhaitez la rencontrer, je vous invite à vous rendre ce samedi 7 avril à Cestas, lors des 35 ans du Chemin Boutique (avec exposition de véhicules anciens, défilé de mode enfant, concert gratuit) et sur son site web. Pour elle, le salon Aquifam permet de rencontrer les clients, connaître leurs critiques sur son travail, des échanges qui lui permettent d’avoir de nouvelles inspirations.

 

La Belle Brelock

Ma visite continue et me fait m’arrêter devant La Belle Brelock, qui fabrique des bijoux de tête, très originaux, et beaucoup d’autres types, en forme de très belles fleurs en résine, ou encore en pâte polymère. Les bijoux donnent un effet de dentelles, très rétro. On croise également une créatrice de foulards multifonctions, des vêtements pour enfants, et même un stand de vanille de Madagascar – hmmm gourmandise – . Au détour d’un couloir, le photographe Philippe Cheneau expose et propose son travail, et la créatrice Isabelle Sallée de Vent d’Est et Vent d’ouest expose ses sacs faits à partir de toiles et de voiles de bateau, parfait pour cet été ! Elle profite de mon arrêt sur son stand pour également nous proposer ses services en réflexologie plantaire, une bonne idée pour se mettre en condition sereine pour le printemps, et évacuer les tensions de l’hiver.

 

Au sous-sol, après l’espace restauration, nous accédons à l’espace professionnels. Spécialistes de la décoration d’intérieur, coachs gym, massages, aromathérapie, tarot, prêt-à-porter, relooking, et j’en passe. Tous des professionnels de la beauté et du bien-être. Nous y croisons deux stands concurrents de « Baby Shower », ces fêtes prénatales très en vogue en ce moment. Cathina, pour Enona, explique que l’idée consiste en un service personnalisé et plutôt économique, de l’arrivée du bébé. Elle propose des ateliers (massage de bébé, jogging poussette), et des forfaits, proposant, en plus de la réunion « cadeau » avec les copines, le service d’un photographe, qui peut vous suivre jusqu’après la naissance. Elle vous fabrique un book de 50 photos, de l’avant et l’après arrivée de bébé. J’adore! On y croise également un stand très grand de Max Steven, le spécialiste de la mise en beauté, que je vois souvent lors des défilés en région. C’est justement cette marque qui s’occupe du défilé du soir.

 

Salle (assise) comble, le défilé de cette année ressemble plus à un show qu’à un défilé pur. La soirée commence par un rapide cocktail, (pas très bon et mal cuit pour les petits fours, le ratage de l’année), puis après installation de plus de 250 personnes dans la salle, l’animateur de la soirée nous présente La Demoizelle Gabrielle, chanteuse bordelaise, qui nous chante 5 titres de sa création. L’artiste, avec ses musiques entrainantes (et des textes engagés) chauffe la salle, très réceptive. Puis un premier créateur défile. Avec des séquences humoristiques, où l’animateur appelle l’équipe Max Stevens sur scène pour refaire les coiffures et maquillages des filles (afin de montrer leur travail), les défilés sont entrecoupés de représentations. Antoine et Carole, danseurs contemporains, interviennent sur des chorégraphies millimétrées et plutôt impressionnantes. Les artistes du Petit Institut de Chine de Bordeaux ont préparé une mise en scène musclée, avec la championne de France de Kung Fu Addama, puis plusieurs démonstrations de leur art. Tout est orchestré par un DJ, 2 caméras qui retransmettent en direct sur un vidéoprojecteur géant. Tout cela me donne l’impression que l’organisateur du salon a tout misé sur ce défilé. Une soirée fort agréable, mais je suis assez déçue de la pauvreté du défilé. L’argent a dû passer dans la location de la salle et de la soirée, négligeant les stands créateurs, ce qui signifie également moins de créateurs à faire défiler, et hélas, un mauvais cocktail !

Cela n’entache pas mon enthousiasme pour ce type de salon. Il permet d’aider les créateurs, nous donne des idées pour prendre soin de nous. On passe un bon moment, on prend le temps de discuter avec les créateurs, on passe un bon moment de détente et de découverte féminine. Vivement l’édition 2013!


Vous aimerez aussi

Commenter l'article

Suis-nous par ici !

Des articles au hasard

Mandorine en séries

Mandorine fête ses 5 ans Court voyage au cœur de la musica pop made in spain Olympiades britanniques en séries Porno & Cinéma