Shen Yun 2011


Le 22 mars dernier, au Pin Galant se déroulait le spectacle de danse chinoise Shen Yun. Connu pour ses magnifiques représentations, le spectacle est divisé en plusieurs tableaux mettant en scène des danseurs et danseuses revêtus de magnifiques costumes inspirés des habits traditionnels, et redonnant vie pour la plupart à des histoires issues du folklore et des contes chinois.

On ne peut rester indifférent à tant de beauté, mais aussi à tant de prouesse technique. Le spectacle Shen Yun est avant tout un ballet classique issu du savoir-faire typiquement chinois en matière de danse classique et qui, parfois, fait penser à des enchaînements d’art martiaux.

Certains tableaux – surtout ceux masculins – étaient très physiques avec beaucoup de sauts et de mouvements rapides. Enfin, comment ne pas rester bouche bée sur la synchronisation des mouvements de chaque danseur et danseuse qui – dans un parfait alignement – nous donne l’impression d’une véritable osmose ? Les tableaux féminins étaient tous soigneusement chorégraphiés avec beaucoup de finesse et de sourire. C’était une profusion de rubans volants avec grâce, de manches longues virevoltantes. Les effets d’ondulation avec des objets, tel que des éventails, tambourins ou simples chapeaux de bambou étaient exécutés avec une grande précision. Tout contribuait à nous plonger dans l’imagerie chinoise des anciens temps. Les tableaux masculins, en dehors de ce que j’ai déjà pu citer ci-dessus, m’ont replongée dans l’ambiance de certains films de Tsui Hark ou encore Zhang Yimou. Il y avait cette idée très forte comme dans toute la cinématographie asiatique de combat chorégraphié. Ces tableaux étaient l’occasion de retrouver des personnages proues de la culture chinoise comme Lu shinhen, le roi des singes, les moines, les Mongols chevauchant les steppes…

Félicitation au chef d’orchestre qui, chose rare, était une femme. Elle a su mener d’une main de maître les musiciens et a beaucoup contribué à nous plonger dans les univers que l’on nous présentait.

Je me suis aussi beaucoup amusée à écouter les deux présentateurs du spectacle qui venaient introduire chaque tableau. Très attachés à leur langue, chaque présentation était donnée à la fois en chinois puis en français. Ce mélange m’a fait beaucoup sourire car je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle avec les commentateurs de l’Eurovision. Petit clin d’œil à la blague du iPhone qui a fait bien fait rire le public.

J’ai été vraiment subjuguée par ce spectacle. Il me faut cependant apporter un petit bémol. Le spectacle, par certains aspects, prend des tournures politiques qui – en ce me concerne – étaient totalement inattendues et que j’ai trouvé inappropriées dans un divertissement.

Leur site : http://fr.shenyunperformingarts.org/


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]