Sleeping Dogs, tribulations d’un Chinois en Chine


Depuis la sortie du troisième opus de Grand Theft Auto en 2001, tous les éditeurs tentent de sortir leur licence qui rivaliserait avec celle de Rockstar, essayant de grappiller quelques miettes de célébrité à l’ombre de la célèbre série. Par exemple, THQ puis Deep Silver après la faillite de ce dernier ont tenté d’imposer Saints Row, création du studio Voltion jouant beaucoup plus la carte du second degré et de l’ironie. Square Enix s’est lancé dans la bataille en sortant Sleeping Dogs, en 2012. Et s’il n’a pas la renommée de GTA, il faut bien avouer qu’il a des arguments à faire valoir.

Sauvé in extremis

La genèse de Sleeping Dogs commence en 2009 lorsque le jeu est annoncé par Activision sous le nom True Crime : Hong Kong. L’éditeur avait, en effet, lancé depuis 2003 sa propre série pour contrer GTA : True Crime, où l’on incarne un policier aux méthodes peu orthodoxesSi le premier épisode, Streets of L.A., avait reçu un accueil critique et commercial correct, les réactions envers le deuxième opus intitulé New York City et sorti en 2005 furent beaucoup plus mitigées. Néanmoins, Activision ne lâche pas sa licence et confie au studio canadien United Front Games la création du prochain volet qui se déroulera à Hong Kong. Un dépaysement bienvenu dans ce domaine où les histoires prennent trop souvent place dans des cités étasuniennes. Sauf qu’un coup de théâtre arrive en juin 2011 : l’éditeur annonce l’annulation du titre alors que ce dernier était pratiquement fini. La raison donnée par Activision est la suivante : le jeu n’était pas de qualité suffisante pour faire de bonnes ventes. Le projet est donc arrêté et United Front Games se retrouve avec un jeu achevé sur les bras.

"On a un jeu à finir, alors garde à vous !"

« On a un jeu à finir, alors garde à vous ! »

Retournement de situation en août 2011 : Square Enix annonce avoir racheté les droits du jeu et travailler avec United Front Games pour le publier, avec l’accord d’Activision. La condition principale est l’abandon de toute référence à la série True Crime, possédée par ce dernier. C’est donc sous le nouveau nom de Sleeping Dogs que le jeu est fignolé et amélioré. Il sortira finalement le 13 août 2012, soit trois ans après sa première apparition publique.

Je suis flic. Juste un flic.

Dans Sleeping Dogs, vous incarnez Wei Shen, policer infiltré s’occupant principalement d’affaires de drogues à Hong-Kong. Natif de cette ville, il avait émigré dans sa jeunesse aux Etats-Unis avec sa mère et sa sœur, toutes deux mortes au moment où votre partie commence. Son supérieur, le surintendant Pendrew, va lui proposer une mission d’infiltration au sein d’une des triades hong-kongaises, les Sun On Yee, que Wei a connu dans sa jeunesse. D’autant plus qu’un de ses amis d’enfance, Jackie, est désormais membre de ce clan. Wei va alors gravir les échelons en marchant sur un fil bien ténu. D’un côté, son travail de policier et sa volonté d’éradiquer une puissante organisation criminelle. De l’autre, les liens d’amitié et de respect qu’il commence à tisser avec ces voyous qu’il côtoie au quotidien. C’est sur ce dilemme qu’est fondé l’histoire de Sleeping Dogs.

Ceux qui ont déjà joué à un GTA-like ne seront pas dépaysés : le jeu reprend le même schéma classique : ville ouverte et missions qui se succèdent. Si vous pouvez mettre le bazar dans la ville, c’est néanmoins à un niveau moindre que dans le titre de Rockstar où les possibilités sont bien plus conséquentes. Par contre, la principale nouveauté de Sleeping Dogs est dans l’évolution de votre personnage. A chaque fin de mission, vous gagnez des points « Triade » et des points « Flic » selon la façon dont vous avez effectué ce qui vous a été demandé. Deux arbres de compétences différents, Triade et Police, vous sont alors proposés et vous permettent de faire évoluer votre personnage de la façon dont vous souhaitez. Un système qui permet de bien marquer la dualité de Wei Shen : flic et bandit.

On s’assoit et on écoute ses anciens, tout mafieux que l'on soit !

On s’assoit et on écoute ses anciens, tout mafieux qu’on soit !

Un petit mot sur le système de combat : même si vous pouvez vous servir d’une arme à feu, la plupart des bagarres se règlent au corps à corps.  Les développeurs ont voulu donner au jeu une orientation très kung-fu avec des enchaînements à réaliser. De ce point de vue, c’est très réussi car très dynamique, intuitif et rappelant le système de combat présent dans la série Batman : Arkham. Au fur et à mesure de votre progression, vous apprendrez de nouveaux coups, notamment grâce à une quête annexe mettant en scène votre ancien professeur d’arts martiaux. Ainsi, votre panoplie de coups se renouvellera et ne tombera jamais dans la routine.

Vent de panique sur le port aux parfums

A trop le comparer aux jeux en monde ouvert, on serait tenté de ne pas laisser sa chance à Sleeping Dogs. Ce serait passer à côté d’un excellent jeu. Tout d’abord, l’histoire du jeu. Grand Theft Auto, depuis son quatrième volet, essaie de faire évoluer son scénario vers quelque chose de sérieux mais ne réussit qu’à être caricatural. Dans Sleeping Dogs, au contraire, on ressent une véritable empathie pour le personnage principal et ses dilemmes. Les personnages secondaires, les situations, tout est agréablement amené et raconté. Si le scénario n’est pas révolutionnaire, il arrive à passionner et à donner envie au joueur de savoir ce qu’il va se passer, sans se lasser.

Certains environnements sont magnifiques.

Certains environnements sont magnifiques.

D’autre part, l’ambiance absolument phénoménale du jeu devrait vous inciter à y jeter un œil. Pourquoi est-ce aussi notable ? Hong Kong. Loin des métropoles américaines ou européennes, la cité chinoise impose une atmosphère unique et particulièrement agréable. Principalement lors d’une des premières missions, qui vous emmène dans un marché en plein centre ville. Les multiples échoppes, l’animation foisonnante, les ruelles étroites et l’architecture orientale… Sleeping Dogs offre un dépaysement garanti et une véritable bouffée d’air frais dans le monde de l’open world. Et pour toutes ces raisons, je vous conseille chaudement de tester ce jeu dont une suite est en développement dans les studios d’United Front Games.

 


Sleeping Dogs de United Front Games Square Enix 29,99 € 8 octobre 2014 Disponible pour Windows, Playstation 3, Xbox 360
Definitive Edition sur Windows, Playstation 4 et Xbox One