South Park RPG, la guerre du bâton


En 2011, lorsque les développeurs de chez Obsidian (dont nous avons déjà parlé dans nos colonnes) ont annoncé travailler sur un RPG se déroulant dans l’univers de South Park, beaucoup trouvèrent l’idée totalement absurde. Réunir deux mondes si différents, en voilà un projet qui ne peut que se casser la figure ! Finalement, South Park – Le Bâton de la vérité est maintenant disponible. C’est le moment de savoir si les esprits chagrins avaient raison.

Le développement n’est pas un long fleuve tranquille

Annoncer un nouveau jeu South Park tenait déjà du prodige. Échaudés par la qualité plus que médiocre des productions sorties sous cette licence par l’éditeur Acclaim, Trey Parker et Matt Stone, les deux créateurs de la série, ne voulaient plus entendre parler d’un nouveau projet à moins de participer eux-mêmes activement à sa création. Ce sera chose faite puisque lors de l’annonce de South Park RPG, il fut précisé que Obisdian, Parker et Stone travaillaient main dans la main. L’éditeur THQ était quant à lui annoncé pour publier la production. Cependant, l’éditeur traverse une grave crise financière et dans le même temps, le développement prend du retard, puisque mi-2012, la date de sortie est repoussée à la fin 2013.

Tous les principaux personnages de la série répondent présents

Tous les principaux personnages de la série répondent présents.

Comme si cela ne suffisait pas, fin janvier 2013, THQ est liquidé et les jeux vendus au plus offrant. Pour South Park RPG, c’est le français Ubisoft qui récupère le bébé pour plus de trois millions de dollars. Une nouvelle fois repoussé, le jeu sort finalement en février 2014 en version originale sous-titrée uniquement. En effet, aucun accord n’a été trouvé entre les doubleurs français et THQ, puis Ubisoft. Ce sont donc les voix anglaises (réalisées en grande partie par Trey Parker et Matt Stone) qui sont utilisées dans toutes les versions. Mais trêve de bavardages, le jeu est enfin sorti et il faut répondre à cette question : est-ce que le résultat valait tant d’attente ?

Quand on arrive en ville…

Vous êtes « le nouvel enfant », fraîchement débarqué dans la ville de South Park avec vos parents. Mais à peine avez-vous pris le temps de découvrir votre nouvelle chambre que votre père vous ordonne de sortir et de vous faire des amis. Vous voici alors lâché dans les rues quand vous tombez sur une bagarre entre un elfe (un garçon déguisé en elfe plutôt) et Butters, que les inconditionnels de la série connaissent bien, grimé en Paladin. Après lui avoir donné un coup de main, il vous amène voir « le roi des Humains », qui n’est autre qu’Eric Cartman proclamé roi du « Kingdom of Kupa Keep » (abrégé en KKK dans le jeu). Celui-ci vous demande de l’aider dans une guerre sans merci entre les Humains du KKK et les Elfes dirigés par Kyle et aidés par Stan pour la possession d’un artefact légendaire, le Bâton de la Vérité. C’est aussi à ce moment que vous allez pouvoir choisir la classe que vous souhaitez incarner : Guerrier, Mage, Voleur ou… Juif.

Ah oui, Kenny est devenue une princesse. Pas de questions.

Ah oui, Kenny est devenu une princesse. Pas de questions.

Vous l’aurez compris, l’humour se veut calqué sur la série de Parker et Stone. Si vous n’aimez pas South Park, la série, ce n’est pas la peine de tenter de jouer au Bâton de la vérité. Par contre, si vous appréciez ce type de gaudriole et que vous avez vu quelques épisodes, vous ne serez pas déçus. Le jeu respecte la charte graphique de la série et l’impression de se balader au sein même d’un épisode est tout à fait saisissante. J’ai dû voir cinq ou six épisodes de South Park et le film, et pourtant j’ai extrêmement accroché. Les plus fans remarqueront des clins d’œil à certains épisodes, mais il n’est pas nécessaire d’être une encyclopédie de la série et de pouvoir citer ses dialogues pour apprécier les gags qui parsèment le jeu.

Le RPG pour les nuls

Avec Obsidian aux commandes, il fallait s’attendre à un jeu de rôles. C’en est effectivement un, mais très simplifié. Si l’on retrouve des mécaniques classiques du jeu de rôles sur ordinateur (points d’expérience, passage de niveaux, équipement à choisir avec discernement), tout le reste se fait assez automatiquement et le joueur n’a finalement pas à passer un long moment à améliorer son personnage. De même, il n’y a pas de feuille de personnage à proprement parler : plus vous montez en niveau, plus vous êtes fort en tout. Pour la construction du jeu, certains médias vidéoludiques (Gamekult, Canard PC ou Factornews pour ne citer qu’eux) ont fait le parallèle avec la série Paper Mario, créée par Nintendo. C’est assez pertinent car l’on s’en rapproche effectivement : une phase d’exploration où vous pouvez aller où vous souhaitez et où les ennemis sont montrés sur la carte. Et la phase de combat, qui se déroule au tour par tour et qui demande au joueur d’effectuer des actions (cliquer au bon moment, appuyer sur un bouton) pour que l’action réussisse. Un petit aparté sur la version PC : si vous le pouvez, il est fortement conseillé de jouer avec une manette Xbox 360, certaines actions au clavier/souris ne sont pas très intuitives.

La quête principale dure une dizaine d’heures. C’est peu pour un RPG mais parfait pour un RPG South Park. Cela permet à l’humour si caractéristique de la série de se renouveler sans être trop répétitif car il faut bien avouer qu’au bout de 50 heures, les moins fans auraient déjà laissé tomber. Par contre, le jeu laisse libre cours à une parodie très bien réalisée des jeux de rôles les plus récents. Skyrim est d’ailleurs celui qui en prend le plus pour son grade, ceux qui ont foulé la terre de Bordeciel n’en seront que plus ravis. Pour ce qui est du doublage, je l’ai déjà évoqué plus haut, ce sont les voix originales de la série qui sont utilisées, et il faut avouer qu’elles sont excellentes et renforcent encore un peu plus l’impression de se trouver dans un épisode de South Park.

Clic, clic, les ciseaux d’Anastasie

Qui dit South Park dit très souvent polémique. La série est une habituée des sujets chauds et il n’est pas rare qu’elle soit la cible d’attaques parfois violentes. Le Bâton de la vérité ne fait pas exception puisque dans certaines versions, des mini-jeux et certaines scènes (à base de sonde anale alien et d’avortement notamment) ont été retirées par Ubisoft et remplacées par un mot d’excuse des auteurs. Enfin, c’est un peu plus compliqué que cela. Pour résumer : partout dans le monde, les versions consoles sont censurées. Pour la version PC, elle ne sera allégée que dans quelques pays, principalement l’Australie et l’Allemagne. Mais en Allemagne, on a retiré aussi les croix gammées. Oui, dans South Park RPG, vous allez aussi rencontrer des zombies nazis. Or, en Allemagne, il est interdit de représenter la croix gammée pour quelque raison que ce soit. Ce que Ubisoft a un peu oublié, retardant les versions ordinateur de quelques jours de plus

Où Parker et Stone vous racontent des scènes censurées

Où Parker et Stone vous racontent des scènes censurées

Pour résumer, à qui s’adresse Le Bâton de la vérité ? Il ne ravira que ceux qui goûtent à l’humour de Parker et de Stone. Les fans de RPG passeront rapidement leur chemin. Mais pour peu qui vous appréciez South Park, il s’agit là d’un divertissement déjanté et satirique, un défouloir rondement mené qui vous détendra à n’en pas douter. On vous conseillera bien évidement la version Windows pour ne pas subir la petite censure en plus. En clair, ce jeu est le contre-exemple de ces titres à licence, souvent très mauvais et développés à la va-vite. Ici, il y a un vrai respect de l’univers de la série et de ceux qui l’aiment. Et rien que pour cela, il mérite toute votre attention.

 


South Park - Le Bâton de la vérité de Obsidian Ubisoft 14,99 € 4 mars 2014 Disponible sur Windows, Playstation 3 et Xbox 360