De Gris Nornette … Le Frelon Vert quoi !


Green, green, super Green! BbbZzz !

The Green Hornet, à l’origine, c’est un feuilleton radiophonique né dans les années 1930. Dans les années 40 le feuilleton devient deux films un peu oubliés. Jusqu’aux années 60, quelques comics adaptés du feuilleton et des films voient le jour, mais c’est avec l’arrivée dans les mi-sixties de la série télévisée que ce personnage se fait connaitre du grand public. Elle ne durera qu’une saison mais devient culte  grâce à  la présence dans le second rôle d’un petit gars du nom de Bruce Lee. Depuis, on a pu lire quelques comics et entendre parler de plusieurs projets d’adaptation en film. Autant dire que c’est pas un des personnages les plus populaires parmi les masqués.

Stephen Chow, Kevin Smith et finalement Michel Gondry ont été contactés.  Chow n’étant pas assez « corporate », Kevin Smith, qui a écrit sa propre version du scénario, n’ayant pas souhaité réaliser le film, incertain de pouvoir faire ce qu’il voulait (tout n’est pas perdu, son scénario vient d’être adapté en BD !) et c’est donc Gondry qui a accepté pour faire plaisir à son fils.

Vespa Jade  (non, ce n’est pas le dernier né de chez Piaggio)

Le personnage du Frelon Vert, c’est Britt (pas Brett, Britt, comme Britney Spears) Reid héritier et rédacteur en chef du Sentinel, qui la nuit devient un criminel-masqué-qui-est-en-fait-un-gentil. Pour cela il est  épaulé par son fidèle majordome et ami, Kato, expert en arts martiaux et en mécanique.

Ce n’est pas sans rappeler Batman et son pote Robin (oui, on a bien dit ami), c’est indéniable, d’ailleurs à l’époque c’est le succès de l’homme chauve-souris et de son fidèle rouge-gorge qui a permis le lancement du Frelon Vert.  Un crossover a même eu lieu.

Avec Michel Gondry aux manettes, on s’attend donc à une version très décalée de ce super héros « Batmanesque ». Pour mémoire, M’sieur Gondry c’est le clippeur de plein de gens cool et dans le vent, qui prépare ses films en lisant Modes et Travaux et le catalogue Jouet Club rayon Lego. Il fait des choses très inventives et surtout visuellement  à la portée des écoles maternelles.

Lee au lieu de faire des Van

Gondry pour une fois n’a rien à voir avec le scénario du film. Ce sont Seth Rogen et Evan Goldberg qui ont pondu ça.

La série des années 60 a la particularité, à cause du phénomène Bruce Lee, d’avoir un personnage secondaire plus charismatique, plus fort et plus connu que celui qui donne son titre à la série. Qui se souvient de Van Williams aujourd’hui alors que le Petit Dragon fait encore rêver tous les jeunes Kung Fou Fous ?

GayBon Vert

the green hornet 3d

En partant de ce constat, le film fait la part belle à Kato, qui éclipse volontairement Britt Reid/le Green Hornet par ses multiples talents.  Britt Reid devient un gosse de riche pourri gâté, une tête à claque, gaffeur et égocentrique.

Seth Rogen endosse le rôle de cet antihéros, avec sa gueule d’ahuri, sa voix de gros nounours (malgré les kilos perdus pour incarner le personnage) et ses réflexions de loser. Autant dire qu’il réussi avec brio à rendre le personnage détestable, les moments gênants et les passages énervants se succèdent pour rendre le personnage toujours plus antipathique.

C’est là un des points qui font sortir le film du lot des films de super-héros. Il casse joyeusement les codes de ce genre de film, le personnage n’a aucun pouvoir, il est n’est pas doué physiquement, il est pas très malin (c’est sa secrétaire blonde qui est le cerveau …) et possède le charisme d’une serviette en papier.

C’est Kato, incarné par l’excellent Jay Chou (Zhou Jielun pour Élodie), son employé qui fait tout. Il met au point les gadgets, le véhicule, la machine à café et les armes. C’est lui qui botte les fesses des méchants, trouve le nom du Frelon Vert et fait le café. Il n’y qu’à voir l’affiche pour remarquer que le personnage mit en avant est Kato.

Le reste du casting se compose de Cameron Diaz qui joue la secrétaire, Tom Wilkinson qui joue le papa, Edward James Olmos, tout droit sorti de BSG, joue l’homme de confiance du Journal et Christoph Waltz qui écrase tout le monde par sa composition magistrale encore une fois du méchant Chudnofsky, à la fois flippant et marrant. A noter une apparition du très rare Edward Furlong.

Vert Bottin

Pour revenir à Michel Gondry, le film porte très peu sa patte mais les scènes d’actions, qui sont formidables, sont assez inédites, barrées et originales dans leur traitement et mise en scène. Son inventivité semble se limiter à ça sur ce métrage.

Personnellement, j’ai apprécié l’action, les hommages à la vieille série et à Bruce Lee. Mais j’ai encore les nerfs qui se vrillent en repensant à Seth Rogen qui est parfois drôle mais le reste du temps très irritant.

A vous de voir, en tout cas vous avez mon feu… vert pour y aller.

 


The Green Hornet 3D de Michel Gondry 12 Janvier 2011 Avec Seth Rogen, Jay Chou, Cameron Diaz, Christoph Waltz, Tom Wilkinson, ...

[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]