Toilettes solides : Le trône de Fer


Il y a très longtemps, à une époque oubliée, une force a détruit l’équilibre des saisons. Dans un pays où l’été peut durer plusieurs années et l’hiver toute une vie, des forces sinistres et surnaturelles se pressent aux portes du territoire de Winterfell, appartenant aux Starks, tandis que dans tout le royaume, nombre de gens ourdissent des complots pour obtenir le Trône de Fer, symbole du pouvoir absolu.

The man who stares at got

Un nom à retenir : George R. R. Martin, le Tolkien contemporain auteur de la saga littéraire éponyme de fantasy médiévale, A song of fire and ice et qui compte à ce jour 6 tomes dont Le Trône de fer (Game of Thrones) est tirée. La série télévisée américaine créée par David Benioff et Dan Weiss, redonne ces lettres de noblesse au genre pour nombre de critiques. Elle est diffusée depuis le 17 avril 2011 sur HBO et en France depuis le 5 juin 2011 sur Orange Cinéma Séries.

I got the power !

Sur le continent de Westeros, le Roi Robert Baratheon règne sur le Royaume des Sept Couronnes depuis qu’il a mené la rébellion contre le Roi Fou Aerys II Targaryen, dix-sept ans plus tôt. Son guide et principal conseiller, Jon Arryn, venant de décéder, il part dans le nord du royaume demander à son vieil ami Eddard Stark, seigneur banneret du Nord et de la Maison Stark, de remplacer leur regretté mentor au poste de « Main du Roi ». Eddard, peu désireux de quitter ses terres, accepte à contrecœur de partir à la Cour avec ses deux filles, alors que Jon Snow, son fils bâtard, s’apprête à intégrer la fameuse Garde de Nuit : la confrérie sauvegardant le Royaume depuis des siècles à son septentrion, de toute créature pouvant provenir au-delà de son Mur protecteur. Sur le continent Est, Viserys Targaryen, héritier « légitime » des Sept Couronnes et fils d’Aerys, projette de marier sa jeune sœur Daenerys à Drogo, le chef d’une puissante horde de cavaliers nomades afin de s’en faire des alliés, en vue de la reconquête du royaume.

Une première scène étonnante nous fait entrer de plain-pied sur le continent de Westeros, territoire mythologique peuplé de divers clans humains et d’êtres surnaturels. Cette histoire de guerre avec ses pléthores de personnages peut paraître complexe à suivre de prime abord mais un générique d’ouverture fort habile nous promène au sein de la carte du royaume nous permettant de vite cerner les forces et factions en présence. Pouvoir, trahisons, complots, clans, guerres…le ton est donné même si tout cela n’a rien de bien original vous en conviendrez.

Oh my got !

Après avoir proposé de nombreuses séries éclectiques mais de qualité certaine et reconnue, la chaîne câblée HBO se lance dans la fantasy, genre littéraire popularisé sur papier comme sur grand écran par Le Seigneur des Anneaux. L’adaptation de ce best seller arrive dès le premier épisode à nous impliquer dans la vie de ce continent et de ses nombreux protagonistes sans nous perdre en chemin.Les personnages prennent forme, les contours de l’histoire se dessinent peu à peu et au lieu de nous en mettre plein la vue, nous voici plongés dans les différentes intrigues et mystères du royaume, les auteurs soutenus par la chaîne se permettant une saison entière pour exposer l’histoire et mettre tout en place sans tomber dans l’ennui, joli tour de force !

Servie par un casting de qualité, on retrouve Sean Bean avec grand plaisir, Mark Addy, Emilia Clarke, Lena Headey ou Peter Dinklage en malicieux Tyrion… Ce projet ambitieux saura ravir les fans du genre mais pas qu’eux. Avec un budget avoisinant les 60 millions de dollars, la production n’a pas lésiné sur les moyens pour recréer le monde de Martin qui a été d’ailleurs engagé en tant que consultant sur le tournage de la série. L’auteur a d’ailleurs été abasourdi par l’authenticité des décors magnifiques, des costumes et accoutrements inspirés de plusieurs civilisations. Le tout a été tourné en Irlande du Nord et à Malte afin de profiter de leurs paysages et patrimoine extraordinaire.

Certes on retrouve quelques poncifs du genre avec des barbares bodybuildés, violents et chevelus, l’honneur exacerbé de la soldatesque chevaleresque et parfois des dialogues caricaturaux mais la complexité et la dualité des personnages, une narration habile le tout imbriqué dans une intrigue mêlant politique, sentiments et l’épique. Que demande le peuple ?

 

Winter (and the best) is coming

Cette première saison qui compte 10 épisodes est un vrai régal et se laisse dévorer sans modération. Ne vous attendez pas à un déluge d’effets spéciaux et de combats tous plus délirants les uns que les autres; ici, le scénario tisse sa toile au fur et à mesure des épisodes, les forces en présence jaugent leurs ennemis et se préparent à toute éventualité et des mystères dont on n’avait plus entendu parler depuis des lustres refont surface.

Assurément, Game of Thrones qui a les moyens de ses ambitions va refroidir vos velléités de retour au travail car vous resterez scotchés devant votre écran ! Oh yes, winter is coming !

La diffusion de la deuxième saison est prévue début 2012.