Tokyo des ténèbres


Tokyo des ténèbres

L’histoire
On a jeté un corps dans la Sumida, cette rivière qui traverse Tokyo avant de se jeter dans son port marchand. La tête de la victime a été déposée sur le champ d’exécution des shoguns Tokugawa. Un terrain devenu, au XXème siècle, un parking d’autobus. La victime est un yakuza. D’autres suivront, des burakumin, ces non-humains rejetés par la société japonaise …

Avis
Les polars à la sauce asiatique, notamment ayant pour toile de fond le Japon, sont en vogue et sortent en nombre important (trop ?) chez nos libraires préférés. J’étais donc assez circonspect concernant ce roman; mes doutes se dissipèrent très vite.

Viviane Moore nous plonge sans concessions dans une ambiance sombre, presque étouffante au sein d’un écrin grandiose et moderne, la ville de Tokyo. Un journaliste français, qui prépare un essai sur les otaku, ces milliers de jeunes Japonais retranchés volontairement du monde, participe à l’enquête sur les meurtres en série dont les victimes appartiennent à des castes bien spécifiques (Yakusa, Burakumin littéralement « les gens des hameaux spéciaux », descendants des parias, la plus importante minorité du Japon, discriminée et subissant encore de nos jours de graves préjudices). Un lien indéfectible va se tisser entre ces différents mondes que tout oppose, par le biais des meurtres, lien qui pourrait bien être la clé de l’enquête.

Certes, les sujets et thèmes évoqués dans ce roman de Viviane Moore sont simplement effleurés mais ont le mérite de faire découvrir aux lecteurs néophytes certains pans de la société japonaise. Quant au récit, il répond parfaitement aux codes du genre, oppressant à souhait, bien servi par une galerie de personnages teintés d’exotisme européen (des français tiennent les premiers rôles !!) et enfin un suspense de bout en bout parfaitement maîtrisé par cette romancière décidément pétrie de talent.

Tokyo des ténèbres se révèle être une agréable surprise (lecture rapide et prenante) qui permet de passer un bon moment et d’appréhender une infime partie de la finesse, de la poésie et de la complexité d’un pays comme le Japon. Une réédition bienvenue qui permet de découvrir ou de redécouvrir une série de polars sur le Japon contemporain.

Extrait

“Il était peintre… et mendiant. Il peignait l’eau. Où qu’il soit, il avait toujours peint l’eau, cet élément instable, fuyant.

C’est lui qui, le premier, remarqua le cadavre. Il le scruta avec attention, non parce qu’il était surpris ou effrayé, mais parce que son métier de peintre lui avait appris à regarder. »

En plus...

Tokyo des ténèbres est le deuxième volet de la trilogie japonaise de Viviane Moore. Le premier volet Intramuros ainsi que le troisième, Ombre japonaise est disponible aux éditions Elytis. Les différents romans peuvent se lire indépendamment les uns des autres.

Le titre de ce livre est un hommage de l’auteur à un journaliste japonais qui se disait, au 19ème siècle, « l’étudiant de l’université de la pauvreté », Matsubara Iwagoro. Un des premiers enquêteurs à avoir osé explorer le monde des bas-fonds de la société japonaise.

« La nuit tombe et, avec elle, mes pas m’entraînent vers le monde des ténèbres. »

MATSUBARA Iwagoro (1866-1935)

Tokyo des ténèbres par Viviane Moore
Éditions Elytis
15×12 cm ; 265 p.
Prix : 13 €