Vingt-quatre nuances de James Bond


J’ai toujours eu un faible pour la saga James Bond, pour deux raisons. La première, c’est que ce sont les premiers films « violents » que j’ai eu le droit de regarder,  je devais avoir neuf ou dix ans. Deuxièmement, c’est à peu près au même moment que j’ai joué à Goldeneye 007, l’un de mes dix jeux vidéo préférés de tous les temps. Cette forte dose de Bond a été le point de départ de mon affection pour l’agent secret britannique : j’ai ensuite lu les romans signé Ian Fleming, joué à une grande partie de la production vidéoludique consacrée à 007 et vu l’intégralité de la filmographie officielle.

Il y’a quelque temps, je préparais une partie pour le jeu de rôle James Bond 007, et pour me remettre dans l’ambiance j’ai revu une grande partie des 24 films qui font actuellement partie de la saga. Le moment me paraît donc bien choisi pour dévoiler mon top des films James Bond. Si vous n’avez jamais vu un James Bond, c’est peut-être l’occasion pour vous de vous y lancer en choisissant les meilleurs épisodes. Si vous êtes calé sur le sujet, j’attends votre classement personnel dans les commentaires de cet article ! Il est important de préciser que seul sont évoqués les films officiels : le premier Casino Royale et Jamais Plus Jamais ne seront donc pas dans ce top.

Un dernier petit rappel, James Bond a été incarné par six acteurs différents : Sean Connery pour les cinq premiers, suivi par George Lazenby pour un seul film. Connery reprend alors le rôle pour un petit long-métrage, puis Roger Moore endosse l’habit de l’agent secret pour les sept productions suivantes. Timothy Dalton prend la relève par deux fois, puis c’est au tour de Pierce Brosnan d’être le premier rôle pour quatre films. Enfin, Daniel Craig est recruté, il est 007 depuis 2006 et quatre apparitions. Il reprendra son rôle dans le prochain Bond, attendu en 2019.

(Les synopsis des films sont issus de Wikipédia, d’Allociné et de Jamesbond-fr)

24 – Le monde ne suffit pas (The World Is Not Enough de Michael Apted, 1999, Pierce Brosnan est James Bond)

Top des films James Bond : The World Is Not Enough de Michael Apted

« Mais qu’est ce que je fais là… »

Pour être totalement honnête, j’avais peur de ce film dès le début. Sophie Marceau, qui interprète la protagoniste du film, est très loin d’être mon actrice favorite. Mais après visionnage, je suis forcé de le reconnaître : c’est la seule qui tire son épingle du jeu, malgré des répliques plus que médiocres.

Tout dans ce film est un échec cuisant : le méchant, Brosnan qui semble n’en avoir rien à faire, l’humour qui tombe à plat, le scénario qui semble être parti en vacances… L’idée de créer une intrigue autour du pétrole était pourtant prometteuse mais je suis désolé, il n’y a vraiment rien qui marche. On pourra éventuellement sauver la chanson titre de Garbage et la dernière apparition de Desmond Llewelyn qui tenait le rôle de Q (le monsieur gadget) depuis le deuxième film de la saga. Mais à part ça, passez votre chemin. Vraiment.

23 – Octopussy (de John Glen, 1983, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : Octopussy de John Glen, 1983

James Bond anime vos mariages, anniversaires, bar mitzvahs..

Roger Moore est mon James Bond préféré. Lorsqu’il a pris la relève de Connery et sachant que question aptitudes physiques, il ne pouvait pas rivaliser, il a préféré centrer son interprétation sur l’humour dont fait preuve l’agent secret. Chez moi, ça marche parfaitement. Mais il faut savoir trouver un bon équilibre entre humour et action. Et dans le cas d’Octopussy, il y a trop d’humour. Et on se retrouve avec un James Bond déguisé en clown, littéralement.

En fait, ce film m’ennuie profondément. Ça ne décolle jamais et j’ai l’impression qu’il n’y a pas d’enjeu. Dans le cas du Monde ne suffit pas, j’enrage dessus, il me fait réagir. Ici, je n’arrive pas à aller jusqu’au bout sans m’endormir. Peut-être qu’il fonctionnera mieux sur vous, qui sait ?

22 – Meurs un autre jour (Die Another Day de Lee Tamahori, 2002, Pierce Brosnan est James Bond)

Top des films James Bond : Die Another Day de Lee Tamahori, 2002

Et hop, un caméo Madonna !

Dans sa première partie, le film essaie des choses, même si ce n’est pas parfait. Puis d’un coup, ça bascule dans le n’importe quoi, avec une mention spéciale à cette magnifique course-poursuite en voiture sur la glace, incluant une Aston Martin qui peut devenir invisible. Le gros problème de Meurs un autre jour, c’est qu’il se repose principalement sur les gadgets. Malheureusement, ça n’en fait pas un bon film.

Les habitués de James Bond vont apprécier les nombreux clins d’oeil aux dix-neuf précédents films (c’était le film du quarantième anniversaire). Pour les autres, à part si vous adorez les Aston Martin invisibles, vous pouvez oublier.

21 – Les diamants sont éternels (Diamonds Are Forever de Guy Hamilton, 1971, Sean Connery est James Bond)

Top des films James Bond : Diamonds Are Forever de Guy Hamilton, 1971

« Ce sont des essais d’autoportraits, mais souvent, il manque un truc. »

Sean Connery revient pour un film, afin de pallier la défection de George Lazenby. Du coup, Sean Connery est en mode roue libre, comme s’il n’en avait absolument rien à faire. L’intrigue des clones du méchant est bonne, mais noyée dans une foultitude de choses vraiment dispensables. Et l’une des héroïnes s’appelle, dans la version française, Abondance Delaqueue. Bon. Je suis d’accord pour dire qu’en général, la licence James Bond est sexiste. Mais ici, on est vraiment dans les sommets de la beauferie. Abondance Delaqueue, sérieusement.

Par contre, la chanson titre interprétée par Shirley Bassey est l’une des belles de la saga. En tout cas, elle est dans mon top 5 !

20 – L’Homme au pistolet d’or (The Man with the Golden Gun de Guy Hamilton, 1974, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : The Man with the Golden Gun de Guy Hamilton, 1974

Pour la petite histoire, le pistolet d’or est notamment conçu à partir d’un briquet.

On retrouve Roger Moore pour un face-à-face avec un méchant. L’idée est bonne, mais malheureusement, la localisation de Scaramanga est laborieuse et perd le spectateur en route. Bond est en plus accompagné d’un des rôles féminins les plus cruches des vingt quatre films, Mary Bonne-Nuit (aucun commentaire…). Mais il y a Christopher Lee dans le rôle de l’homme au pistolet d’or. Charismatique, talentueux, c’est la bonne pioche du film. Pour la petite anecdote, Christopher Lee est le cousin par alliance de Ian Fleming, le créateur de James Bond.

En résumé, le personnage de Scaramanga et son interprète sont iconiques et justifient la visionnage de L’Homme au pistolet d’or. Mais c’est la réelle réussite de ce film.

19 – Dangereusement vôtre (A View to a Kill de John Glen, 1985, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : A View to a Kill de John Glen, 1985

« Je suis trop vieux pour ces conneries… »

Pour être honnête, Dangereusement vôtre ne devrait pas être aussi haut dans ce top des films James Bond. Les problèmes s’accumulent : le scénario est déjà vu, Roger Moore est tellement fatigué qu’il doit se fait doubler tout le temps, la James Bond girl se voit cantonnée à un rôle de nunuche… D’ailleurs, la légende veut que c’est lorsqu’il s’est rendu compte qu’il était plus vieux que la mère de sa partenaire que Moore a compris que c’était le moment pour lui de raccrocher.

Mais le duo de méchants, interprétés par Christopher Walken et Grace Jones, détonne : Walken est excellent dans le rôle de Max Zorin et Jones, âme damnée de Zorin, est bluffante. Rien que pour cela, le film vaut le coup d’oeil.

18 – Spectre (de Sam Mendes, 2015, Daniel Craig est James Bond)

Top des films James Bond : Spectre de Sam Mendes, 2015

« Est-ce que tu es sûr que c’était à cette station qu’il fallait changer ? »

J’attendais beaucoup de Spectre, surtout parce que c’est le retour de l’organisation criminelle ennemie de James Bond dans les sept premiers films de la saga. Le fait que le chef du Spectre soit incarné par Christoph Waltz, acteur que j’aime beaucoup, me rendait encore plus impatient. La première moitié du film est à la hauteur. Mais tout se casse la figure ensuite, pour une raison toute simple : Waltz n’est pas du tout crédible en tête pensante du Spectre. Il essaie tout ce qu’il peut, ça ne fonctionne pas. Et ça détruit tout le film.

Puis Monica Belluci, présente pendant 5 minutes chrono, a un rôle qui sert à rien. C’est bien dommage car c’est une excellente actrice, il y avait bien mieux à imaginer avec elle.

17 – James Bond 007 contre Docteur No (Dr. No de Terence Young, 1962, Sean Connery est James Bond)

Top des films James Bond : Dr. No de Terence Young, 1962

« Attendez, je suis pas n’importe qui quand même, je suis James Bond ! »

La naissance d’un mythe. Si le film est si bas dans mon classement personnel, c’est surtout parce qu’il a beaucoup vieilli. Mais on ne peut pas lui reprocher grand chose : Sean Connery est bon dans ce premier rôle de James Bond, de même que le perfide Dr No et Ursula Andress. L’intrigue se laisse suivre, ça manque un petit peu de punch, mais la plupart des éléments de la mythologie Bond sont présents dès ce premier long-métrage.

16 – Bons baisers de Russie (From Russia with Love de Terence Young, 1963, Sean Connery est James Bond)

Top des films James Bond : From Russia with Love de Terence Young, 1963

Contrairement aux apparences, cette femme ne travaille pas pour l’URSS.

On reprend les mêmes (Connery en Bond, Young à la réalisation) et on recommence, en perfectionnant la formule. Bons baisers de Russie affine la formule proposée par Dr No et propose une intrigue intéressante. Elle tire un peu trop en longueur à mon goût et, comme le film précédent, a pas mal vieilli. Néanmoins, cette seizième place n’est pas synonyme de mauvais film, c’est un très bon divertissement.

Et surtout, il y a une chaussure dans laquelle on a caché un couteau et ça, c’est la classe.

15 – Quantum of Solace (de Marc Forster, 2008, Daniel Craig est James Bond)

Top des films James Bond : Quantum of Solace de Marc Forster, 2008

Mathieu Amalric découvrant le scénario du film

Chose nouvelle dans la saga : le film est une suite directe de celui qui le précède. En effet, Quantum of Solace commence une heure après la fin de Casino Royale. Le point faible de cet épisode est le scénario, relativement confus. L’explication : au moment du tournage du film a eu lieu une grève des scénaristes, et si la trame principale était écrite, de nombreuses zones d’ombre existaient. Le réalisateur et Daniel Craig ont dû écrire certaines scènes pendant le tournage.

Il reste au film des scènes d’action impressionnantes et un très bon antagoniste, Dominic Greene, joué par Mathieu Amalric, qui interprète superbement son rôle de salaud. A voir donc, mais plutôt après Casino Royale.

14 – Vivre et laisser mourir (Live and Let Die de Guy Hamilton, 1973, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : Live and Let Die de Guy Hamilton, 1973

Je trouve que ça le change un peu du smoking !

Premier film avec Roger Moore dans le rôle de l’agent secret, Vivre et laisser mourir marque le tournant vers un James Bond moins physique, et plus humoristique. En pleine vague blaxploitation, l’intrigue se déroule en plein monde vaudou, personnifié par la présence du baron Samedi, esprit de la religion vaudou. Assez bizarrement, le mélange ésotérique/espionnage fonctionne plutôt bien et Roger Moore est investi dans son rôle.

Et la James Bond girl de ce film, la voyante Solitaire, interprétée par Jane Seymour, fut très longtemps ma préférée. Je l’adorais quand j’étais petit !

13 – Moonraker (de Lewis Gilbert, 1979, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : Moonraker de Lewis Gilbert, 1979

Annette de Premiers Baisers : les origines

Je donnerais beaucoup pour voir la réunion de scénaristes qui se sont dit : « Ok, Star Wars a fait un carton, du coup on va envoyer James Bond dans l’espace ! ». Il faut être honnête, ce sont deux mondes qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Et l’esthétique globale du film, les effets spéciaux, ont pris un sacré coup de vieux. Mais sur moi, ça a très bien fonctionné, peut-être aussi parce que c’est le tout premier James Bond que j’ai vu (c’est un plaisir coupable).

Roger Moore et son humour anglais qui fait mouche, Michael Lonsdale qui incarne le méchant à la perfection, le retour d’un homme de main que j’affectionne particulièrement (Requin)… Si l’on arrive à passer au-dessus du kitsch des décors, on se retrouve avec un film qui mérite très clairement le détour.

12 – On ne vit que deux fois (You Only Live Twice de Lewis Gilbert, 1967, Sean Connery est James Bond)

Top des films James Bond : You Only Live Twice de Lewis Gilbert, 1967

« Ce camouflage est parfait. Tout le monde n’y voit que du feu. Ils pensent tous que je suis japonais. »

« You only live twice or so it seems… » chante Nancy Sinatra dans l’une des plus belles chansons d’ouverture de James Bond. Dans ce film au scénario signé Roald Dahl, Sean Connery se dirige vers le Japon pour rencontrer le chef des services secrets japonais, Tigre Tanaka. L’intrigue se déroule parfaitement, Tanaka possède un métro personnel (mon rêve !) et surtout, on voit pour la première fois la visage du dirigeant du SPECTRE, Ernst Stavro Blofeld, dont va s’inspirer plus tard Mike Myers pour la création du docteur Denfer.

La seule vraie faute de goût de ce film, c’est lorsque Bond doit se déguiser en japonais. Tout le monde fait semblant d’y croire mais c’est un échec total.

11 – Demain ne meurt jamais (Tomorrow Never Dies de Roger Spottiswoode, 1997, Pierce Brosnan est James Bond)

Top des films James Bond : Tomorrow Never Dies de Roger Spottiswoode, 1997

« J’aime beaucoup ce dernier titre. Il n’est même pas de moi ! » (véritable réplique)

Un antagoniste magnat des médias, ça me parle et c’est une excellente idée pour un film de James Bond. D’autant plus que Jonathan Pryce excelle dans le rôle d’Elliot Carver, grand patron manipulateur. Brosnan interprète efficacement le rôle de l’agent secret britannique, Michelle Yeoh est super en agent Wai Lin… Demain ne meurt jamais aurait pu être l’un des meilleurs Bond.

Le problème réside dans les vingt dernières minutes du film, où Bond se prend pour Terminator, flinguant tout sur son passage : ça casse tout le film et c’est ce qui fait reculer Demain ne meurt jamais dans la liste.

10 – Opération Tonnerre (Thunderball de Terence Young, 1965, Sean Connery est James Bond)

Top des films James Bond : Thunderball de Terence Young, 1965

Ce qui parfait avec cette couleur, c’est sa discrétion.

Le film ne vous laisse pas un moment pour vous ennuyer : de la scène de pré-générique incluant un jetpack au détournement d’avion, toute l’intrigue se déroule sur les chapeaux de roues. De plus, c’est le premier film où l’on rencontre véritablement le SPECTRE et son chef, ce qui ajoute une tension supplémentaire.

Un des meilleurs Bond avec Sean Connery dans le rôle titre.

9 – Permis de tuer (Licence to Kill de John Glen, 1989, Timothy Dalton est James Bond)

Top des films James Bond : Licence to Kill de John Glen, 1989

Dans ce film, on peut également croiser Benicio del Toro jeune.

Timothy Dalton incarne ici un Bond qui n’en a plus rien à faire des interdits : on a touché à l’un de ses amis les plus proches (son seul véritable ami, même…), il décide alors de se faire justice lui même. C’est un réel changement de paradigme : alors qu’il a toujours suivi le code du MI6 et travaillé pour l’Angleterre et la reine, il décide de tout envoyer valdinguer. Et ça fonctionne, tant Dalton joue merveilleusement bien l’agent sans limite. L’action ne souffre d’aucun répit et le fait d’avoir cassé pratiquement toutes les règles permet d’apprécier un certain renouveau.

Permis de tuer annonce d’une certaine manière les films où Daniel Craig incarne Bond. A dévorer immédiatement si vous aimez les films d’action des années 1980.

8 – Rien que pour vos yeux (For Your Eyes Only de John Glen, 1981, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : For Your Eyes Only de John Glen, 1981

« On avait dit de passer chez Feu Vert vérifier la suspension AVANT de partir ! »

Après les folies spatiales de Moonraker, les producteurs de la saga décident de revenir à une intrigue plus classique, avec plus de tension et de traîtres. Rien que pour vos yeux remplit très bien son contrat, grâce notamment aux splendides paysages de la Grèce et la très bonne interprétation de Carole Bouquet, impeccable dans sa recherche de vengeance à l’aide d’une arbalète. Revenir aux bases d’un film de James Bond, c’est un pari gagnant.

Mention très spéciale à la course poursuite en 2CV, épique et à des années-lumière des gros cyclindrées que l’on a l’habitude de voir !

7 – Au service secret de sa Majesté (On Her Majesty’s Secret Service de Peter Roger Hunt, 1969, George Lazenby est James Bond)

Top des films James Bond : On Her Majesty's Secret Service de Peter Roger Hunt, 1969

Je… Non, rien.

Sean Connery est parti, la production se tourne vers un acteur d’origine australienne : George Lazenby. Il sera le Bond d’un seul film, ne rempilant pas après. Pourtant, Au service secret de sa Majesté est un excellent film, assez sombre. Le plan du SPECTRE, à base de lavage de cerveau, est l’un des plus compliqués et glauques de l’histoire de la série. La prestation de Lazenby en Bond est un peu en deçà de celle de Connery, mais reste tout à fait agréable. De plus, certains lieux, notamment celui du Piz Gloria, sont absolument magnifiques.

Si vous n’avez pas accroché au Bond de Sean, cet opus pourrait vraiment vous plaire !

6 – Goldfinger (de Guy Hamilton, 1964, Sean Connery est James Bond)

Top des films James Bond : Goldfinger (de Guy Hamilton, 1964

Borsalino et casquette, un duo de choc

Le grand classique de la saga James Bond, c’est Goldfinger. La plupart des symboles et gimmicks les plus connus viennent de ce film : l’Aston Martin bourré de gadgets, le sbire du méchant qui tue en lançant son chapeau, le jeune femme assassinée recouverte de peinture d’or… L’intrigue se tient, le méchant est parfait, Sean Connery est au sommet de son jeu. Vous l’aurez compris, Goldfinger n’a pas usurpé sa réputation.

De plus, le film n’a pas trop vieilli, il se laisse facilement regarder aujourd’hui. C’est peut-être le meilleur à voir si vous voulez vous plonger dans la première période des films Bond.

5 – L’espion qui m’aimait (The Spy Who Loved Me de Lewis Gilbert, 1977, Roger Moore est James Bond)

Top des films James Bond : The Spy Who Loved Me de Lewis Gilbert, 1977

Les relations Est/Ouest, une allégorie.

L’Espion qui m’aimait est le film avec Roger Moore le plus équilibré : savant mélange d’humour et de sérieux, d’action et de scènes plus calmes. C’est un film crédible où Moore joue à la perfection l’agent anglais. Le tandem qu’il forme avec Barbara Bach est excellent. On voit aussi l’apparition de Requin, qui va tellement marquer les spectateurs qu’il reviendra pour Moonraker. Enfin, la Lotus Esprit amphibie est l’un des meilleurs gadgets de toute la série.

Pour vous familiariser avec l’esprit pince-sans-rire de Roger Moore, c’est le film idéal.

4 – Tuer n’est pas jouer (The Living Daylights de John Glen, 1987, Timothy Dalton est James Bond)

Top des films James Bond : The Living Daylights de John Glen, 1987

Radio killed the video star

Roger Moore parti, c’est Timothy Dalton qui récupère le rôle de l’agent secret anglais. Il est très bon dans cet exercice, peut-être moins humoristique que son prédécesseur, mais totalement habité par le rôle. L’action est menée tambour battant, les rebondissements se multiplient et les scénaristes essayent de plus inscrire Bond dans l’air du temps en le faisant participer à la guerre d’Afghanistan, contemporaine de l’époque de sortie du long-métrage.

De plus, la James bond girl est violoncelliste et ça, ça ravit l’ancien violoncelliste que je suis !

3 – Casino Royale (de Martin Campbell, 2006, Daniel Craig est James Bond)

Top des films James Bond : Casino Royale de Martin Campbell, 2006

Un placement de produit s’est subtilement glissé dans cette image. Saurez-vous le trouver ?

Je vais être tout à fait honnête : lors de l’annonce du remplacement de Brosnan par Daniel Craig, je pensais que c’était une grave erreur et que ça allait être une catastrophe. Non seulement Craig interprète parfaitement bien Bond, mais le film est une grande réussite. L’idée de faire une sorte de remise à zéro de la licence est bien exploitée et la partie de poker au casino Royale est un monument de tension, dans la bataille sourde que se livrent Daniel Craig  et Mads Mikkelsen.

C’est l’un des meilleurs films pour commencer la saga James Bond.

2 – GoldenEye (de Martin Campbell, 1995, Pierce Brosnan est James Bond)

Top des films James Bond : GoldenEye de Martin Campbell, 1995

Le saviez-vous ? Sean Bean est mort 25 fois à l’écran depuis le début de sa carrière.

Six ans se sont écoulés entre le précédent film, Permis de tuer et GoldenEye. La cause principale en est un énorme imbroglio financier entre la MGM, United Artists et EON Productions (qui possède les droits sur James Bond), cet imbroglio n’étant qu’une des ramifications de l’affaire dite du Crédit Lyonnais. Timothy Dalton décide en 1994 de ne pas rempiler, le rôle est alors confié à Pierce Brosnan. Durant ce laps de temps, le mur de Berlin est tombé, l’URSS s’est effondré : il faut trouver de nouveaux ennemis pour Bond.

Le scénario de GoldenEye tire profit de ce contexte géopolitique et le fait avec brio. Brosnan s’approprie bien le rôle, mais la vraie révélation du casting, c’est Judi Dench en « M », la patronne du MI6. Sa réplique où elle juge Bond « sexiste, misogyne et dinosaure, une relique de la Guerre froide » est devenue instantanément mythique. Toutes les aspects du long-métrages sont réussis, de la mise en scène aux décors, en passant par le casting. Bref, GoldenEye est excellent et, pendant très longtemps, il fut mon Bond préféré.

1 – Skyfall (de Sam Mendes, 2012, Daniel Craig est James Bond)

Top des films James Bond : Skyfall de Sam Mendes, 2012

Je ne veux pas dire, mais l’un a l’air plus à l’aise dans un musée que l’autre.

Bien qu’il occupe la première place de ce top des films James Bond, il m’est difficile de recommander Skyfall aux néophytes de Bond. C’est un film génial, qui se suffit à lui même, mais qui prend toute sa saveur lorsque l’on a vu Casino Royale et Quantum of Solace. Skyfall forme une fin de trilogie qui marque aussi le passage de flambeau entre les James bond du passé et les James Bond qui vont suivre. Au delà de ça, le film est maîtrisé de bout en bout, avec le ressenti d’une vraie course contre la montre, Judi Dench est encore une fois étincelante… C’est, pour moi, le sommet de ce que la filmographie de l’agent secret a pu produire.

Voilà pour ce tour d’horizon des films officiels de la licence James Bond ! Je me permets, pour finir, de vous indiquer un très bon site sur l’univers du personnage, à savoir Commander James Bond France.


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]