Un M’sieur-Dame en Enfer! One Piece 55


Encore une fois, pour une présentation de la série dans son ensemble et des tomes précédents, je vous conseille de lire les articles épatants déjà publiés.

L’article qui suit porte sur le dernier volume de la série et dévoile donc des moments clés de l’intrigue.

Résumé: Poursuivant son périple à Impel Down, Luffy atteint le niveau 4 de la terrible prison, face à face avec son non moins terrible directeur : Magellan ! Malgré ses efforts, notre héros est rapidement foudroyé par les effluves empoisonnés de son adversaire et c’est à l’article de la mort qu’il est transféré au niveau 5, dans l’Enfer de Glace ! Pendant ce temps, Mr 2 rencontre la reine du royaume de Kedétrav, Emporio Ivankov, dont le pouvoir du fruit du démon pourrait sauver la vie de Luffy. Tous ensemble, ils se rendent finalement au niveau 6, récupérer Ace, mais celui-ci a déjà été transféré !

Travelo Rider

Pour revenir un peu sur le contexte, dans le tome précédent et parce qu’il ne fait rien comme tout le monde, Luffy s’est infiltré dans la prison de très haute sécurité Impel Down. Très vite il est accompagné par deux de ses anciens ennemis: l’improbable  Baggy le clown et Mr 3.

Ils descendent dans la prison un peu malgré eux et rencontrent Mr 2/Bon Clay, également un ancien adversaire mais qui présente un gros capital sympathie et se présente comme un ami de Luffy.

Au début de ce 55e tome, ils sont arrivés au niveau 4 de la prison. On parle ici d’une prison souterraine infernale et dantesque. Plus on descend plus les détenus sont forts et dangereux et donc les supplices et l’horreur augmentent.

Alors là ça va monstrueusement chier!

Tout le long de cette descente on voit défiler un des bestiaire les plus riches et incongrus qui soient. Allant du sphinx au basilic en passant par  des chimères, des blue gorillas et le Minotaure.  Mais la folie ne s’arrête pas là et dans ce nouveau volume apparaissent les Wolf troopers, des loups sous acide et surtout le mino-zèbre, le mino-koala et le mino-rhinocéros!

La plupart des gardiens sont humains mais les chefs d’équipes et les cadres sont eux assez monstrueux pour la plupart.

Les bulgori (contraction de blue gorillas) sont menés par Saldeath, sorte de nain flûtiste et teigneux.

Les gardes chimériques sont sous les ordres de Sadi, une maitresse SM qui manie le fouet avec, comme son nom l’indique en partie, un sadisme non dissimulé.

Le vice-directeur de l’établissement est Hannyabal, un mélange du démon Hannya et d’Hannibal, qui ressemble à un pharaon et qui se caractérise comme un Iznogoud, puisqu’il fait tout pour devenir directeur à la place du directeur.

Le directeur est Magellan (nom de navigateur connu pour son tour du monde mais aussi pour sa gestion d’une mutinerie d’envergure)  il a  l’apparence  d’un diable à tête de mandrill, avec un tenue de Waffen S.S. agrémentée d’ailes démoniaques.

Il possède un pouvoir des fruits du Démon, celui du Toxi-Fruit qui fait de lui un homme poison, son haleine, sa sueur, tout son corps est une source de mort violente. Mais la contrepartie d’un telle pouvoir c’est qu’il est atteint à chaque utilisation d’une courante qui l’oblige à trôner sur un « Jacob Delafon » pendant de longues heures.

Même sans Steve McQueen c’est la classe.

Dans ce volume, Luffy va affronter courageusement Magellan et son Hydre empoisonnée, le combat est disputé mais finalement Luffy est terrassé  et emmené au niveau 5 et laissé pour mort.

Bon Clay, le travesti hyperactif vient l’aider et surtout l’emmener voir « la faiseuse de miracles », la reine des travesti Emporio Ivankov. Celle-ci/celui-ci est une sorte de Tim Curry du Rocky Horror Picture Show rebelle et révolutionnaire.

Cette reine et ses amis vivent dans un niveau alternatif de la prison et sont considérés comme disparus depuis longtemps.  Cette situation leur permet de manger à leur faim et de pouvoir espionner le reste de la prison.

Après un très bref repos des braves, la mission de sauvetage continue avant de devenir La Grande Évasion qui rencontre Prison Break.  On voit l’arrivée de nouveaux alliés en qui on peut faire plus ou moins confiance et la remontée infernale commence…

On retrouve dans ce tome tous les ingrédients de la série : l’amitié, l’exagération, l’action, l’humour, les références de tous horizons, de l’enfer et bestiaire de la mythologie gréco-romaine à l’enfer de la Renaissance en passant par des films de prison ou de la pop culture et j’en passe. Exaltant!

Donc encore un tome très riche, plein d’action et de folie. Et encore une fois on attend la suite avec impatience!!


One Piece, Tome 55 : un travelo en Enfer de Eiichiro Oda Glénat Collection Shonen Manga 192 pages Octobre 2010