Vampire Hunter D


Suite à une guerre nucléaire, la civilisation humaine connait une régression vers une période médiévale. Les radiations ont entrainé des mutations chez certains des survivants et une nouvelle race dominante est apparue : les nobles de la race des vampires. On voit aussi naître une nouvelle classe de combattants chassant ces vampires : les Vampire Hunters.

Nous suivons tout au long de cette série les aventures de D, un vampire hunter et aussi un dhampir, être mi-humain mi-vampire. Dans ce tome, il aide une jeune femme et son frère à se protéger du noble du secteur qui a des vues sur cette jeune femme. Trahison, mensonge, combat, « amour », on retrouve dans ce tome tous les ingrédients pour faire une bonne intrigue, mais aussi un bestiaire emprunté dans les contes et mythologies puisque nous croisons un loup garou, des vampires, des banshees, des sorcières, …

Œuvre de Hideyuki Kikuchi (à qui on doit aussi Le sabre de Shibito et Taimashin, les carnets de l’exorciste), Vampire Hunter D comprend à l’origine deux films sortis en 1985 et 2001. Inspirés par le succès des animes (et plus particulièrement aux États-Unis), une série de mangas en 4 tomes dessinés par Saiko Takaki (où elle fait ses débuts en tant que dessinatrice) est sortie en 2007. C’est cette série que sortent aujourd’hui en France les éditions Asuka. La publication en est pour l’instant à son premier tome, le second étant prévu pour juin 2009.

Le graphisme est vraiment soigné tant au niveau des personnages que des combats. On se prend très vite à dévorer les aventures de ce chasseur hors du commun, si on aime, bien sûr, les histoires de vampires.

L’intérêt de ce volume vient du fait que l’on en apprend plus sur cette vie post-apocalyptique dans une petite contrée reculée, de même que sur certains aspects du héros . Il est vrai que rester sur la même mission tout le long de ces 226 pages peut rebuter certains ou faire craindre des longueurs mais l’histoire est suffisamment bien développée pour éviter de tomber dans la sensation de déjà-vu. Chaque personnage possède un caractère bien défini (on repère assez rapidement suivant leurs actions ou paroles si ce sont des lâches, des traitres ou alors des grands cœurs). Ce manga n’est pas qu’une suite de combat et d’action. Pendant les moments calmes, l’auteur approfondit les personnages tant au niveau du caractère que de leur passé. Il se permet même quelques petites notes d’humour (par l’intermédiaire du dessinateur qui donne parfois un style plus enfantin au dessin).

Je peux dire que j’attends avec impatience la sortie du second tome pour en connaître un peu plus sur notre héros, mais aussi sur la quête qui semble l’animer.

A noter que ce manga a aussi été recommandé par la chaîne satellite SciFi ainsi que par le magazine MadMovies.


Vampire Hunter de Hideyuki Kikuchi (scénario) & Saiko Takaki (dessin) Editions Asuka 8€50 le tome