Vincere


Vincere_300Dans la vie de Mussolini, il y a un lourd secret que l’histoire officielle ne raconte pas : une femme, Ida Dalser, et un enfant, Benito Albino – conçu, reconnu puis désavoué. Ida rencontre Mussolini de manière fugace à Trente et en est éblouie. Elle le retrouve à Milan où il est un ardent militant socialiste qui harangue les foules et dirige le quotidien l’Avanti. Ida croit en lui, en ses idées. Pour l’aider à financer le Popolo d’Italia, point de départ du futur parti fasciste, elle vend tous ses biens… Lorsque la guerre éclate, Benito Mussolini s’engage et disparaît de la vie de la jeune maman, qui découvrira avec stupeur qu’il est déjà marié avec une autre femme. Ida n’aura dès lors de cesse de revendiquer sa qualité d’épouse légitime et de mère du fils aîné de Mussolini, mais sera systématiquement éloignée de force et son enfant mis dans un institut. Pourtant, elle ne se rendra jamais et ne cessera de revendiquer haut et fort sa vérité.

Son nom est Da, Ida

Ida. Ida Dalser. Une femme dont le nom et l’histoire ont été volontairement effacés des manuels d’histoire ; officiellement, Ida Dalser n’a jamais rencontré ni aimé Benito Mussolini, n’a jamais accouché le 11 novembre 1915 d’un fils, Benito Albino, que Mussolini reconnaîtra, avant d’avoir le pouvoir politique nécessaire d’en modifier l’état civil, éliminant toute trace de cette reconnaissance immédiate.

On suit les débuts de Benito, homme politique en pleine ascension, qui fascine et incarne une figure passionnelle et polémique qui ne laisse jamais indifférent. Ida devient obsédée par cet homme au point de lui dédier entièrement sa vie et ses biens. Seulement elle n’est rien par rapport à l’ambition le leader fasciste. Lorsque celui-ci accède au pouvoir, Ida est rejetée, abandonnée, marginalisée. Cette coupure, le côté inaccessible de son ex-amant devenu le Duce est habilement mise en scène dans le film. Alors que dans un premier temps, Mussolini était incarné par Filippo Timi, il est désormais remplacé par des images d’archives dès lors que le dictateur disparaît de la vie d’Ida.

Une Histoire de fou

Vincere, c’est l’Histoire racontée au sein d’un asile psychiatrique. Celle d’une Italie fasciste, celle d’un peuple italien qui comme Ida est sous l’emprise, sous la fascination du dictateur. Le parallèle entre Ida et l’Italie est criant ; enfermement, dépendance à un leader charismatique, folie et extrémités du fascisme et de son chef le Duce, paranoïa, obstination d’une femme et d’un homme, passion qui confère à l’obsession…la liste est longue.

Vaincre, coûte que coûte

Vincere, c’est avant tout le combat d’une femme pour exister, une femme incarnée par Giovanna Mezzogiorno dans le rôle d’Ida, une actrice d’une intensité rare au regard si puissant et évocateur.

Bellocchio nous offre ici un récit étonnant à la construction intelligente, agrémenté d’une mise en scène énergique. Une histoire passionnante et habilement traitée, portée par une actrice remarquable.

Vaincre oui, mais à quel prix…

Vincere
Réalisé par Marco Bellocchio
2009 – 1h58 – Italie
avec Giovanna Mezzogiorno, Filippo Timi, Fausto Russo Alesi…
Sortie cinéma : 25 novembre 2009


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]