World séries tour # 3


On vous parle régulièrement séries TV sur Mandorine. Les nouveautés, les comédies, les drames, celles qui parlent de sexe, d’Histoire, de zombies ou de petits poneys, les OTNI, les séries animées sous exta, celles auxquelles on est accro ou qu’on a détestées… Jusqu’ici, nous avons parlé d’œuvres complètes, ou en cours de production mais dont on sait bien qu’elles seront diffusées jusqu’à la fin prévue par les scénaristes. L’univers de la TV étant ce qu’il est, bon nombre de séries ne dépassent jamais le stade du pilote, ou de la première saison si elles ont de la chance – voire deux si vraiment leur karma est excellent –. Voici notre sélection, en toute subjectivité, des séries trop rapidement annulées, laissant leurs héros piégés dans les limbes du petit écran.

Les comédies

N’est pas Friends ou Malcolm in the middle qui veut. Depuis que les sitcoms & autres comédies existent, bon nombre ont été annulées. Qui se souvient aujourd’hui de Jesse, Nikki, ou de Joey ? Mais les séries éponymes ne sont pas les seules à disposer d’un mauvais karma. Si ces dernières ont souffert de la concurrence et d’une qualité d’écriture discutable, d’autres ont été privées d’antenne de manière surprenante, au vu de leur qualité et de leurs audiences plus qu’honnêtes.

Go on !

Nous vous en parlions récemment dans nos brèves. Le lendemain, nous apprenions que la série était annulée. Malheureusement pour lui, Matthew Perry voit sa deuxième série d’affilée annulée après seulement une saison – Mr. Sunshine, qu’il avait lui-même créée, avait été retirée de l’antenne avant même que la totalité de la saison 1 ne soit diffusée sur ABC, en 2011 –.

GoOn_P

Go on !, pourtant, commençait bien. Matthew Perry y joue un commentateur sportif irrévérencieux, essayant tant bien que mal de surmonter le décès de son épouse. Bon gré mal gré, il intègre un groupe de parole mené par une thérapeute aux références discutables. Go on ! réunit une pléiade de personnages doux dingues – notons d’ailleurs l’intervention le temps d’un épisode de Courtney Cox en veuve déchaînée et décomplexée – et mêle humour de situation et absurde, avec quelques touches d’humour noir. Le résultat est une série qui tient la route, à la fois drôle et attendrissante, sans tomber dans la mièvrerie omniprésente dans les comédies US.

Dommage, donc, qu’NBC se soit lancé dans un tri sélectif drastique de son catalogue de comédies – on a même craint pour Community, pendant un temps, c’est dire –. Go on ! a ainsi été annulée à la fin de la saison 1, abandonnant Ryan King et ses soucis non résolus.

Futurama

Ce fut le coup de tonnerre de ces dernières semaines. Pour la seconde fois depuis sa création, Futurama s’est vue annoncer l’arrêt de sa diffusion, cette fois-ci par Comedy Central. Inutile de préciser que la communauté de fans a été stupéfaite et attristée par cette annonce.

futurama-skeletons

Pour ceux qui auraient hiberné ces quinze dernière années, Futurama est une création de Matt Groening, le papa des Simpson. Fry, livreur de pizzas minable et sans avenir, bénéficie d’une seconde chance dans la vie lorsqu’il est cryogénisé « par accident » le 31 décembre 1999 et se réveille 1000 ans plus tard. Il intègre alors l’entreprise de livraison intergalactique de son arrière-arrière-arrière(…)-petit-neveu, le Professeur Fansworth. Entouré d’une équipe pour le moins hétéroclite – une cyclope aux cheveux violets, un robot délinquant et alcoolique, un homard médecin SDF, un bureaucrate rastafari et une martienne chinoise – les livraisons de Fry vont le mener vers des aventures à travers l’espace, dans une ambiance rétro-futuriste parfois inquiétante.

Rapidement devenue culte, Futurama avait donc subit une première déprogrammation sur la chaîne Fox durant la production de la saison 4, en 2003 – un évènement ironisé dans le premier des quatre films qui suivront, dans lequel l’équipe de Planet Express est virée par le réseau de livraison Fox Box Network, dont l’équipe est à son tour virée et brutalement battue à mort -. En 2010 cependant, Comedy Central relance la série en diffusant la saison 5 – composée des quatre films qui étaient sortis directement en DVD –, puis la saison 6 et 7. La chaîne a cependant annoncé qu’elle arrêterait de diffuser la série à la fin de la saison 7. Suite à cette annonce, les producteurs ont annoncé qu’ils réfléchissaient à la suite de Futurama. Reste à voir si une nouvelle chaîne acceptera de prendre la suite de Fox et Comedy Central…

 

Les drames

Si la concurrence est rude dans la catégorie des séries comiques, elle est impitoyable dans celle des drames. Certaines chaînes ont trouvé leurs valeurs sûres, HBO en tête. Les autres tentent tant bien que mal de trouver LA série dramatique qui leur amènera audiences, gloire et Emmy Awards. Résultat : beaucoup d’appelés (FlashForward, Terra Nova, Touch, The Dresden Files…) mais peu d’élus dans les grilles de programmation finales. Et des dramas annulés rapidement.

Alphas

Nous vous avions parlé d’Alphas dans notre World séries tour #2. Diffusée sur SyFy, cette série à mi-chemin entre Misfits et Heroes était plus que prometteuse.

Des alphas, personnes aux dons extraordinaires, sont utilisés par les autorités américaines pour rechercher d’autres alphas, suspectés de crimes non-résolus. Hyperkinésie, transduction, force herculéenne ou hyper-induction leur permettent de résoudre les affaires et de retrouver leurs congénères. Ces sortes de super-héros réalistes subissent cependant les effets néfastes de leurs pouvoirs : autisme, solitude et problèmes médicaux sont leur lot quotidien.

Alphas

Diffusée depuis l’été 2011 par SyFy, la série a survécu durant deux saisons avant d’être annulée par la chaîne, les audiences de la saison 2 s’avérant décevantes en regard de celles de la première saison. Dommage pour les fans, qui terminent leur histoire avec Alphas sur un cliffhanger non-résolu.

Endgame

Il est un style de séries TV particulièrement prolixe et populaire, la série policière. Difficile de se faire une place face à des monuments du genre, souvent installés pour dix à vingt ans dans les grilles de programmation (24, CSI, NCIS, NYPD Blue, Law & Order…). Pour réussir à s’imposer, il faut un concept novateur sortant des cadres habituels (Prison break) ou un personnage principal exceptionnel, joué par un acteur extraordinaire (Monk). Mais là encore, difficile de savoir si la série remportera le succès tant désiré.

endgame

Endgame, bien que réunissant ces deux qualités, en fut pour ses frais. La série canadienne, diffusée par Showcase, suit le russe Arkady Balagan, ancien champion du monde des échecs, qui, après le décès de son épouse dans un attentat à la bombe, a développé une agoraphobie aiguë et refuse de sortir de l’hôtel de luxe dans lequel il s’est réfugié. Difficile dès lors de participer aux tournois d’échecs à travers le monde, comme il en avait l’habitude, et donc de gagner sa vie. Les quelques affrontements contre des joueurs de seconde zone au sein même de l’hôtel ne lui permettant pas de régler les factures de son style de vie dispendieux – chambre d’hôtel luxueuse et notes du bar de l’hôtel pour sa consommation quotidienne de vodka et cornichons –, Arkady commence à résoudre les énigmes des uns et des autres : disparitions, vols, crimes en tous genres, le tout entre deux réflexions sur le meurtre de son épouse.

Les audiences apparemment en dent de scie ont conduit Showcase à annuler la série à la fin de la saison 1, laissant Arkhady dans une position physiquement plus que désagréable pour lui, et dans laquelle il restera pour toujours.

 

Le cas Bryan Fuller

fullerPlus encore que Matthew Perry et l’annulation de ses deux séries consécutives, le scénariste-producteur Bryan Fuller semble poursuivi par la malédiction des séries TV. Régulièrement acclamé par la critique, il rencontre cependant de nombreux problèmes dans la programmation de ses créations.

Dead like me

En 2003, Showtime achète les droits de Dead like me, qu’il vient de créer. La série raconte les aventures de George, adolescente trouvant la mort suite à la chute de la lunette des toilettes de la station Mir (sic) ; elle devient alors Faucheuse, et doit récolter les âmes des morts. Bryan Fuller quitte cependant cette série prometteuse au milieu de la production de la saison un, suite à des divergences créatives avec la production. Dead like me est annulée après deux saisons.

Il rejoint Todd Holland en 2004 pour créer Wonderfalls, diffusée sur la Fox. Malgré de bonnes critiques, la série surréaliste peine à décoller et est annulée après la diffusion du quatrième épisode.

Pushing daisies

En 2006, Brian Fuller est co-scénariste de la première saison de Heroes, il la quitte cependant, malgré son succès critique et public, pour créer Pushing Daisies.

Dès sa diffusion sur ABC, la comédie dramatique visuellement novatrice rencontre un énorme succès. Ned est pâtissier. Il possède un don extraordinaire, celui de pouvoir ramener à la vie n’importe quel être vivant décédé. S’il touche cet être une seconde fois, ce dernier décède à nouveau, pour toujours. Un grand pouvoir impliquant de grandes responsabilités, Ned doit assumer les conséquences de ses actes. Si le retour à la vie qu’il insuffle dure plus d’une minute, une autre vie, équivalente, sera prise. Accompagné d’un détective privé, Emerson, Ned commence alors à réveiller brièvement les morts pour que son compère puisse leur demander la raison de leur meurtre et empocher facilement la récompense. Malgré un succès critique certain et de nombreuses récompenses – dont 7 Emmy Awards -, Pushing Daisies est annulée après deux saisons par ABC.

pushingdaisies

Bryan Fuller rejoint à nouveau Heroes, dont la saison 3 est en cours d’écriture ; son rôle dans l’équipe d’écriture prend alors plus d’ampleur. Il quitte cependant la série après avoir travaillé sur plusieurs arc narratifs pour la saison suivante. Heroes sera d’ailleurs annulée à la fin de cette saison 4 par NBC.

Mockingbird Lane & Hannibal

Après son départ définitif de l’équipe d’Heroes, Bryan Fuller développe un nouveau pilote pour NBC. Mockingbird Lane est un remake de la sitcom des années 60 The Munsters – série concurrente de la Famille Addams – et une sorte de madeleine de Proust pour le scénariste. NBC ne sélectionnera cependant pas le pilote pour une saison entière.

Depuis, il a créé la série Hannibal, diffusée depuis avril 2013 sur NBC. Fuller a déclaré penser cette série sur le long terme, avec de nombreuses saisons et arcs narratifs. Espérons pour lui que les audiences soient au rendez-vous et qu’NBC n’annule pas sa vision du serial killer cannibale.

 
La vie n’est pas un long fleuve tranquille pour les scénaristes de série TV. Difficile pour eux de développer leurs œuvres jusqu’à leur terme lorsqu’ils doivent faire face aux règles des impitoyables networks. Difficultés qui semblent moins affecter les showrunners travaillant pour les chaînes du câble, moins à la merci des chiffres d’audience et des velléités de patrons de chaîne plus enclins à remplir leurs grilles de programmation selon les recettes publicitaires engendrées – le fameux concept du temps de cerveau disponible –. A ce sujet, voir le documentaire d’Olivier Joyard, Séries Addicts, qui donne un bel aperçu du fonctionnement de la production de séries TV à Hollywood.