L’habillage d’antenne, cet art méconnu


Lundi 29 janvier, les chaînes du groupe France Télévisions ont changé de logos et d’habillage. L’habillage d’antenne, c’est cet ensemble de bandes annonces, auto-promotions, jingles qui rappellent que vous êtes bien sur tel ou tel canal. Ce sont des éléments très importants car ils forgent l’identité d’une chaîne et doivent permettre de renseigner le spectateur. Selon un article paru sur le site spécialisé Lenodal, on doit le terme habillage à Etienne Robial qui a notamment créé les logos de Canal+, M6, Métal Hurlant, (A Suivre), RTL9 ou encore Futuropolis. Robial identifie d’ailleurs sept fonctions essentielles à un bon habillage : « identifier, informer et renseigner, clarifier et hiérarchiser et enfin valoriser et promouvoir ».
photo d'Etienne Robial, spécialiste de l'habillage d'antenne

Etienne Robial, créateur des logos de Canal+, M6, Métal Hurlant, (A Suivre), RTL9 ou encore Futuropolis. © Graphéine.com

Je vous avais dit, lors de ma brève sur les trente ans de Canal+ que c’était le premier habillage de la chaîne qui m’avait conduit à m’intéresser au sujet. C’est pourquoi je vais vous parler de quelques habillages d’antenne que je trouve particulièrement marquants, avec un rapide historique de chaque. Car il faut aussi penser que la création d’un habillage s’inscrit également dans un contexte bien spécifique. Gardez néanmoins à l’esprit que c’est une sélection purement personnelle et qu’à l’instar des livres, de la musique ou du cinéma, les goûts varient selon les personnes !

Canal+, habillage « ellipse » (1984 – 1995)

On revient encore à lui, mais il n’était pas pensable d’omettre cet habillage mythique. En 1984, la France découvre la première chaîne privée nationale qui naît aux côtés des trois programmes publics (TF1, Antenne 2 et FR3). Cependant, cette chaîne ne pourra pas être financée par la publicité, ni par la redevance télévisuelle : ce sera donc une chaîne à péage, autre première dans le monde télévisuel français. André Rousselet, le président de Canal+, et Pierre Lescure, directeur de la chaîne, vont alors faire appel à Etienne Robial pour concevoir l’habillage de l’antenne. Cependant, ils dotent Robial de pouvoirs étendus car il ne sera pas seulement en charge de la création de l’habillage, il sera en plus nommé directeur artistique de Canal, un poste qu’il occupera jusqu’en 2009. Cela veut dire qu’il aura la main sur tout ce qui a trait à la communication de la chaîne, ainsi que tous les génériques diffusés. Un sacré challenge.

Etienne Robial va créer tout un système graphique basé sur les formes géométriques et la typographie pour réaliser l’habillage. Tout d’abord, il va doter la chaîne d’une police de caractère bien à elle, une Futura modifiée. Partant de là, il va entourer le nom de la chaîne d’une ellipse multicolore avec laquelle il va jouer dans tous les génériques. Trois lignes horizontales sur le bas de l’écran affichent à chaque fois le nom Canal+ ainsi que diverses informations (l’heure lors des journaux, le public visé pour les films…). D’autre part, un soin tout particulier a été apporté à l’environnement sonore de l’habillage que l’on doit à Philippe Eidel et Arnaud Devos, collaborateurs de Robial dans son agence On/Off. Citons notamment la voix de cantatrice accompagnant l’apparition du logo Canal+ qui est reconnaissable immédiatement, ainsi que celle de l’avant-programme Cinéma fait en collaboration avec Michel Jonasz.

Finalement, avec uniquement des effets géométriques et typographiques, la chaîne se dote d’un habillage qui résiste à l’épreuve du temps, n’utilisant pas d’effets 3D qui risquent de rapidement devenir désuets. Ce travail resta onze ans à l’antenne et fut remplacé par un habillage dit « carré » qui l’on doit, encore une fois, à Robial.

France 3, premier habillage d’antenne (1992 – 2000)

En 1992, la télévision publique veut donner un coup de pied dans la fourmilière. Les deux chaînes publiques, Antenne 2 et FR3, subissent une très forte chute de leur audience face à TF1, qui a été privatisée en 1987. Le nouveau président commun des deux chaînes, Hervé Bourges, va alors donner une nouvelle impulsion en regroupant ces deux chaînes sous une marque commerciale commune, France Télévision. Le choix sera également fait de doter ces dernières de nouveaux habits, leur permettant d’être plus complémentaires l’une avec l’autre. Cependant, le changement le plus notable va être le changement de nom. Le 7 septembre 1992 au matin, les téléspectateurs assistent en direct à la naissance de France 2 et de France 3.

L’agence Gédéon, chargée par le groupe audiovisuel de concevoir les habillages d’antenne, a travaillé de façon complémentaire sur l’habillage des deux chaînes. Pour France 3, les créatifs vont partir sur un découpage de l’écran en trois bandes horizontales, celle du bas étant généralement utilisée pour les différentes informations (date, heure et titre du programme, annonce publicité, logo de la chaîne). Partant du principe que ce qui identifie la Trois aux yeux des téléspectateurs, c’est le régionalisme et la découverte du monde, Gédéon va utiliser des éléments les rappelant. Ainsi, une ambiance sonore « musique du monde » est composée pour les jingles, les bandes-annonces, les « coming next ». En parallèle, des images de paysages français vont être tournées aux quatre coins du pays. Ces images vont servir pour les jingles de publicité et seront modifiées selon la saison, apportant une nouveauté régulièrement.

En 1996, la bande du bas sera affinée et des images de fleurs ou d’animaux en gros plan vont être utilisées pour les bandes-annonces. Cependant, le concept général va rester le même.

Je suis probablement influencé par mes souvenirs d’enfance, France 3 étant l’une des chaînes qui a le plus bercé ma jeunesse. Néanmoins, je considère cet habillage de Gédéon comme le meilleur que l’on ait vu sur une chaîne du service public.

M6, habillage Robial (1987-1997)

Le 1er mars 1987, M6 arrive sur les écrans français, en remplacement de la chaîne musicale TV6 (promis, je vous raconterai cette histoire un jour). Envisagée originellement comme une transposition de RTL Télévision, le canal luxembourgeois national qui avait rencontré un beau succès en Belgique et en Lorraine, elle doit changer de concept très rapidement car elle ne trouve pas son public. Elle va se métamorphoser avec une contre-programmation efficace qui va bientôt faire d’elle « la petite chaîne qui monte ». Mais cela passera aussi par un changement complet d’habillage, moins de six mois après le lancement de M6.

Le canal 6 fait appel a des personnes que l’on a déjà croisées dans cet article : Etienne Robial et l’agence On/Off. Robial va continuer à approfondir ses idées directrices (couleurs, jeux de formes) pour donner à M6 un logo frappant et un habillage d’antenne minimaliste. En effet, ce dernier va s’appuyer sur un jeu entre le logo de la 6 et des rectangles. A la composition musicale, on retrouve Philippe Eidel et Armand Devos qui vont composer des thèmes et un indicatif sonore qui restereront dans l’imaginaire collectif.

Si l’habillage de la 6 évoluera, on retrouvera une partie des principes de Robial dans l’habillage suivant, daté de 1997. La rupture vient pour les 20 ans de M6, en 2007, où l’agence View concevra de nouveaux habillages en utilisant massivement la 3D. Ma préférence va très clairement au travail d’On/Off.

La Cinquième, premier habillage d’antenne (1994-1999)

Après la fermeture de la Cinq (souvenez nous, nous en avons parlé il y a quelques temps), le gouvernement installe Arte sur le cinquième réseau, à partir de 19h seulement. La chaîne franco-allemande se sent un peu seule et il faut attendre 1994 pour qu’une consœur la rejoigne. C’est la création par le gouvernement d’Edouard Balladur de la « télévision du savoir et de la connaissance », La Cinquième. Dans la première version de cette chaîne, des programmes très courts vont cohabiter avec des émissions beaucoup plus longues. La volonté de La Cinquième était que ses contenus soient utilisées par les enseignants. Dans cette première mouture de la chaîne, on trouve des émissions comme Cellulo, Va savoir, Le magazine de la santé ou encore Arrêt sur images. L’équipe de cette dernière émission, après avoir été licenciée par France 5 en 2007, a lancé le site internet éponyme en 2008.

L’habillage de l’antenne met en scène le logo de La Cinquième, un grand cinq blanc sur un disque en relief bleu. De nombreux jingles vont s’amuser avec ces logos et deux notes vont constituer la signature sonore de la chaîne. Le tout reste très simple, mais correspond bien à l’identité du canal. Trouver des exemples de cet habillage est aujourd’hui assez compliqué, mais on peut se délecter de l’ouverture antenne de La Cinquième, qui est à mon sens un petit joyau.

Cet habillage évoluera, de même que le logo, en 1999. Peu de temps après, La Cinquième va entrer dans la holding France Télévisions, où elle rejoind France 2 et France 3. Lors du rebranding total des antennes en 2002, décision est prise de métamorphoser totalement la chaîne et de lui donner un nouveau nom : France 5. Pari réussi (les audiences augmentent) mais à mon avis, ce changement fait perdreun peu de sa spécificité à l’ex-Cinquième.

Outre ces quatre habillages, d’autres réalisations me plaisent beaucoup. Évoquons les rapidement :

La Cinq, habillage Goude (1991-1992)

Nous l’avons déjà évoqué, mais lorsque Hachette fait l’acquisition de La Cinq en 1990, la chaîne ne va pas bien du tout. Jean-Luc Lagardère va alors complètement métamorphoser le canal, entre nouvelles émissions et nouvel habillage. Celui-ci est créé par Jean-Paul Goude, célèbre artiste français, et rompt totalement avec l’ancien habillage en 3D. C’est une ode au minimalisme, les éléments d’habillage sont centrés autour d’une succession rapide et multicolore de chiffres, qui s’arrêtent toujours sur le chiffre 5. Le travail de Goude est superbe, mais n’a pas sauvé la Cinq qui ferme son antenne en 1992.

France 2, premier habillage d’antenne (1992-2002)

Créé également par Gédéon, en complémentarité de l’habillage de France 3, celui de France 2 est conçu sur la base d’une répartition verticale de l’écran en deux, comme un livre ouvert. A gauche, des images et à droite, les informations sur le programme ou le logo de la chaîne. Simple et élégant, il fait partie, au même titre que celui de France 3, des meilleurs habillages proposés sur le service public de télévision.

Canal+, habillage carrés (1995-2002)

Toujours avec Robial à la manœuvre, Canal+ change son habillage 10 ans après sa création. Exit l’ellipse, le logo de la chaîne est contenu dans un simple cartouche noir. A l’antenne, ne seront utilisés que des carrés et des rectangles de couleur. D’une simplicité et d’un minimalisme extrêmes, cet habillage a dérouté au début, mais s’est imposé par sa longévité.

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille fortement le site Lenodal.com, avec un espace blog intéressant et une médiathèque très fournie. D’autre part, si vous souhaitez en savoir plus sur l’évolution de l’identité visuelle du groupe France Télévisions, la lecture de ce mémoire de Julien Baldacchino est plus que conseillée !