Hokusai


Bien avant l’arrivée de la japanimation et des mangas, le Japon avait déjà suscité un très fort intérêt en Europe, intérêt qui donna lieu à un courant artiste, le Japonisme. Les plus grands peintres, tels que Van Gogh ou Manet, se sont intéressés à l’art et à la culture nippone. Mais un artiste en particulier a passionné les foules. Hokusai fait partie de ces personnalités incontournables, dont on a vu les œuvres même si on n’a jamais eu connaissance du nom. La Grande Vague est en effet une estampe emblématique reprise de très nombreuses fois… mais elle est loin de représenter l’intégralité de la carrière de ce peintre japonais.

 

Promenade au temple Hokusai

Promenade au temple
Hokusai

La monographie de Woldemar von Seidlitz et Dora Amsden, qui se place en complément de l’exposition du Grand Palais, permet de découvrir de manière approfondie mais accessible le parcours de Hokusai, aussi bien dans son art que dans son époque. On y trouve de très nombreuses illustrations, représentant à la fois des œuvres complètes et des détails. Pour ceux qui sont peu familiers du pays, plusieurs chronologies en début d’ouvrage permettent de remettre l’artiste dans son contexte historique. Tout d’abord au Japon (du XVe siècle à 1905), puis en Europe (de 1862 à 1896) lors de l’expansion du Japonisme.

Le livre suit un plan assez classique : tout d’abord une présentation de l’art pictural japonais, avec les écoles de peinture produisant des œuvres de type makimono (rouleaux horizontaux) ou kakemono (peintures verticales), puis à travers un historique de l’Ukiyo-e (gravures sur bois) jusqu’à l’arrivée des estampes, avec la vulgarisation d’un art jusque-là réservé à des classes sociales supérieures. On s’intéresse ensuite à Hokusai en tant qu’artiste, avant de se concentrer sur son œuvre dans la dernière partie.

 

Une vue ancienne du pont flottant à Sano dans la province de Kozuke Série Remarquables vues de ponts de différentes provinces @ Hokusai

Une vue ancienne du pont flottant à Sano dans la province de Kozuke
Série Remarquables vues de ponts de différentes provinces
Hokusai

Hokusai était un artiste très prolifique. On estime qu’il a réalisé environ trente mille dessins et cinq cent volumes durant ses soixante années d’activités. Il jugeait pourtant n’avoir rien réalisé de remarquable avant ses soixante-dix ans. On se rend rapidement compte qu’il ne s’agit pas d’un ouvrage impartial. Les auteurs sont fascinés par l’artiste, et ça se sent. Ils le présentent à la fois en tant qu’homme, à travers des anecdotes sur sa vie, mais aussi en tant que génie. Mais il faut l’avouer, ils n’ont pas tort. Malgré le fait que le Japon soit complètement fermé aux étrangers depuis le XVIIe siècle (à l’exception des Hollandais et des Chinois), l’artiste est déjà réputé à l’étranger, et ce même s’il ne reçoit que du dédain de la part de son pays à ses débuts. Cette réputation lui vaudra tout de même une invitation à rencontrer le Shogun (dictateur militaire à la tête du pays).

Les thèmes de prédilection de Hokusai sont variés, et montrent à quel point il faisait fi des convenances et des règles de la société japonaise, se concentrant sur ce qu’il avait envie de représenter, au mépris de ce que les gens pouvaient penser. L’artiste est en quelque sorte utilisé comme point de comparaison, nous permettant ainsi d’avoir un aperçu de l’art japonais à travers une étude de l’œuvre de Hokusai.

 
Hokusai - couverturePour terminer, je rappellerai que même s’il est essentiellement connu pour celles-ci, Hokusai ne s’est pas limité aux estampes ! Il a réalisé des caricatures, des albums, des livres illustrés, ou encore des poèmes, nous laissant une œuvre d’une grande variété. Vous pouvez en découvrir une partie à l’exposition jusqu’au 18 janvier, du Grand Palais à Paris.

 
 
Hokusai, par Woldemar von Seidlitz et Dora Amsden
Editions Eyrolles
2014, 21,90€
 


[et_bloom_inline optin_id="optin_2"]